Les Top

Leatherland
Fearwood
Heroes and Vilains



 

Bienvenue sur le forum ♥️

Merci de privilégier les membres du brotherhood.

Partagez | .
 

 The time of a race ▲ Scott McCall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: The time of a race ▲ Scott McCall   Ven 7 Avr - 3:10


The time of a race ▲ Scott McCall
Il fallait bien que ça arrive!   
Le soleil était sorti de sa cachette et il resplendissait haut dans le ciel. L'appel de la vitamine D s'écriait à moi et malgré mon chiffre qui avait terminé assez tôt dans la nuit, je réussis à sortir de mon lit ayant dans l'idée de reprendre mes activités sportives. Ce sport était, autrefois, assez bénéfique pour mon mentale, mais aussi sur mon bien-être et ma santé. Puis, après avoir passé deux longues et pénibles années entre les quartes mûres blanches de l'hôpital psychiatrique, j'avais un besoin de reprendre de la forme. Qui sait, peut-être que ce retour d'activité physique pourrait influencer positivement mon désire de me contrôler davantage... Enfin, contrôler cette partie de moi qui est en réel conflit conflictuel. C'est que le renard peut être beaucoup plus difficile à contrôler qu'on peut bien le penser... Surtout quand il est aussi étendu que l'esprit de soi-même et des gens autour.  

Prenant le temps de prendre mon petit café vanille noisette du matin, je me réchauffais pour m'encourager à bouger... Puis de toute façon, avec une si belle journée, c'était inévitable que je ne reste pas enfermé dans ma chambre bien longtemps! Un coup de peigne pour amené mes cheveux en un chignon de ballerine, cette image que je connaissais trop auparavant m'amena à me dire intérieurement que si cela ne m'aide pas, je pourrais certainement reprendre la danse et cédé à ce local à louer qui ne cesse de me faire de l'oeil depuis ma libération. Sous un soupir, je réalisais qu'en fait, cette partie autrefois de moi était certainement plus aussi vraie que ce que j'avais déjà été... Cette Samyra qui existait autrefois était morte au moment où la brutalité de mon ancien mari, aujourd'hui décédé, m'avait plaqué à la table de la salle à manger afin d'abuser d'un pouvoir qu'il n'aurait jamais de l’avoir sur sa propre femme. Certes... Nous n'étions pas aussi proches que deux personnes mariées pouvaient l'être, mais son geste totalement ignoble et grossier avait fait en sorte que je change, que j'évolue d'une façon si radicale que ça me donnait souvent la nausée. Sous de telles pensées, je fermais les yeux et revoyait certaine marque douloureuse de ce soir-là. Mes bras se mirent à effleurer cette ancienne douleur de son emprise, de ces doigts et sa force beaucoup trop brutal et douloureux. Son coup pour me soumettre davantage à lui, ce frémissement qui relevait la déchirure de mes vêtements sur ma peau à vif semblait se refaire sentir. Mon souffle court coupa court ces frémissements atroces qui refaisaient surface.
Ces pensées accéléraient les battements de mon coeur et le sentiment de serrement me prit à la gorge et à l'estomac... Non, je ne pouvais me permettre de retomber dans ce souvenir noir qui avait ouvert grand la porte à mon Kitsune intérieur. D'un pas décidé, je parcourrai le couloir de ma maison et sorti sans même me regarder de nouveau dans la glace.

Musique dans mes oreilles, je dévalais les rues de mon quartier pour me rendre vers celui de l'Algiers; cet endroit poétique et totalement inspirant. Le seul côté positif qui me frappa face à mon côté surnaturel était l'endurance... Je n'avais rien perdu, mais j'avais plu tôt gagné en cette matière malgré mon manque d'activité physique à l'hôpital. Si surprenant, mais également effrayant! Je m'arrêtais à un petit parc pour reprendre humainement mon souffle et voler une gorgée d'eau dans la bouteille que j'avais pensé à apporter. Je n'avais même pas eu conscience de tout ce chemin que je venais de parcourir, j'étais trop occupé à observer tout autour de moi et surtout à faire le tri dans mon esprit... Me dirigeant vers une fontaine municipale et surtout publique, je dévissais la bouteille que j'utilisais pour une seconde fois. L'eau remplit le compartiment de ma bouteille pour pouvoir m'encourager à poursuivre davantage ma course. Sauf que quelque chose m'empêchait de reprendre ma route... Une odeur reconnaissable... Je la connaissais bien pourtant, mais je ne pouvais dire d'où elle venait... sûrement d'une connaissance! Je me mis à chercher du regard cette impression. '' Hey! Salut! Scott c'est ça?! '' Demandais-je en essayant de repensé au prénom de ce jeune homme que Lydia m'avait présenter.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas


