Les Top

Leatherland
Blazing Star
Fearwood
Chicago Dreams



 

Bienvenue sur le forum ♥

Nous manquons de membres du brotherhood et d'hérétiques.

Partagez | .
 

 Le chasseur devient le chassé ?- Darren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
▬ Messages : 175
▬ Points : 857
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Ven 28 Avr - 10:32

Le chasseur devient le chassé ?



Editrice, c’est aussi, parfois, enquêtrice. Savoir mener son enquête sur l’auteur, l’entourage, la vie en général. Une partie de mes deux rôles, de mes deux passions, de ce que je suis. Un auteur n’est pas juste celui qui me fera gagner de l’argent, augmentera la réputation de mon label, c’est aussi quelqu’un qui a confiance en moi pour l’aider dans la création de son projet.
Le souci étant que quand je cherche à joindre une jeune auteure et qu’elle ne répond nulle part, je m’inquiète. Surtout dans une ville où le paranormal est plus présent que l’humanité à proprement dite.
J’avais quitté le travail plus tôt, me rendant à l’adresse des chèques que j’envoyais pour tenter d’avoir des nouvelles. Quand la porte s’ouvrit, je tombais nez à nez avec une femme que j’avais pu déjà voir accompagnée l’auteure. Les traits tirés, les cernes sous les yeux, les yeux rougis par les larmes. Elle me laissa entrer, elle semblait faible et découragée. Après une tasse de thé qu’elle m’offrit avec gentillesse, le constat fut rapide. Je m’attendais à tout, sauf à devoir réconfortée une mère affolé par la disparition de sa fille.
Je devais lui inspirer confiance pour qu’elle me raconte que sa fille avait disparut depuis deux jours, choses qui ne ressemblait pas à sa petite protégée, trop sérieuse pour un déboire quelconque. Cette gamine semblait tellement aimé la lecture, l’écriture, semblait ne vivre que pour ça que ça me semblait étrange. Disparut en pleine nuit ? Elle m’annonça aussi avoir fait appel à un privé et me donna même l’adresse. Etait-elle si désemparée qu’elle racontait tout à une simple éditrice ? Enfin, simple éditrice…
Je rentrais presque aussitôt chez moi, me changeait pour prendre ma moto et me rendre directement devant l’adresse du privé. Quelle surprise de reconnaitre un visage que j’avais déjà aperçu un peu trop souvent sur les lieux clés où j’allais, tentant de trouver une proie facile à me mettre sous la dent…Non, pas cette expression pour celle qui chercher à éradiquer la race des suceurs de sang.
Un privé, lui ? Quelle blague. Appelez-moi idiote, aussi, non ? Bon après tout, j’ai moi-même un travail, alors pourquoi pas eux ? Comment être tant catégorique ? Demandez à ce jeune gamin, qui courrait dans la rue un soda à la main, renversant une partie de son contenu sur le privé. Un savant mélange d’aconit et de sucre. Pourquoi l’aconit et pas la verveine ? Parce que la verveine c’était sur un autre passant ? C’est fou ce qu’on peut faire croire aux gens, en leur faisant croire que l’on fait une blague à un ami. Quand je l’avais vu réagir, à ce deuxième poison, j’avais refermé ma visière pour faire rouler ma moto et partir d’ici, tentant de taire ce sentiment de colère qui grondait en moi.
Il est dur de mêler son rôle, son train de vie habituel, la façon de pensé que l’on vous a ancré dans la tête depuis le plus jeune âge et la rage obsessionnelle, l’envie de meurtre qui ne fait que monté, jour après jour, face à ces monstres, raison de la mort d’un être cher. J’aurais peut-être dû aller voir un psy, se rapprocher d’un autre membre de cette confrérie étrange dont je fais partie plutôt que de veiller sur une mère malade dont la mort n’a fait qu’attiser la haine.
Combattre, jour après jour cette envie de tuer, parce que ça ne convient pas au précepte appris.
Discrètement, comme le prenant en chasse, j’avais suivi le privé, tentant de ne pas oublier la mission que je m’étais donné, ce qui me permettrait d’agir si tant est que ce loup soit un danger pour les humains. Aucune autre chance, n’est-ce pas ?
Le soir venant, toujours à l’affut du moindre geste du privé, je le suivis partout, espérant qu’il me mène directement à Laury, cette jeune fille perdue. Près d’un lotissement d’immeuble, je trouvais sa voiture, visiblement, lui dedans, n’ayant pas bougé depuis quelques heures. Combien de temps peut-on rester sans bouger ? Sans parler à quelqu’un ? Rester là, regarder et ne pas agir ?
Trouvant le temps trop long, trop impatiente de savoir si dans l’un de ces appartements, de ces immeubles se trouve la personne que je cherche, je laissais ma moto pour aller vers cette voiture, le cœur battant d’angoisse. J’ouvris la porte, avant de m’asseoir et de ne pas jeter un coup d’œil sur le conducteur, mon arme pointé vers lui.
- Darren Blackwell, détective privé et loup à ces heures ? Je n’ai pas spécialement envie de tirer, à dire vrai, si ça me démange, mais j’ai bien plus important à faire. Alors, une simple question : Est-ce que Laury est là ?
Je rapprochais mon arme de lui, mon regard toujours sur cette masse de béton armée, avec l’aube d’un léger espoir. Ma voix, froide de tout sentiment, dure et sans expression, si ce n'est l'agacement d'être dans le flou complet.





lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 210
▬ Points : 493
▬ Date d'inscription : 24/08/2015
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Ancien étudiant en criminologie, profiler, profite d'une année sabbatique en travaillant comme détective privé
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Mar 2 Mai - 22:33



Le chasseur devient le chassé ?

J'avais passé une très longue journée à rassurer et consoler des épouses éplorées qui apprenaient de ma bouche les infidélités de leurs maris. Certaines fondaient en larmes, d'autres refusaient tout simplement d'y croire et certaine, garder leurs fiertés et leurs sang-froid en me demandant le plus posément du monde si je connaissais un bon avocat. Certaines fois, les demandes étaient plus sordides, quand on me demandait d'enquêter sur des affaires de disparition que la police avait classées sans suite, par manque de preuves, de temps et de fonds.

Cette fois n'était pas différente des autres fois, j'avais dû une mère craignant pour sa fille, je pouvais voir sa peine mais également la ressentir, j'avais pris l'affaire sans même réfléchir. Si je pouvais l'aider, je le ferais. Et ce n'était pas négociable. J'avais pris des notes sur ce qu'elle m'avait racontées, disparue depuis à peine quelques jours au beau milieu de la nuit. J'avais tout de suite pensé à un vampire, le genre de vampire assez désespéré qui ne portait pas de bagues de jours et que je pourrais donc traquer une fois la nuit tombée.

