Top Partenaires

Leatherland
Fearwood
Serial Apocalypse
Salvatore Boarding School
Heroes and Vilains



 

Bienvenue sur le forum ♥️ Merci de privilégier les personnages masculins. Certains pv sont toujours libres : Liam Dunbar, Hayden Romero, Jordan Parrish, Jeremy Gilbert, Davina Claire, Kol Mikaelson etc... Concernant les vampires, merci de privilégier, Elijah et Rebekah Mikaelson comme créateurs. Nous manquons cruellement de Strix Wink Le rang alpha n'est plus disponible.

Partagez | .
 

 How could I ever resist ? ft. Clarissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Others
I'm a lovely Wendigo

avatar

▬ Messages : 1559
▬ Points : 584
▬ Date d'inscription : 07/05/2017
▬ Localisation : de retour en nouvelle-orléans depuis quelques jours seulement.
▬ Emploi/loisirs : ancien militaire. officiellement reconverti détective privé, officieusement il peut aussi faire disparaître ceux qu'on lui demande de trouver.
MessageSujet: How could I ever resist ? ft. Clarissa   Mar 6 Mar - 1:45

(flashback) Contrées allemandes, mars 2011.

Ses cheveux ruissellent au moment où il franchit les portes du bâtiment imposant et quelques mèches rebelles en profitent pour lui tomber dans le visage. Ses yeux bleus scrutent instantanément l'endroit dans lequel il vient d'entrer ainsi que les gens qui s'y trouvent également. Lorsqu'on fait son métier on apprend à se méfier de tout même dans un endroit aussi neutre et vraisemblablement inoffensif qu'un cinéma. Une fois assuré d'être à l'abri de tout danger, l'irlandais baisse les yeux sur les pages de journal qui lui on servit de parapluie de fortune jusqu'ici. Leur emploi a déjà été d'une inutilité sans nom pour l'aller alors imaginer en faire usage pour le retour ? Roulant le tout en une boule de papiers pour s'en débarrasser dans la poubelle la plus proche, il profite de l'instant d'après pour passer une main dans ses cheveux encore humides et leur redonner un minimum de forme. S'il est entouré de mères de familles et de filles encore trop jeunes pour porter les jupes courtes qu'elles ont revêtues il ne sait trop bien que l'on est jamais à l'abri d'une bonne - ou en l’occurrence – charmante surprise. Et c'est ce que le sort lui confirme alors que les portes du vieux cinéma claquent une fois encore, faisant tinter le son de la pluie battante qui s'acharne dehors durant quelques secondes, avant de se refermer dans tout autant de fracas. Instinctivement le blond tourne la tête et regarde par dessus son épaule. Un regard qui aurait du être bref mais s'attarda étonnamment sur sa cible si bien qu'il décida pour plus de confort de suivre son mouvement dans le but de faire face à la sublime créature qui venait de s'inviter dans son paysage jusqu'alors morose. Éloignés de quelques pas, Hélios profite de cet avantage pour l'observer sans retenue ni honte. Ce n'est certainement pas le regard désapprobateur – et nourri par une jalousie évidente – que lui lance l'une de ces quarantenaires à bedaine apparente et bas de jogging effroyable qui va l'en dissuader. « Regardez la. Maintenant, allez au toilettes pour dames et regardez-vous dans une glace. » Crache l'irlandais en quittant l'ange des yeux pour les poser avec sévérité et moquerie sur cette petite boule grasse sans aucune carrure. « Que croyez-vous que les gens préfèrent regarder ? Que votre ex mari, préférera regarder ? » Relance-t-il alors que ses yeux passent de son visage quelconque et criblé de rides à sa main où l'on peut découvrir les vestiges d'un bronzage autour d'un anneau aujourd'hui disparu. D'ores et déjà divorcée ou non, elle doit être séparée depuis au moins un mois. Et on comprend aisément pourquoi à la regarder. Rapidement il joint les mains derrière son dos et prend une posture plus décontractée tout en observant à nouveau la jolie nymphe. « Oublions un instant la perfection outrageante de ses courbes, la finesse de ses jambes et la splendeur de ses cheveux. » Et plus il en parle, plus il se laisse lui-même entraîner par ces éloges oraux. A tel point qu'il ne se rend pas bien compte de la contrariété de sa voisine ni l'air d'humiliation qui lui crispe dorénavant le visage. Même s'il l'avait remarqué, en réalité, on ne peut pas vraiment dire que cela l'aurait touché le moins du monde. « Voyez avec quelle volupté stupéfiante elle se déplace. » Murmure enfin l'irlandais si absorbé par sa propre observation qu'il finit par fausser compagnie à la teigne pour rejoindre la file des clients en attente de billets sans la moindre excuse.