avatar
▬ Messages : 2782
▬ Points : 1915
▬ Date d'inscription : 16/11/2016
▬ Localisation : nouvelle-orleans depuis la fin de l'été dernier.
▬ Emploi/loisirs : étudiant en médecine vétérinaire, bénévole au refuge.
MessageSujet: Re: The time of a race ▲ Scott McCall   Mar 18 Avr - 18:10

   
samyra & scott

Une belle journée s'annonçait et par chance, Scott l'avait de libre. Pas de cours, pas d'obligations si ce n'était une petite visite qu'il aurait plaisir à faire au refuge de la ville en cours de matinée. Même si l'organisation lui prenait de son temps, il se portait toujours volontaire pour toutes sortes de tâches. Même s'ils n'avaient pas de maîtres, les animaux qui s'y trouvaient méritaient eux aussi qu'on leur donne un peu d'attention et d'affection pour ne pas perdre espoir. Et puis il y avait Keira que Scott croisait assez fréquemment là-bas et avec qui il aimait travailler, si on pouvait appeler cela ainsi. Ils discutaient, riaient beaucoup aussi et faisaient de leur mieux pour transmettre et partager leur bonne humeur. Ainsi, bien occupé, le début de sa journée était passée à la vitesse de la lumière l'amenant doucement mais sûrement aux heures chaudes de l'après-midi. Le soleil brillait fort dans le ciel mais ne rendait pas l'atmosphère étouffante. C'était un temps idéal pour se reposer, se balader ou dans le cas de Scott, se remettre un peu en forme. Le déménagement lui avait suffisamment fait faire de sport -enfin, c'est probablement ce que lui disait sa mère pour qu'il se ménage- mais il ressentait toujours le manque de lacrosse depuis qu'il avait quitté Beacon Hills. Porter le maillot d'une équipe et la mener à la victoire, les entraînements.... Même les remontrances du coach lui manquaient. A cette pensée, un nouveau sourire vint égayer son visage. Aujourd'hui il courrait pour l'étudiant, pour le capitaine de l'équipe de lacrosse qu'il avait été fut un temps. Pour l'humain. Inutile donc de prendre sa moto pour aller s'isoler dans un coin reculé de forêt ou personne ne pourrait le voir user de ses capacités surnaturelles. S'il voulait s'emboîter au mieux dans cette vie tranquille qu'il se tissait au fur et à mesure, il lui fallait laisser l'humain reprendre ses droits sur l'alpha ne serait-ce qu'un tout petit peu. Tout en restant évidemment dans la mesure du raisonnable puisqu'il avait promis à Stiles quelques jours plus tôt de garder l'oeil ouvert et les oreilles tendues. Fin prêt baskets aux pieds et tenue de sport enfilée, téléphone accroché par une housse à son bras afin de bénéficier d'un peu de musique et d'être prévenu en cas de problème, Scott entama son footing dans les rues de la Nouvelle-Orléans.

L'effort dura quelques dizaines de minutes avant qu'il ne s'arrête enfin sur une place afin de reprendre son souffle. Il avait dévalé les pavés, les escaliers et autres rues presque avec automatisme sans forcément suivre un chemin tout tracé. Et même s'il était resté peu de temps dans chacun d'entre eux, il avait pu avoir la chance d'en apprécier d'autant plus la structure et l'esthétique. Ce côté vieillot qu'avaient certains quartiers ne leur donnait qu'un air plus chaleureux et mystérieux encore. On pouvait facilement imaginer toute l'histoire qu'avait connue cette ville, les générations qui y avaient vécu depuis sa création. Même si ce n'était qu'une impression et non ses instincts d'alpha, Scott avait toujours cette impression étrange d'être encerclé de magie peu importe où il allait. Comme si la ville reposait sur un socle mystique dont quelques bouffées parvenaient à se créer un chemin afin de rejoindre la surface et s'exposer silencieusement aux yeux de tous. Scott s'était beaucoup moins documentée sur la ville que son colocataire mais avec tout ce qu'il avait vu depuis son arrivée, il ne doutait pas de la possibilité de cette extravagante théorie. Après tout les sorciers étaient considérés comme des ancêtres, nés parmi les premiers hommes et les accompagnant sans qu'ils ne le sachent au cours des siècles. S'il y en avait ici, c'était peut-être qu'il y en avaient vécu à cette endroit depuis la nuit des temps ; et comme Scott était certain que chaque passage sur terre laissait une marque intarissable, il voyait son hypothèse se consolider d'argument en argument. Une odeur toute particulière le fit finalement sortir de ses pensées et chercher autour de lui de quoi -ou qui en l’occurrence- cela pouvait provenir. Si son odorat surnaturelle avait eu du mal à en trouver la source, de nombreux enfants léchaient et mangeaient toutes sortes de friandises très parfumées et certains adultes fumaient des cigarettes à la pelle, elle lui permit bientôt de se tourner face à une grande blonde également habillée en tenue de sport.