J'avais passé la journée à expédier les affaires espérant que le temps passerait plus vite, je n'avais qu'une seule piste concernant Laury. Et une fois ma journée officiellement terminée, je n'avais qu'une seule envie quitter ce bâtiment. Mais une fois à l'extérieur avant même que je ne puisse rentrer dans ma voiture je croisais un gamin avec un verre à la main, ce dernier m'en renversa la moitié dessus, si au début tout me paraissez normal, rapidement le liquide commença à me brûler la main, je masquais ma douleur avant de chasser un maximum la substance, réalisant très vite que ce n'était pas du soldat mais de l'aconit. Je regardais autour de moi, à la recherche de la personne derrière cette "blague". Mais j'avais une affaire bien plus importante à traiter.

Je montais enfin dans ma voiture, alors que ma peau, ayant été en contact avec l'aconit était en train de se régénérer. J'avais entendu parler d'un vieux bâtiment, où se trouvait des tas d'appartements délabrés, servait de repère à quelques vampires, si Laury avait en effet était kidnapper par l'un d'entre eux, c'était une des meilleures pistes que j'avais. Je me garais, attendant que le soleil se couche pour voir les vampires s'agiter, mais c'était sans compter sur un ou plutôt une invitée surprise qui se glissa sur le siège passager une arme pointée vers moi.

- Darren Blackwell, détective privé et loup à ces heures ? Je n’ai pas spécialement envie de tirer, à dire vrai, si ça me démange, mais j’ai bien plus important à faire. Alors, une simple question : Est-ce que Laury est là ?

Je levais les yeux au ciel, visiblement, j'avais affaire à une chasseuse, Drake m'avait prévenu qu'un nouveau type de chasseur était dans le coin, un sourire s'étira sur le coin de mes lèvres alors que je tournais la tête vers elle.

- On se calme Mata Hari. Il semblerait qu'on soit là pour la même chose, alors range ton joujou. A part ça, à qui ais-je l'honneur ?

Mon ton était calme, tout comme le reste de ma personne, la jeune brunette devait avoir une vingtaine d'années. J'avais l'habitude de traiter avec certains chasseurs, Drake avait d'ailleurs rejoint ma meute. Et son tempérament me faisait énormément penser à celui de la jeune femme.

- Ça serait dommage que tu tues la seule personne ayant une piste solide pour retrouver Laury.

Je n'avais rien contre la jeune femme, vu qu'elle avait prononcé le prénom de l'inconnue que je recherchais, nous étions visiblement dans le même camp, même si au vu de son arme braquer sur moi, ce n'était pas flagrant.

- Au fait merci pour le verre de soda, mais à l'avenir si tu veux m'inviter à prendre un verre, sache que je préfère un bon macchiato sans aconit.

AVENGEDINCHAINS

_________________

These days i'm fine
These days i tend to lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 175
▬ Points : 857
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Mer 3 Mai - 16:57

Le chasseur devient le chassé ?



Sur la moto, j’oscillais mon regard entre la voiture et les bâtiments à côté. Il ne pouvait pas être ici pour rien, pas après avoir parlé à la mère. Il m’avait fallut quelques minutes pour rentrer dans cette voiture, me retrouver dans un endroit clos avec le genre de personne qui avait provoqué, d’une certaine manière, ma naissance.
Etre proche de quelqu’un comme lui, se rappeler que la fonction première c’est d’être sur ses gardes, espérer qu’à aucun moment il ne tente quoi que ce soit, contre un humain, contre une autre personne. Espérer, surtout, qu’à aucun moment je ne décide de rompre une quelconque promesse.
Comme éviter d’appuyer sur la détente de mon arme, proche de ses côtes, alors que j’avais finalement réussi à rentrer dans cette voiture, pensant plus à cette gamine, à son retour auprès de sa mère, à son livre qui sortirait, à sa vie qui serait de plus en plus belle. Je respirais assez fortement et son sourire, que je pris pour une insulte au fond de moi, attisa la nervosité dans mes doigts. J’esquissais un tout petit sourire, sournois avant de rapprocher mon arme, frôlant sa peau à présent.
- Je la rangerais quand je serais sûr de toi, ce qui n’est pas prêt d’arrivé. Ne faisons pas comme si savoir qui j’étais avais une quelconque importance.
A dire vrai, son calme me tapait sur les nerfs et ma voix froide devait lui servir d’indice. Ce qui m’énervait le plus ? Non pas qu’il soit calme face à moi, même si qu’il n’ait aucunement peur, du moins qu’il ne le montre pas était un peu vexant ; c’était surtout le fait qu’il semble si calme alors qu’une vie était en jeu. Comment pouvait-on être calme dans une telle situation alors que cette jeune femme, si elle était encore en vie, devait être terrorisée ?
- Pourquoi crois-tu être encore en vie ? Je t’ai suivi et je me doute que si tu es là, c’est parce que tu as des informations. Vu l’heure tardive, je suppose que tu as pensé aussi aux vampires ? Elle serait là ? Je sais qu’on ne peut pas vous faire confiance, mais il y a tout de même pire que les cannibales.
Une pointe d’inquiétude dans ma voix que je ne cherchais absolument pas à taire. Je l’avais rencontré, cette Laury et elle avait quelque chose qui me rappelait moi avant la mort de mon père. Cette lueur dans les yeux, de vie et de malice quand on tient un projet dans les mains. Cette envie de se battre contre la fatalité, même si ça déplait à ses parents. Oui, il fallait qu’elle rentre chez elle.
J’esquissais un sourire moqueur en éloignant mon arme de lui, la rapprochant de moi, bien qu’elle soit toujours braquée vers lui. Ainsi il avait fait le rapprochement entre moi et le soda ? En même temps, quoi de plus évident.
- Quel fin limier ! Quel flair… J’en prends note, si tu la ramènes chez elle, en vie, j’oublierais l’aconit.
Aurais-je sous entendu, ici un rapport quelconque avec un chien, l’animal domestique qui se roule en boule dans sa niche ? Oh, si peu… Je regardais à nouveau les bâtiments autour, jouant nerveusement avec mes doigts sur l’arme. Mon regard se voila, non plus de colère mais d’inquiétude. Tentons d’oublier le loup pour ne voir que le privé ici.
- C’est une fille bien. Elle a un bon potentiel. Si elle est en danger, c’est mon rôle aussi d’agir, alors dis moi ce que tu sais, ce que tu supposes et pourquoi tu es encore dans cette voiture à attendre alors qu’elle rend peut-être son dernier soupire ! Si c’est réellement un de ces maudits vermisseaux, elle doit être terrorisée…
Je regardais l’heure avant de me tourner vers lui, l’arme ne le braquant presque plus. Je n’avais aucune confiance, mais s’il était là, c’était pour elle, non ? C’était son travail, alors, pour ce soir, lui et moi allons dans le même camp. Oui, c’est indigeste à dire, mais si la vie de quelqu’un en dépend, alors ne plus penser à soit devient normal.
- Tu auras besoin d’aide. Tu ne peux pas entrer là-bas, les affronter et la sortir de là. Ca me fait mal de l’admettre, alors ne m’oblige pas à le répéter. Donc…Un topo rapide et on y va, parce que là, clairement, j’ai peur pour elle.
J’avais perdu tous sentiments, qu’ils soient positifs, négatifs, j’étais juste sérieuse, concentré, peut-être anxieuse de ne pas savoir ce qu’il se passe derrière les murs.