Qu'aurait-elle bien pu prétendre répliquer après tout si ce n'est avouer son tort ? Rien. Parce que rien ne saurait concurrencer de telles prouesses. Trois personnes les séparent ce qui n'empêche pas, à son plus grand plaisir, le wendigo d'entendre la commande qu'elle fait pour l'imiter une fois son tour venu. Le film pour lequel il vient de s'engager n'est pas celui qu'il venait initialement suivre mais les circonstances font que le changement lui semble largement en valoir le coup. Et bien que les employés fassent déjà entrer dans les salles les gens munis de leurs tickets, c'est le chemin des toilettes pour hommes qu'Hélios emprunte. Avant de ne se lancer dans cette entreprise loin de lui être inconnue, il veut vérifier une ultime fois qu'il se trouve bien à son avantage. Quelques serviettes en papier plus tard pour essuyer ce qu'il peut de ses cheveux encore légèrement humides, il les remet en arrière d'un geste assuré de la main et frotte sa barbe de quelques jours avant de réajuster les boutons de sa chemise et se rendre dans la salle où commencera très bientôt le film après un dernier petit arrêt au stand. Une chance : non seulement les lumières sont encore allumées et lui permettent de repérer la déesse brune quelques rangs plus haut mais en plus les places à côté d'elle sont toutes les deux libres. Un sourire au coin des lèvres il retire son imper trempé, s'y rend et se penche légèrement pour attirer l'attention de la jeune femme : « Excusez-moi.. » Commence-t-il en toute politesse dans un accent allemand très approximatif. S'il arrive à se faire comprendre, Hélios a toujours un peu de mal sur la prononciation de certaines syllabes. « Permettez que je m'assois ici ? Si vous n'attendez personne bien entendu. » Les lumières très légèrement tamisées ne la rendent que plus belle encore. Sans oublier ses yeux bleus pareils aux siens dans lesquels l'irlandais ne manque pas de se perdre. « Un ami devait initialement m'accompagner mais je crois bien que je me suis fait poser un lapin et vous semblez de bien meilleure compagnie qu'un fauteuil vide... » Argumente-t-il dans un faux sourire timide. Par expérience il sait que les femmes sont beaucoup plus enclin à accepter une présence masculine inconnue si cette dernière leur semble inoffensive et a déjà eu son lot de mauvaise nouvelle pour la journée. Scrupules, pitié. Appelez ça comme vous voulez, du moment qu'elle accepte et lui permette de continuer sur sa lancée. « En contre partie je vous promets de partager mon popcorn. » Ajoute-t-il en pointant le dit paquet dans sa direction pour qu'elle puisse d'ores et déjà se servir, un sourire en coin toujours planté sur le visage.  





━━━ ♛ ━━━
These violent delights have violent ends. And in their triumph die, like fire and powder which, as they kiss, consume. ━ Shakespeare.

awards 2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

How could I ever resist ? ft. Clarissa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Défi] I can't resist to sweet
» thialyn ✦ I can resist everything except temptation (terminé)
» Reign (série)
» Clarissa ♚ be yourself there's no one better
» "On gagne les esprits par beaucoup de douceur" Clarissa Charmant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: We like to travel :: Le reste du monde-