Les Top

Leatherland
Fearwood
Heroes and Vilains



 

Bienvenue sur le forum ♥️

Merci de privilégier les membres du brotherhood.

Partagez | .
 

 These painful wounds∆ Marshall O'Connel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
▬ Messages : 293
▬ Points : 485
▬ Date d'inscription : 06/05/2017
▬ Emploi/loisirs : Policière, agent d'infiltration
MessageSujet: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   Lun 4 Sep - 15:49

These painful woundsQuand une histoire non terminé revient pour faire revivre ces plaies douloureuses...Il me troublera toujours et à la fin de mes putains de jours. Moi qui croyais ne plus le revoir, de ne plus apercevoir sa tête qu'autre que dans mes souvenirs lointain et douloureux. On dirait bien qu'en fait, ce dieu auquel je ne croyais pas avait fini par me le refaire apparaître pour me faire avaler ma salive encore plus difficilement que le regard électrisant qui ne cesse de m'envoie sans me dire un mot. Pure coïncidence? Non je ne crois pas, mais en réalisant l'existence de l'un et de l'autre je crois qu'on na plutôt hurlé un mur à 110 à l'heure. Plusieurs questions ne cessent de me brûler les lèvres et je me retiens royalement pour ne pas piquer une crise au moindre moment ou nos regards s'accrochent. Ce regard qu'on ne cesse de s'envoyer comme si on attendait de voir qui de nous deux cédera le premier avouant, d'une façon imprécise qui de nous deux à eux tord dans toutes cette histoire non mise à fin comme deux putains de gamins! Gardons-nous cette certaine rancune l'un envers l'autre alors que tant de choses restent à discuter? Puis qui cédera le premier? Lui ou moi? Une question qui reste souvent bien difficile à répondre.

Connaît-il cette souffrance que j'ai eue à son départ? Connaît-il réellement toute l'histoire malgré toutes ces lettres envoyer, mais sans une réponse, que se soit qu'une lettre vide ou alors quelques choses, n'importe quoi... Non rien, pas un mot, comme si tout ça était fini, comme si...les sentiments que j'ai cru ressentir de son côté avaient été que du bluff, une putain de jeu quelconque du début jusqu'à la fin. J'ai sûrement été trop naïve, malgré cette carapace que je m'étais forgée avec la mort de mes parents et tout ce que j'avais enduré. Moi qui avais du mal à lui dire réellement mes sentiments, lui dire qu'en fait... Il n'avait que lui. J'étais jeune... et même aujourd'hui, la seule personne à qui j'arrive à dire les trois petits mots est ma fille chérie, cet ange que j'avais décidé de garder malgré la douleur qui inondait mon coeur mutiler. À ces moindres pensés, à ces souvenirs, à son moindre regard que je ne cessais de me faire divaguer autrefois me martel de l'intérieur comme si mon coeur que je croyais détruit sous la peine et la douleur était encore envie... Enfin... du moins, il tente de survivre malgré cette coupure de souffle que je ressens sans arrêt, comme si un énorme éléphant était perché sur mon dos tel un mignon et petit oisillon. Si quelqu'un m'aurait dit un jour ce mélange de colère, cette fureur qui enflamme mes penser et cette tristesse allait ressurgir, j'aurais probablement ri en plein visage de cette personne lui donnant une bonne référence pour un psy, mais aujourd'hui, je réalise qu'en fait c'est beaucoup plus difficile à vivre ce que je l'aurais cru. Par chance, ces temps si j'ai une chance inouïe de ne pas être prise entre les quatre mêmes murs que lui au poste de police, ce qui me permet de me ressaisir et de laisser cette facette stable et neutre de resté bien présente comme si je me foutais royalement de sa présence. Même si certains ont sûrement remarqué que je suis un peu plus préoccupé que d'habitude, j'essaie de faire mon boulot.