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 210
▬ Points : 493
▬ Date d'inscription : 24/08/2015
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Ancien étudiant en criminologie, profiler, profite d'une année sabbatique en travaillant comme détective privé
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Mar 16 Mai - 19:54



Le chasseur devient le chassé ?

C'était bien ma veine ça, tombé sur une chasseuse alors que je traquais un vampire. Visiblement elle savait qui j'étais et connaissais ma profession, savait-elle que j'avais une meute également, qui comptais un kanima, un druide, une bêta, une banshee et même un chasseur qui serait loin d'être ravie s'il apprenaient comment j'avais rencontré la jeune femme. Cette dernière rapprocha son arme de mon corps, j'arquais un sourcil. Habituellement soit les chasseurs vous tirez dessus avant de poser les questions, soit-il, vous sortez une punchline sortit tout droit d'un mauvais film avant de vous tirer dessus.

- Je la rangerais quand je serais sûr de toi, ce qui n’est pas prêt d’arrivé. Ne faisons pas comme si savoir qui j’étais avais une quelconque importance.

- Ca à de l'importance pour moi, savoir qui vient me menacer avec une arme dans ma propre voiture.

Dans le fond elle avait de la chance, je n'aimais pas être menacé, mais je savais faire la différence entre une jeune femme qui visiblement n'était pas là par hasard, et une folle furieuse qui tirez sur tout ce qui bouger. Elle aurait menacé un membre de ma meute ça n'aurait pas été la même limonade. Armée ou non. J'avais tendance à faire passer la protection des miens avant ma propre survie, ils étaient ma responsabilité après tout.

- Pourquoi crois-tu être encore en vie ? Je t’ai suivi et je me doute que si tu es là, c’est parce que tu as des informations. Vu l’heure tardive, je suppose que tu as pensé aussi aux vampires ? Elle serait là ? Je sais qu’on ne peut pas vous faire confiance, mais il y a tout de même pire que les cannibales.

- Parce que je ne suis pas l'ennemi. Parce qu'une mère de famille m'a supplié de retrouver sa fille et que j'ai pris l'affaire, et si tu penses que c'est pour l'argent c'est faux.

J'indiquais le siège où elle était assise, à ses pieds elle pouvait voir ce qu'il restait du chèque désormais en confettis, je ne l'avais pas encaissé, j'avais pris l'affaire parce qu'elle était dévastée rien de plus rien de moins. Esquissant un sourire moqueur elle éloigna son arme, avant de s'étonner du fin que j'avais fait le rapprochement entre elle et le soda. Cette dernière avait une nouvelle fois une réplique toute trouvée.

- Quel fin limier ! Quel flair… J’en prends note, si tu la ramènes chez elle, en vie, j’oublierais l’aconit.

- Ca doit être fatiguant à la longue d'être autant remplie de haine. Tu te sens si mal dans ta peau qu'il faut que tu rabaisses les autres en insultant leurs natures ?

Aucune ironie dans ma question, je n'étais pas révolté, ni vexé ni en colère. J'avais entendu bien pire de la part d'autres vampires et chasseurs. Je me surprenais à vouloir comprendre d'où venait ce comportement de machine à tuer, elle était censée être l'humaine de nous deux et pourtant...

- C’est une fille bien. Elle a un bon potentiel. Si elle est en danger, c’est mon rôle aussi d’agir, alors dis moi ce que tu sais, ce que tu supposes et pourquoi tu es encore dans cette voiture à attendre alors qu’elle rend peut-être son dernier soupire ! Si c’est réellement un de ces maudits vermisseaux, elle doit être terrorisée…

- Elle aurait été une vraie garce, j'aurais tout de même pris l'affaire, personne ne mérite ça. Et je te signale que tu perds du temps, alors maintenant soit tu me tires dessus soit tu ranges ton joujou et on sauve Laury.

Qu'elle soit une fille bien ou non ce n'était pas le problème, personne ne méritait de se retrouver plonger dans les griffes du danger comme ça, un dommage collatéral, causant une peine terrible à ses proches. J'avais dû agir en conséquence et c'est en enquêtant que j'étais tombé sur cet immeuble, abandonné, mais pas de tous.

- Tu auras besoin d’aide. Tu ne peux pas entrer là-bas, les affronter et la sortir de là. Ca me fait mal de l’admettre, alors ne m’oblige pas à le répéter. Donc…Un topo rapide et on y va, parce que là, clairement, j’ai peur pour elle.

- Wow t'as réussis à dire ça sans serrer les dents y a du progrès. Les vampires qui vivent là, sont jeunes, inexpérimentés et surtout, ils n'ont pas de bijoux leur permettant de sortir en plein jour.

Le fait qu'ils étaient jeunes n'était pas une bonne chose, certaines ils seraient moins puissants qu'un vampire centenaire mais leurs inexpériences les rendaient plus dangereux. Le soleil dans le rétroviseur m'éblouit l'espace de quelques secondes, le signal que j'attendais.

- Regarde ça, tel des rats désertant le navire. Elle est encore en vie, plus pour très longtemps. La majorité d'entre eux part une fois la nuit tombée pour partir se nourrir. Ils seront moins nombreux c'est toujours ça. Et par pitié ne fonce pas dans le tas tête baissé.

J'ouvris ma portière avant de me glisser à l'extérieur du véhicule. Les mains appuyées sur cette dernière, la rue qui menait aux vieux immeubles se plongea dans l'ombre, j'émis un léger sourire victorieux, pour l'instant tout se passait bien. Je me baissais pour observer la chasseuse et lui faire un signe de tête en direction de l'immeuble. Je commençais à m'avancer en direction de se dernier avant de contourner le bâtiment pour passer derrière.

- Si mes souvenirs sont bons il y a une porte condamnée quelques pars par.... là.

J'usais de ma force pour faire sauter la poignée ce qui débloqua la porte, je poussais cette dernière, avant de me tourner vers la jeune femme. L'immeuble n'était pas désert et plus la lumière du soleil s'affaiblissait plus ils seraient libres de vagabonder un peu partout...
AVENGEDINCHAINS

_________________

These days i'm fine
These days i tend to lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 175
▬ Points : 857
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Mar 23 Mai - 17:22

Le chasseur devient le chassé ?