Un sourire sur le coin des lèvres le loup s'approcha tout en retirant ses écouteurs de ses oreilles, les laissant pendre sur son torse. Heureusement pour lui il avait rapidement retrouvé son souffle et il n'aurait aucun problème à communiquer calmement avec elle. « C'est bien ça oui, comment tu vas Samyra ? » Continua-t-il la conversation en plissant légèrement les yeux à cause du soleil qu'il prenait de face. Cela lui faisait plaisir d'avoir croisé sa route d'autant plus qu'il était toujours aussi curieux vis à vis de sa nature. Il connaissait le principe d'un kitsune mais elle était le premier d'esprit qu'il rencontrait. Si une question concernant une possible télépathie lui brûlait les lèvres, il se retint finalement de la poser. Ils étaient en public donc beaucoup trop exposés pour discuter de ce genre de choses et en somme, ils ne se connaissaient probablement pas encore assez pour pouvoir se demander des choses aussi « personnelles ». « Je pensais être le seul malade à avoir envie de se dépenser par un temps pareil mais je suis content de voir que je me suis trompé ! » Plaisanta-t-il en remarquant l'instant d'après que contrairement à elle, il avait bêtement oublié d'emporter de l'eau avec lui. Pas très malin avec un soleil pareil même si les possibilités pour se rafraîchir et s'hydrater ici étaient multiples. Il trouverait bien une façon de se sortir de cet oubli. « On pourrait peut-être faire un bout de chemin ensemble si ça te dérange pas d'avoir un pot de colle à tes baskets. » Proposa-t-il dans un grand sourire idiot. Quoi que l'on fasse c'est toujours plus drôle à deux, ou presque. Toujours dans l'attente de sa réponse, Scott passa brièvement sa main sur son front pour y retirer une petit goûte de sueur. Il ne doutait pas que sa condition physique en plus des capacités que devait lui offrir son statut de kitsune suffiraient amplement à en faire une adversaire de course impressionnante. Et puis qui sait, souffrir ensemble dans l'effort les rapprocherait peut-être un peu au final.  

(c) naehra.


_________________
trick or treat ☠ :
 


Dernière édition par Scott McCall le Mar 20 Juin - 13:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: The time of a race ▲ Scott McCall   Lun 22 Mai - 21:29


The time of a race ▲ Scott McCall
Il fallait bien que ça arrive!   
C'était de douloureux souvenir, je le savais pertinemment, mais d'une certaine façon, ceci faisait ma force, ceci me rappelait qu'autrefois j'étais si faible, si douce et naïve. Je m'étais laissé embarquer dans quelque chose que je n'avais guère choisi moi-même, un peu perdu dans l'amour que j'avais pour un autre. Comme on dit, le premier amour nous fait souvent le plus mal et malgré cette peine que j'avais, laisser ces parents organiser une sorte de '' mariage'' n’était sans doute pas une très bonne idée. Peu importe mes objectivités, j'avais été, d'une certaine façon, obligé de finir lié à cet homme. On ne se connaissait pas, mais nos familles étaient du même mode de vie, même si pour ma part, l'argent m'importait peu, pour lui c'était tout autre chose. La belle maison, la belle voiture, la femme parfaite d'une beauté à couper le souffle et tout ce qu'il voulait à ces pieds. Un foutu connard en gros quoi!? Pourtant, mes parents me connaissaient, je n'étais guère comme lui, comme eux, moi j'aimais la simplicité, je voulais suivre mon coeur et faire mon propre chemin, mais c'était trop superflu pour eux. Le nom Wexford devait aller loin, viser haut, on se fou du bonheur, mais on va dans le paraître... Je déteste leur façon de penser...