Jusqu'au moment... où je suis arrivé un soir pour le boulot et que je me suis rendu compte que je devais faire équipe avec cet homme auquel j'avais développé une ''haine'' profonde. C'est en voyant son nom sur le dossier que je laissais crier mes dents un léger moment sous ce goût amer que j'avais soudainement dans la bouche... Si je savais qui avait décidé cette équipe, je vous jure qu'il sera probablement mort brûler dans le cas présent. Mais d'un côté, je savais que ça allait arriver, le responsable avait tendance à me mettre avec les nouveaux pour en savoir davantage sur leur comportement au travail et je sens... que cette soirée allait être des plus... géniales... C'est en arrivant près de lui, près à partir que j'arrivais dans mon équipement de police du jeudi soir et sans réellement lui demander quoi que se soit je lui donnais un gobelet de café. Vieille habitude que j'avais prise avec mon ancien collègue, mais cette fois au lieu de 2 crèmes, 2 sucre, il se retrouvait avec un truc... plus corsé. '' Pour que tu survivre à ta première nuit... '' Dis-je sens réellement le regardé qui peu laisser parâtre un brin de lumière malgré ce que je tente de lui faire voir depuis son entré au poste... Puis sous un air un peu plus sec, je lui annonçais '' Il est noir... comme ton âme! J'ai cru que ça tirait bien! '' Léger regard vers lui, qui, au passage de mes mots, mon regard le regard de haut en bas pour aller avec mon commentaire. C'était plus fort que moi, je devais lui lancer de pique! Les premiers mots en 16 ans, autre que le bonjours habituel alors que le shérif lui avait fait une tournée de l'équipe pour le présenter. Un bonjour qui restait presque pris au travers de ma trachée, tout comme lui si on peut dire. Le policier de l'accueil me donna les clés du véhicule et en ayant entendu ma légère remarque, il lançait un regard amusé. Tous savaient à quel point je pouvais être chiante quand je m'y mettais et Marshall était sans doute le mieux placer pour le savoir...

© 2981 12289 0

_________________

   
   
'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant...(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 12
▬ Points : 45
▬ Date d'inscription : 04/09/2017
MessageSujet: Re: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   Mer 6 Sep - 1:10


" Encore elle ... toujours elle ... "

...



Aussi noir que mon âme. Est-ce que je devais répondre à ça? Y répondre serait de lui faire comprendre que mon âme est devenue sombre le jour où elle a décidé de ne pas répondre à mes lettres. Ces stupides lettres que je lui ai envoyées à chaque mois durant près d'une année entière avant de comprendre qu'elle était passée à autre chose. Pas étonnant en sachant qu'elle n'avait pas su me garder près d'elle. Pourquoi est-ce que cette histoire me met-elle toujours autant en colère après 16 ans? Je soupire et je prends mon blouson en me levant. Il est temps que je me retrouve en cage avec Autumn. Pourquoi est-ce que lorsque je veux faire quelque chose de bien, je me retrouve toujours avec une épine dans le pied? En me levant, je passais près du bureau de Autumn, pas le choix comme il est à côté du mien, comme toujours je jetais un coup d'oeil à la photo de sa gamine. Cette petite lui ressemblait beaucoup, mais on pouvait voir dans son regard quelque chose que je connaissais trop et qui faisait partie de ce que je suis moi. Sans nul doute elle est mon enfant. Je n'arrive pas à me sortir cette idée de la tête! J'y crois tellement que je n'arrive pas à la confronté. Qu'est-ce qui se passerait si ce n'était pas le cas?   Comment est-ce que je pourrais réagir face à cette mauvaise analyse? J'ai déjà perdu tous ceux que j'aime je ne peux pas perdre cet espoir d'avoir aider à faire quelque chose de bon. Pour moi, un enfant c'est plus que précieux et c'est ce qui montre qu'une personne est bonne même si dans ce cas-là je n'ai pas de rôle autre qu'être l'homme de semence.

J'arrivais proche d'elle en mettant mon blouson d'informe sur mes épaules. J'avais laissé le café sur le bureau, dans les oubliettes là où vont toutes les âmes noires et perdues. Je lui lançais un regard de quelques secondes pour la déstabiliser avant de prendre les clefs d'entre ses doigts. Je suis un peu matcho, pas question que je laisse une femme conduire. On doit patrouiller ensemble, et bien je prenais le volant et elle allait s'occuper d'être le chauffe banc côté passager. Que je puisse, prendre aussi facilement les clefs m'avait bien fait, comprendre que je lui faisais encore beaucoup d'effet. Après tout avec la relation explosive d'amour haine qui nous avait liés ce n'était pas surprenant.