En théorie, j’aurais dû me présenter, il marquait un point quand à la menace, quand à ma présence ici, lui qui ne savait rien sur moi si ce n’est mon rôle de chasseuse. Pourtant, donner mon identité, je n’aimais pas le faire, je n’aimais pas donner les moyens que l’on me retrouve, aussi, si je pouvais taire qui j’étais, c’était bien pratique. Peut-être devrais-je trouver un prénom à balancer la prochaine fois. L’idée de me mettre en danger avec mes méthodes un peu trop radicales ne me faisaient aucunement peur. La peur d’ailleurs ne faisait plus partie de ma vie. J’aurais pu venir le voir, plus calmement, lui expliquer la situation, mais il n’était pas un humain et de lui, je me méfiais.
Dire que j’étais étonnée quand mon regard se posa sur le chèque serait exagéré, pourtant… Ce fut assez, à mon sens, à cet instant précis pour comprendre que nous étions ici pour la même chose et peu m’importait qu’il était lycan, j’arriverais bien à l’oublier pour quelques minutes, quelques instants où la vie d’une plus faible était en jeu. Il n’était pas l’ennemi ? Il me tardait de le voir en action pour en juger moi-même.
Ma main se resserra sur la crosse de mon arme, n’appréciant que peu ce qu’il venait à l’instant de me dire. Mon regard se planta dans le sien, avec un air de défi. Je ne supportais pas que l’on me parle ainsi, et j’étais loin de vouloir admettre que j’étais mal dans ma peau. Haineuse ? C’était devenu une seconde nature, rabaisser les autres ? En soulignant simplement sa nature ? J’avais oublié qu’ils étaient précieux, ces cannibales.
- Ce qui me fatigue c’est de devoir sans cesse me battre contre ceux qui ne devraient pas exister.
Le sous entendu devait être clair et je me moquais bien de l’ampleur que cette phrase aurait. Les jugements hâtifs sur ma propre personne ne sont pas les bienvenus, un juste retour des choses. Oui, d’une façon logique, j’avais peut-être commencé ces attaques inutiles, amenant une pression supplémentaire à cette situation qui pouvait déjà l’être, pour lui, comme pour moi.
Lui tirer dessus était une belle tentation, mais sauver cette gamine serait ce qui me permettrait de dormir un peu plus apaisée ce soir. Le « on » m’avait presque fait sourire, sa façon de parler de cette gamine, de cette humaine m’avait presque étonnée. Ce pourrait-il que la branche pourrie du monde ne le soit pas totalement ?
Ce qui pouvait m’exaspérait était la réaction de ce genre de personne quand un pas est fait vers eux. Il aurait fallut que je réponde, il aurait fallu que j’ouvre la bouche, mais je savais, impulsive que j’étais que j’aurais fini par tirer et si mon cou n’avait pas été mortel, sa réaction le serait. Je n’étais pas ici pour le tuer, j’étais ici pour aider une personne que je connaissais.
- Tu feras attention à tes arrières.
J’avais serré les dents, laissant planer ce qui ressemblait à une menace. Le plus important était la suite, des vampires jeunes, inexpérimentés et sans bague de jour rendait la tâche moins aisés. Ils auraient forcément attendu la fin du jour et chaque seconde qui les séparait de la fin de journée les rendait plus affamés. « Elle est encore en vie », je me mettais à rêver, à espérer que c’est bien vrai, qu’il y avait une chance que l’on ressorte à trois, voir deux, elle et moi. Le principal étant qu’elle sorte d’ici, saine et sauve. Je le regardais sortir, avant de regarder la grande bâtisse sombre une boule naissante dans le ventre. L’appréhension de ne pas s’en sortir n’y était pour rien, ma vie n’a que trop peu d’importance sur cette terre, mais celle de cette humaine, vaut bien tout les sacrifices. Je sortis à mon tour, retrouvant cette adrénaline que j’aimais tant dans les missions, cette sensation de me sentir prête à tout affronter si la vie de quelqu’un était en jeu. Je le suivais, comme son ombre, consciente que mon récent déménagement dans cette ville lui laissait le monopole de connaitre le terrain. Le bruit qu’avait fait la porte avait du les alerter et pourtant, mon idée de défoncer la porte n’était pas si mauvaise, quitte à faire du bruit, autant le faire bien. Quand il tourna son regard vers moi, mon visage s’illumina d’un grand sourire amusé et satisfait. Chacun ses méthodes et moi, je ne fais pas dans la dentelle. J’approchais de lui, avant d’entrer, lui faisant signe de main de rester derrière. Je sortis mon couteau de ma botte avant de m’ouvrir la main, mon visage ne grimaçant pas sous la douleur, comme si finalement, rien ne se passer. Je serrais ma main, faisant glisser mon sang sur le sol, attentive aux moindres bruits. Un certain avantage d’être une brotherhood, finalement. Mon cœur s’emballa avec la pression quand j’entendis des pas arrivaient vers nous. Lentement ? Diantre, que font-ils de leur force et de leur rapidité ? Je reculais de quelques pas, me rapprochant de la porte avant de sortir une de mes petites bombes artisanales qui ferait un effet particulier. Une fois les silhouettes proches, je lançais l’objet au milieu de ce petit cercle de fortune avant de sortir, rapidement. Sur ma route, je me saisis de Darren, le plaquant contre un mur, pour éviter qu’il ne ressente aucun débris, parce que même à la veine de venus, une détonation peu faire mal de par les déflagrations. Je relevais un visage satisfait vers lui avant de rentrer dans l’immeuble, sortant mon arme à feu après avoir ranger mon couteau dans la botte.
- Tu m’excuseras, je préfère mes méthodes.
Je pris une profonde inspiration avant de faire le vide dans ma tête, je ne devais penser ni à cette fille, ni à cet accompagnateur de fortune, la finalité serait la finalité, pas le chemin qui m’y mènerait. J’avançais en regardant les corps calcinés des vampires, consciente que ceux qui pourraient rester serait aussi au aguets que nous l’étions maintenant.
Le soleil se couchait de plus en plus, me permettant de voir avec certaine difficulté dans cet immeuble où ne finirait par passer que la lumières des éclairages artificiels. Je n’entendais aucun bruit qui pourrait m’annoncer que la jeune fille que nous cherchions était ici, encore en vie. Endormie ? Inconsciente ? Morte ? Je secouais la tête, chassant les pensées de mes idées. Ayan l’habitude d’être seule, je n’attendis pas le loup qui était derrière moi, préférant avancer devant. Le travail d’équipe, très peu pour moi. Si le rez-de-chaussée semblait l’air désert, le premier étage attira mon attention, des bruits significatifs d’une présence, non pas d’un seul individu, mais de plusieurs. Je finis par tourner mon regard vers Darren, lui montrant le plafond du regard.
Ils savaient que nous étions là. Nous savions qu’ils étaient là. Et pourtant pour une fois, je n’étais pas sûre de moi, ils étaient plusieurs et même à deux, mêmes à force presque égales, la situation me semblait compliquée.




lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 210
▬ Points : 493
▬ Date d'inscription : 24/08/2015
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Ancien étudiant en criminologie, profiler, profite d'une année sabbatique en travaillant comme détective privé
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Lun 19 Juin - 21:11



Le chasseur devient le chassé ?