Bref, tout ça a fait en sorte, qu'il a eu ce qu'il méritait et pour ma part, ça m'avait permis de grandir un peu, de m'ouvrir à cette vie plus réaliste ou je pouvais voir ces deux facettes, divaguées dans cette ligne qui les séparaient. Mais je devais travailler sur moi, sur mon kitsune encore pris de colère un peu incontrôlable, ce n'était guère facile, mais par chance j'avais de bonnes personnes de mon côté pour m'aider à en savoir plus sur moi-même.
Je réussissais à canaliser cette sorte d'impulsivité autrefois inconnue par plusieurs activités pour me calmer et l'un d'entre eux était la course. Découvrir la Nouvelle-Orléans d'un autre œil m'était importante, car cet endroit était devenu ma ville, la nouvelle cité d'ou je prenais refuge, mes aises... M'arrêtant dans ce petit parc , c'est après une pause d'hydratation que je tombais sur ce jeune loup que Lydia m'avait, en quelque sorte, présenté. Moi et les prénoms je vous jure on n'est deux et sincèrement, j'espérai me rappeler du sien. Quoi que j'aie quand même pu lire dans sa tête seulement pour être sûr, mais disons... que malgré ma méfiance avec les gens, le fait qu'il était un ami de Lydia faisait en sorte que j'avais une confiance envers lui. Il devait se sentir choyé, car rare était comme ça avec les gens. Sous son approbation, j'affichais alors un léger sourire sur les lèvres et je poursuivis en disant '' Ça va super! Le sport, ça fait du bien et toi, comment vas-tu? '' Je devais admettre que ce jeune garçon qui était un soit disant un véritable alpha m'intriguait. Je connaissais des loups, cette race ne m’était pas du tout nouveau à mes yeux, mais cette force qu'il dégageait, était sans aucun doute, unique à lui-même. J'apportais ma main à ces quelques mecques qui s'étaient mises à se rebeller de ma queue de cheval et les apportaient vers l'arrière pour me mettre à ricaner légèrement. '' Alors, on n'est deux malades! En fait, si j'avais regardé la température, je crois que j'aurais perdu mon courage, mais une fois lancé... C'est dur de s'arrêter! '' Surtout qu'avec notre personnalité animale avaient besoin de se lâcher, et ça, pour tous les deux. Notre énergie était plus présente, mais aussi privée d'une certaine activité physique faisait en sorte qu'on devenait plus impulsif, plus à nerf. Le sport à deux, c'était nettement plus intéressant que seul et c'était connu! On peut mutuellement s'encourager, se pousser à fond et surtout socialisé davantage. Puis, je crois qu'on avait bien des choses à se dire. On c'était vu que quelques fois, mais sans réellement se faire une véritable discutions, c'était donc leur de se reprendre en main comme on dit. J'étirais un sourire des plus ravis et lui dit '' Ça me ferait plaisir d'avoir un coéquipier de course, plus on n'est et plus on n'a de plaisir comme on dit! Mais la question est, est-ce que tu arriveras à me suivre le moment voulu? '' Je lui lançais cette sorte de regard de défis. Les renards sont des êtres rusés et j'avais cette fâcheuse tendance à jouer sans cesse de toutes les façons possibles. Même si présentement c'était des plus amical, il fallait bien l'incité à ne pas me suivre derrière les baskets, mais essayer d'être à mes côtés. Je relevais les sourcils accompagnés de ce petit sourire de défi qui accentuait davantage mes paroles. J'accrochais ma bouteille à ma ceinture et lui fis un signe de tête de venir avec moi. Bon en ce moment, le sentier était peuplé de gens, mais nous allons certainement trouver un terrain libre des yeux de tous. '' J'avais dans l'idée d'aller vers la forêt, ça te convient dit-moi? '' Je commençais à trotter sur le sentier à ces côtés et nous passions au côté de plusieurs personnes diverses. Famille, couple, animaux et maître et autre. '' C'est étrange qu'on ne se soit jamais réellement croisé dans les sentiers, tu viens assez souvent dit moi? '' Dis-je en jetant quelque peu un oeil dans sa direction à quelques reprises.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The time of a race ▲ Scott McCall   

Revenir en haut Aller en bas
 

The time of a race ▲ Scott McCall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je colle, tu colles, on colle... [PV maf' - Scott]
» Scott McCall ► The true Alpha
» Une archère née.
» Scott McCall ~ How far should a person go in the name of true love ?
» La série, les acteurs, les saisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: Welcome to the Big Easy :: Algiers-