- Ce qui me fatigue c’est de devoir sans cesse me battre contre ceux qui ne devraient pas exister.

- Et tu es qui exactement pour décider de ça ? Ah oui, une chasseuse qui existe uniquement parce que les êtres surnaturels qu'elle déteste tant existent eux aussi.

Mon ton était toujours très calme, j'avais entendu pire, bien pire de la part de toutes sortes de créatures, même de la part d'autres chasseurs. Je n'étais simplement pas décidé à perdre mon calme, j'avais une mission et il était hors de question de me laisser distraire. Etant né loup garou et ayant trente ans, si je n'arrivais pas à maîtriser... Je n'étais pas Peter Hale à la recherche de pouvoir et mordant des adolescents à tout va pour me faire une meute.

- Comme si les humains étaient complètement innocents. Ils ne nous ont pas attendus pour s'entre-tuer.

Des guerres dans lesquelles nous n'avions absolument rien à voir. Ils se torturaient et se tuer pour des raisons diverses mais dès qu'il s'agissait d'un être surnaturel c'était différent, et bien oui il était étiqueté comme monstre parce que nous n'étions plus complètement humain.

- Tu feras attention à tes arrières.

- Je t'ai pas attendu pour le faire.

Et pour ça j'avais une meute, qui venait d'accueillir plusieurs nouveaux venus dont un chasseur de la famille Argent, un druide, une louve et même une banshee. Si pendant des années je m'étais contenté de Glenn comme seul membre de ma meute ce n'était plus le cas aujourd'hui. Peter Hale joué un jeu dangereux qui mettait tout les lycans en danger simplement à cause de leur nature. Pour la première fois j'étais satisfait du fait que nos morsures soient létales contre les vampires. Rapidement on s'approcha du bâtiment pour y faire notre entrée, la chasseuse ne tarda pas à faire étalage de ses gadgets.  

- Tu m’excuseras, je préfère mes méthodes.

Ce qui me rassura c'est qu'elle savait se battre, mais ses méthodes manquées cruellement de discrétion, le soleil se couchant aller lui poser quelques problèmes, dans quelques instants son champ de vision serait très limités, contrairement aux miens, mes yeux rouges , témoins de mon statut d'alpha me seraient d'une grande aide. La chasseuse se tourna vers moi avant de m'indiquer le plafond du regard. Je fermais les yeux quelques secondes me concentrant sur chaque bruit, les vampires avaient gardé l'habitude de respirer. Je comptais quatre respirations dans la pièce juste au-dessus de la nôtre. Ces derniers nous attendaient juste à la sortie de l'escalier, il suffisait juste de les surprendre un peu. J'adressais un signe de tête à la chasseuse afin qu'elle me suive.

Une pièce que j'avais visitée quelques minutes plus tôt était plus délabrée que les autres et donné accès à l'étage supérieur sans que l'on ait besoin de prendre les escaliers. D'un bond j'arrivais à destination avant de me pencher pour offrir mon aide à la chasseuse, je me fichais de sa nature actuellement elle était une alliée et je n'allais pas la laisser là, la situation était déjà assez compliquée comme ça.

- Deux petites secondes.

La voix basse, en entendant un craquement derrière moi mes yeux passèrent au rouge avant que je ne me relève rapidement pour plaquer l'étrange visiteur contre le mur le plus proche. Quand ce dernier tenta de me saisir par la gorge j'attrapais habillement son poignet pour le mordre, ce dernier s'apprêta à lâcher un cri juste avant que je ne brise sa nuque. Je retournais au-dessus de la crevasse pour aider la jeune femme à atteindre le niveau supérieur. J'attrapais le corps du vampire inconscient que ma morsure finirait par achever pour le balancer à l'étage du dessous profitant du bruit pour me pencher vers l'épaule de la chasseuse pour lui signaler combien d'ennemis se trouvait juste à côté de nous.

- Trois dans le couloir, quatre dans celle de gauche, deux à droite.

AVENGEDINCHAINS

_________________

These days i'm fine
These days i tend to lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 175
▬ Points : 857
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Mer 28 Juin - 13:22

Le chasseur devient le chassé ?



Les wendigos, les vampires, les loups, les banshees, les sorcières, même, tout ça était une aberration de la nature et les paroles du loup étaient fausses à mes oreilles. S’ils n’existaient pas, je n’existerais pas ? Bien sur que si, je serais une humaine tout à fait normal qui aurait peut-être perdue sa mère, mais certainement pas son père et qui ne sentirait pas ce vide intersidéral à l’intérieur d’elle-même.

Force est de constaté que peu importe mes paroles, en face de moi, je trouvais quelqu’un de très calme, voir même de trop calme. Il répondait, parfois à certains pics que j’avais conscience de lui octroyer et pourtant, il n’élevait pas la voix, il ne semblait pas s’énerver et il était tout de même prêt à se battre à mes côtés pour elle. Une telle retenue pour un loup signifie que…Non.

A dire vrai, je commençais à aimer cette ambiance qui s’installer. Je suis et resterais froide face à ceux contre qui je dois me battre et pourtant, aujourd’hui, il est avec moi et je n’en ai aucune crainte. Je lui ai tourné le dos, plus d’une fois, sans qu’il ne m’arrive quoi que ce soit, je dois admettre que c’est reposant. Cette retenue à laquelle il fait face, face à mes paroles me surprend et me ferait presque sourire. Sa façon de se jeter à corps perdu dans sa mission.

J’avais, aidée par la rage, cette envie folle de courir dans les escaliers, de foncer dans le piège qu’ils nous tendaient, mais avant de faire n’importe quel geste, Darren m’indiqua de le suivre. Aussi étonnant que l’étais notre rencontre, je l’ai suivi, consciente qu’il n’était en rien question de ma rage, mais de sauver une innocente.
Je repérais le trou dans le mur, de plus en plus difficilement dû à la pénombre avant de le voir sauter avec tant de facilité que je le jalousais. La grâce d’un canin…J’en venais presque à apprécier me retrouver dans cette situation avec lui. J’avais approché, tendant ma main avant qu’il ne se recule et quand ses yeux se teintèrent de rouge, mon corps fut parcouru d’un frisson. Un alpha… Ma pauvre Abby, tu ne peux juste pas t’attirer des ennuis avec d’autres, tu dois taper dans le chef d’une meute ? Ca n’était pas le premier alpha que je rencontrais depuis mon arrivée, mais chaque rencontre avait son lot de surprise. Lorsque j’entendis du bruit derrière lui, je fus étonnée de constater qu’une pointe…d’inquiétude m’avait parcouru. Pas l’inquiétude de devoir continuer seule, juste l’inquiétude de le savoir en danger.

- Darren ?

Refoulant cette idée au plus profond de moi, je me préoccupais de l’important en attendant. Consciente que la noirceur de cet endroit serait un réel problème, je sortis une paire de lunette de ma veste. Elle donnait l’impression de n’être que des verres qui protègent de la lumière, à dire vrai, celles-ci pouvaient surtout me permettre de voir dans la nuit, ce qui serait un plus dans cet immeuble. Je le vis arriver à nouveau, près de l’endroit où j’attendais patiemment, après avoir écouté le combat, mes lèvres s’étirent en un faible sourire.

Je montais, avec facilité pour le rejoindre, le regardant jeter le corps inanimé du vampire. Je compris que le cri que j’avais entendu plus tôt était celui du suceur de sang, mordu par Darren lui-même. Mes lèvres s’étirèrent en un sourire plus grand avant d’ajuster mes lunettes. Pas très pratique en théorie, mais ça permet toujours de survivre et de faire attention à ne pas prendre un coup de patte d’un Alpha.
Lorsqu’il m’indiqua le nombre de vampire présent, je posais mon bras devant lui pour qu’il ne puisse avancer. J’étais devenu étonnamment douce et ça n’était pas que dû à son rang de chef de meute. Il avait cette capacité à travailler avec une ennemie pour sauver une vie, grâce à cela, il avait mon respect. Dans le couloir, dans la pénombre, apparu la deuxième Abby qui sans aucun préambule, sorti son arme, enfin, mon arme d’une certaine manière, avant que Darren et moi puissions entendre des coups de feu. Trois pour être exact. Et puis quelques secondes plus tard, un silence de mort avant qu’elle ne reprenne son petit jeu mortel, tirant deux autres balles.

Je m’approchais de lui, constatant que le petit carnage de mon double avait attisé la colère des vampires restant, ce qui ne fit qu’accélérer les battements de mon cœur, l’adrénaline coulant à flot dans mes veines avec cette envie furieuse de me lancer à corps perdu dans un massacre. Pourtant, malgré mon tempérament, je savais que je n’en ressortirais pas vivante et que celle que je devais sauver n’était pas moi, mais bien cette humaine.

- Donc…Quatre dans celle de gauche maintenant…Je crois les avoir énervé d’ailleurs. Laury n’est pas cet étage.

J’esquissais un sourire amusé avant de faire quelques pas avant de chuchoter, assez fière de moi.

- Et tu vois, sans aucune goutte de sang perdue !

J’avançais vers le couloir, mon arme rechargée, ma main serrait, l’esprit vide, concentré sur l’objectif. Deux contre quatre, c’était faisable. Deux voir trois si la situation le demanderait, il y a certain avantage à être membre du Brotherhood. Arrivée dans la pièce, il y eut cette petite seconde où tous se jaugeait, mais eux, ils avaient la fougue de la transformation et nous l’entrainement. Ils débordaient de haine, nous de patience.

Le combat n’était pas aussi facile que je l’avais pensé. Surtout que l’un des vampires que je pensais avoir tué à l’aide de mon double se releva, plus énervé que jamais d’avoir été pris en traitre. Il retira la balle, proche de son cœur au lieu d’y être logé et s’élança sur moi. Si je venais juste d’en tuer un, je mettais tourné vers Darren, levant mon arme vers lui, du moins vers un vampire qui comptait attaqué dans son dos, ne surveillant pas mes propres arrières.





lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 210
▬ Points : 493
▬ Date d'inscription : 24/08/2015
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Ancien étudiant en criminologie, profiler, profite d'une année sabbatique en travaillant comme détective privé
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Ven 28 Juil - 13:26



Le chasseur devient le chassé ?

Faire équipe avec un chasseur était une grande première, mais pour sauver une vie j'étais prêt à faire équipe avec n'importe qui tant que ça me garantissait la survie d'une vie innocente en l'occurence. Je savais faire la différence entre les chasseurs qui avaient massacré ma famille et celle qui faisait équipe avec moi aujourd'hui. En me chargeant d'un vampire je pouvais entendre la voix de la jeune femme, et sentir son émotion de l'inquiétude ? Non ça ne pouvait être ça. Une fois le vampire mordu j'aidais la chasseuse à atteindre l'étage supérieur. J'émis un sourire en voyant ses lunettes lui permettant d'y voir dans le noir, mes yeux d'alpha me permettait d'y voir aussi bien qu'en plein jour mais j'étais rassuré de voir que la jeune femme était préparée à tout. Alors que je lui indiquais le nombre de vampires présent et elle m'empêcha d'avancer. J'arquais un sourcil avant de pencher la tête pour voir une seconde chasseuse, identique à celle qui se trouvait à mes côtés. Elle ne tarda pas à user de son arme avant que l'on ne puisse constater les dégâts qu'elle avait fait.

- Donc…Quatre dans celle de gauche maintenant…Je crois les avoir énervé d’ailleurs. Laury n’est pas cet étage.  

C'était le moins que l'on puisse dire, mon ouïe me permettait de capter ses derniers, mais dans le fond c'était une bonne chose, certes ils savaient que l'on était là mais ils étaient en mouvement et non plaqués. Ce qui allait sans doute nous éviter de tomber dans un piège du moins je l'espérait. La chasseuse à mes côtés émit un sourire amusé avant de me chuchoter quelques mots.

- Et tu vois, sans aucune goutte de sang perdue !

- Pourvue que ça dure.

Sa réaction m'arracha un sourire alors que je répliquais. Il nous restait quatre vampires à cet étage qui étaient tous concentrés dans la même pièce. Elle rechargea son arme avant de lancer dans la pièce et je lâchais un grognement en attrapant un des vampires que j'envoyais valser contre le mur le plus proche, et pendant que je m'acharnais sur l'un d'entre eux que je ne tardais pas à mordre pour être sûr qu'il ne fasse plus jamais de mal à personne. J'entendis un coup de feu derrière moi, le vampire en question tomba au sol alors que l'un d'entre eux se trouvait derrière la jeune femme. Sans prendre le temps de réfléchir je franchissais l'obstacle qui me séparait d'eux pour me jeter sans ménagement sur le vampire et ma main se glissa dans sa cage thoracique retirant son coeur. Ce soir je n'étais pas prêt à perdre ni Laury ni cette chasseuse. J'étais décidée à la protéger comme n'importe quel membre de ma meute et ça tant que l'on serait dans ce bâtiment et qu'on n'aurait pas fait sortir Laury de là.

J'entendis un second battement de coeur, ce n'était pas celui de la chasseuse que j'entendais clairement à mes côtés, les battements étaient plus lents. Je me redressais suivant le bruit. Je suivais les battements de coeur qui me guidèrent vers un petit escalier donnant au second étage de l'immeuble, puis ils me menèrent devant une vieille porte en bois dont la poignée était cassée de notre côté. J'inclinais la tête avant de donner un coup-de-poing traversant le bois, ma main attrapa la poignée et j'ouvrais la porte en grand avant de voir ce que je cherchais, une jeune femme correspondant au signalement de Laury couché sur un matelas qui devait être bien plus vieux que moi. J'émis un léger sourire avant de tourner la tête vers la chasseuse.

- Allez-y. Ca ne lui fera pas de mal de voir un visage familier dans un endroit aussi sordide.

La pièce était vide, j'espérais que le retour se ferait plus tranquillement que l'allée. Si l'on devait se battre tout en s'assurant de ne pas perdre Laury ça pourrait très rapidement mal tourner. Mais là encore ma priorité était à présent de les faire sortir toutes les deux en un seul morceau.

AVENGEDINCHAINS

_________________

These days i'm fine
These days i tend to lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 175
▬ Points : 857
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Ven 4 Aoû - 9:57

Le chasseur devient le chassé ?



Une certaine ambiance s’était installée entre lui et moi, proche même de la confiance. Il se laissa retenir assez facilement quand j’entrepris de ne pas nous blesser mais de faire un maximum de dégât avec mon double. Un don, aussi chaotique soit-il permet de sauver, ici et généralement, de me sauver, mais mon travail, ma vocation, entreprend de sauver n’importe qui, chaque être vivant sur cette terre, y compris ceux que je ne supporte pas, ceux que j’exècre et ceux que je voudrais voir mort. Cette haine féroce est le moteur principal de ma réussite dans ce monde.

Les tensions entre le loup et moi semblaient s’apaiser. Déjà inquiète pour lui quand il avait du combattre le vampire, ici, c’était deux sourires qui se trouvaient. Je ne peux pourtant pas apprécier un loup, si rapidement ? Quelque chose en lui m’indique que je peux lui faire confiance, comme à cet autre alpha qui m’a littéralement sauvé la vie. J’aimerais le haïr, comme lorsque je suis entrée dans sa voiture, mais le voir agir, si sérieusement pour sauver la vie d’une humaine, le voir me supporter dans ce combat me force à revoir mon jugement.

Dans le feu de l’action, près à me sauver moi, mais aussi lui pour la raison qui semblait évidente et qui porte le prénom de Laury, j’avais abattu un vampire qui s’apprêtais à attaquer dans le dos. Pourtant, mon arme encore tendu, je le vis arrivé rapidement vers moi. Etait-ce son remerciement que de m’attaquer ? L’effluve de sang l’avait rendu fou ? Et pourtant… Au dernier moment mon esprit comprit que ça n’était pas après moi qu’il en avait. Je tournais la tête vers lui et le cœur qu’il tenait en main, mon visage trahissant la surprise. Il venait de…me sauver la vie ? A ce train là, je devrais prendre mon temps d’acquitter mes dettes envers les alphas. En soit, il n’avait fait que me rendre la pareille. Ca n’était que ça, sa fierté pour ne pas accepter de devoir la vie à une chasseuse. Ca ne pouvait être que ça.
Je ne pu lui répondre, il m’avait déjà tourné le dos, avançant vers un endroit X. Je vérifiais le nombre de balle qui me restait dans le chargeur, avant de le suivre, anxieuse. Une porte presque comdamné nous faisait face et mon ouïe de brotherhood m’indiqua les faibles battements de cœur derrière cette dite porte. Mon regard se posa presque automatiquement sur elle, consciente qu’elle respirait, consciente qu’elle était vivante. Mon cœur s’accéléra même sous la joie de voir une mission réussite. Quand il se mit sur le côté, me laissant ainsi la possibilité de la rassurer, moi, celle qu’elle connaissait, un sourire sincère, même si petit, éclaira mon visage. Un murmure, juste un petit murmure qui se voulait tout aussi sincère.

- Merci…

J’avançais rapidement vers elle, rangeant mon arme dans mon dos avant de m’accroupir, ma main glissant doucement sur sa joue et tout ce que je pouvais avoir de bon en moi venait d’éclore pour cette jeune enfant.

- Laury…Hey…Ca va aller, c’est fini.
- Madame Atkins…
- Abby…Allez viens là…

Je passais une main sous sa nuque pour venir la prendre contre moi, elle qui à peine vit mon visage, éclata en sanglot. Je n’osais imaginer ce qu’elle avait pu vivre, ce qu’ils avaient pu lui faire. Mon regard se posa sur chaque morsure visible et mon cœur marqua le rythme de la haine. Comment pouvait-on faire ça à une enfant ? En soit, elle venait d’approcher la majorité, elle n’était donc plus une enfant, mais ce sentiment maternel que je tenais de mes parents m’obligeait presque à les voir comme des enfants. Je tournais mon visage vers le loup, le gratifiant d’un regard de sympathie avant de glisser mes mains autour du visage de la jeune femme.

- On te sort d’ici…Tout ira bien. Je te le promets.

En soit, c’était une promesse dangereuse, il y avait toujours la menace qui planait sur nos têtes. Une main sous ses bras, l’autre sous ses jambes, je la soulevais avec facilité. Elle n’était déjà pas bien lourde, mais mon entrainement en plus de ma force décuplée d’humaine améliorée, comme je l’aimais à dire, me permettait une plus grande facilité d’action. Elle, elle me serrait, comme si pour elle le cauchemar continuait. Je regardais Darren avant que celui-ci ne prenne les devants. Nous n’avions rien à craindre derrière nous, il ouvrait la marche et tout du long, je me concentrais pour percevoir le moindre bruit qui ne nous appartenait pas, prête à agir si jamais nous devions être attaqués. Je refusais qu’à la porte de sa survie, elle ne vienne à mourir.

J’étais prudente dans chacun de mes pas, pour ne pas risquer sa vie et quand enfin, la porte par laquelle nous étions passés finit par se montrer, j’éprouvais un sentiment de réussite et un soupire de soulagement passa mes lèvres. Je le vis ouvrir la voiture, de loin alors qu’un bruit résonna derrière nous. Je me raidis et d’un regard commun, je compris que ce qu’il se trouvait derrière ne serait pas mon affaire mais la sienne. Nous accordant une avance pour que je puisse la mettre à l’abri. Rapidement, je le laissais dans cette bâtisse, avant de rejoindre sa voiture. Mes gestes étaient doux et lorsqu’enfin je pu déposer la jeune enfant sur la banquette arrière, je tournais mon regard, inquiète vers l’immeuble. Ma mission était finie, Laury était en vie. Deux choses en moi détonnaient : La première facette était de rester auprès d’elle, la protégeant avant qu’il ne revienne. L’autre facette était d’y retourner, aider celui qui m’avait aidé. Il ne me fallut que quelque secondes pour trouver la meilleure chose à faire, dans l’intérêt de tous. J’allongeais la jeune fille, pour être sûre qu’elle ne serait pas visible et fermait délicatement la porte avant de faire demi-tour, me rendant à nouveau vers la bâtisse. Mon arme sortie, armée, j’approchais ne regrettant pas mon choix de faire demi tour et d’aller prêter main forte à ce loup. Alors que j’allais approcher de la porte, celui-ci réapparut, une trace de sang sur le visage. Rassurée, un léger rictus passa mes lèvres avant que je ne range mon arme. C’était aussi ma façon de lui montrer que je n’étais pas un obstacle pour lui. Une main dans une poche, j’en sorti un mouchoir, propre évidemment, avant de lui tendre. Si ma voix semblait morne, elle n’était plus aussi virulente qu’elle avait pu l’être.

- J’espère que c’est celui de l’un d’eux.

A ma manière, c’était aussi une façon de savoir si tout allait bien pour lui. De retour, près de la voiture, je croisais le regard inquiet de la jeune fille, aussi, porte ouverte, accroupi en face d’elle, ses mains dans les miennes, ma voix se teinta de douceur et mon visage de tendresse.

- Tout est fini… Il va te ramener chez toi, avec tes parents. Tout est fini, tout ira bien maintenant. Mais tu ne dois parler de rien, tu ne dois pas parler de ce que tu as vécut ici…Ni de ma présence. Tu comprends ?

Sans doute sans comprendre réellement, elle hocha la tête. Avoir le don d’hypnose, comme les suceurs de sang aurait été pratique pour assurez nos arrières. Ne pas lui faire parler de moi était aussi une manière de ne pas attirer l’attention sur moi. Darren, après tout, c’était son métier, le mien, je devais le protéger. Le secret avant tout. J’embrassais le haut de son crâne avant de refermer la porte, me tenant face à lui, bras croisés. C’était assez gênant, à présent. Je ne culpabilisais pas de la manière dont j’étais intervenu, mais je savais voir quand je me trompais.

- Vous n’êtes peut-être pas comme je le pensais. Merci, Darren.

Nous nous étions mutuellement sauvés la vie et la mission que nous avions été à présent finie et mon cœur pouvait battre normalement, sans aucune pression.






lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 210
▬ Points : 493
▬ Date d'inscription : 24/08/2015
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Ancien étudiant en criminologie, profiler, profite d'une année sabbatique en travaillant comme détective privé
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   Hier à 12:54



Le chasseur devient le chassé ?

Quand je laissais la jeune femme s'occuper de Laury elle me remercia, c'était sans doute la meilleure option sachant que tout ce que le chemin que nous venions de faire, était à refaire. Je me concentrais, non sur la scène qui se jouer à mes côtés mais sur les quelques mouvements que je pouvais entendre. Visiblement nous n'étions pas seuls mais il semblait rester en retrait. J'ouvrais la marche escortant les deux jeunes femmes vers la sortie espérant que ce cauchemar prendrait bientôt fin. Et qu'elles rentreraient chez elles saines et sauves.

On arriva jusqu'à ma voiture avant que je n'entende un bruit derrière nous, j'échangeais un regard avec la chasseuse, comprenant très bien ce qui allait suivre. Je laissais mes clés de voiture sur le fauteuil du conducteur, sachant qu'elle ferait le bon choix. Sa survie et celle de Laury c'est pour ça qu'on était là. Je croisais la chasseuse et me pressais de rejoindre le bâtiment. Je devais juste lui accorder un peu de temps. Rien de plus, pas besoin de jouer au héros mais la possibilité que j'y passe était toujours bien présente.

Je passais de nouveau par la porte que nous envions emprunté. Personne, j'émis un sifflement mes yeux passant au rouge, visiblement pour s'en prendre à une humaine il y avait du monde mais là plus personne. Je ne tardais pas à voir trois d'entre eux s'approcher, un en face et les deux autres de chaque côté. J'observais le moindre mouvement pour voir celui de droite s'avancer pour m'attaquer, avec ma main droite je frapper son bras afin de me saisir de ce dernier et de lui asséner un coup de coude dans le nez. Je pivotais pour l'envoyer valser vers celui qui me faisait face pendant que j'attrapais le poignet du dernier pour le mordre. Ce dernier lâcha un cri avant de me plaquer contre le mur le plus proche. Un de ses congénère s'en débarrassa pour moi me laissant le temps d'atteindre son coeur et de l'extirper de sa cage thoracique.

Je m'approchais de celui qui se relever pour le pousser au sol en appuyant sur ses épaules, d'un geste souple du pied je brisais l'un de ses appuis le forçant à perdre l'équilibre. J'en profiter pour briser sa nuque en m'avançant vers celui qui me rester, on se jeta l'un sur l'autre au même moment et que parviens à mordre son cou avant qu'il n'atteigne le mien, laissant une trace de sang bel et bien visible sur mon visage. Je le plaquais au mur, brisant sa nuque.

Je m'apprêtais à sortir quand contre toute attente, je tombais sur la chasseuse, arme à la main qui semblait soulager de me voir là entier. Elle rangea son arme avant de sortir un mouchoir de sa poche pour me le tendre.

- J’espère que c’est celui de l’un d’eux. 

En guise de réponse je lui adressais un clin d'œil, les blessures légères dont je souffrais se soignerait elle-même. J'avais juste besoin de temps et surtout de rentrer chez moi auprès des miens maintenant que la jeune femme était saine et sauve. Je donnais quelques minutes à la chasseuse qui rassurer Laury.

- Tout est fini… Il va te ramener chez toi, avec tes parents. Tout est fini, tout ira bien maintenant. Mais tu ne dois parler de rien, tu ne dois pas parler de ce que tu as vécut ici…Ni de ma présence. Tu comprends ?

Je réussis à voir la jeune femme hoché la tête puis la chasseuse se plaça de nouveau vers moi. Il était temps de se séparer à présent, jamais je n'aurais pensé faire équipe avec un chasseur, autre que Drake. Comme quoi tout était encore possible.

- Vous n’êtes peut-être pas comme je le pensais. Merci, Darren.

- Dans ce cas, je suis ravie de vous décevoir. Et vous me devez toujours un macchiato.

Je lui adressais un sourire avant d'ouvrir ma portière récupérant mes clés, ma mission était des plus simple, ramené la jeune femme chez elle et avec un peu de chance, Laury arriverait à temps pour le dîner.
AVENGEDINCHAINS

_________________

These days i'm fine
These days i tend to lie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le chasseur devient le chassé ?- Darren   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chasseur devient le chassé ?- Darren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'homme en mal d'amour, de chasseur devient gibier. + Lee-Lou
» Dragon chasseur... ou dragon chassé ? [Kay Fernis]
» Un chasseur sachant chassé ...
» La Grotte du Chasseur
» MON AMOUR DE CANICHE DEVIENT AVEUGLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: Welcome to the Big Easy :: St Peter Street-