Je ne lui adressais pas un mot en me rendant dans le stationnement pour aller chercher la voiture de patrouille qui nous attendait. En me disant que j'allais bosser avec Autumn, la voiture me semblait encore plus petite que ce dont elle avait l'air. Jamais je ne vais survivre le 10 heures assis à côté d'elle. Pour le moment je restais dans ma tête en faisant ce qu'on me demandait. J'avais beaucoup trop peur qu'ouvrir la bouche me pousse à beaucoup trop parler. J'avais ma fierté et je refusais de me montrer faible devant elle. SURTOUT devant elle!  

Code by Sleepy

_________________
....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 293
▬ Points : 485
▬ Date d'inscription : 06/05/2017
▬ Emploi/loisirs : Policière, agent d'infiltration
MessageSujet: Re: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   Mer 6 Sep - 1:17

These painful woundsQuand une histoire non terminé revient pour faire revivre ces plaies douloureuses...D'une certaine façon, je ne pouvais me retenir de lui lancer ce pique, laissant un léger avant-goût d'une rancune gardé trop longtemps. Ça me faisait presque du bien de lui dire ça, mais en même temps, ça me faisait tout aussi mal de le voir ici et surtout, de savoir que j'allais rester à ces côtés 10 heures de temps. Comme on dit, certaines personnes ne peuvent se retenir de mordre quand ils sont affectés par quelque chose. Peut-être quand réalité la peur de me retrouver devant lui devait se cacher devant une certaine méchanceté, mais pourtant, jamais je ne m’étais trouvé troublé devant qui que ce soit, mêmes avec Hélios je me contrôlais , mais Marshal... C'était toute autre chose peu importe la confiance que j'avais acquérir depuis le temps et l'expérience, il me déstabilise d'une façon que je ne peux expliquer, que je ne peux comprendre encore... Peut-être qu'en réalité je croyais me forger une carapace plus dure, mais malgré tous mes efforts, il sait comment déjouer sans rien faire. Charlie à son même regard... elle a cette façon d'agis qui me fait quelques fois pensés à lui et elle a toujours su comment me déjouer, comme m'amadouée, en réalité elle est peut-être là la cause d'autant de faiblesse?

Cette faiblesse... Charlie est ma faiblesse la plus grande et c'est pour cette raison que je n'ai jamais mélangé ma vie familiale avec mes ''partenaires''. Puis de toute façon, il n'a jamais eu bien grand-chose qu'un peu de plaisir et de taquinerie que toute femme recherche. Mais même avec lui, même avec son retour, je la protégerais. Elle est si fragile malgré son caractère fonceur et d'une façon, je ne voudrais pas qu'il lui crée autant de peine qu'il a pu me faire endurée 16 ans plus tôt.
Mon côté borné bien présent, je lui ai tout de même laisser prendre les clés et sait seulement en le voyant se diriger vers le véhicule que je réalise que je lui ai donner trop facilement ces clés. Sauf que je le connais par cœur, lui et son orgueil trop présent n'accepteraient jamais que je prenne la place du côté passager et malgré mon côté épineuse, je n'ai pas envie de me prendre la tête aussi tôt dans la soirée alors qu'il me reste encore 9 heures, 54 minutes et 2 secondes avec lui... Enfin... je le connaissais par coeur autrefois du moins...

Un silence beaucoup trop présent pesait de tout son poids entre nous et mise autre du chemin que je lui disais, aucun mot n'était dit. Je savourais mon café qui me retenait de poser un million de questions ou de l'engueuler sur autant de temps sans nouvelle de sa part jusqu'à aujourd'hui. Pas nécessairement pour moi, mais surtout pour Charlie! Je n'avais pu me retenir de lui envoyer une photo de notre fille à mon accouchement, laissant des mots mielleux et totalement peiné sous son absence... Plus le temps passait et je lui envoyais une photo à tous ces anniversaires avec de moins en moins de mots dans ces lettres et ce n'est qu'à son dixième anniversaire que j'avais cessé... À quoi bon quand l'autre reste silencieux ? À un moment, j'avais même cru qu'il était peut-être mort, mais aucune de mes lettres ne m’avaient été renvoyé me laissant septique et créant alors un surplus de trop de sentiment. Pourtant... elle faisait partit de lui, de ce qu'il était et mon café à bien du mal à me retenir de lui demander le pourquoi d'autant de silence...Une déception c'est sûrement un peu trop alors à quoi bon retournée le poignard dans cette plaie de nouveau ouverte.

Déposant mon gobelet de café vide, j'observais les voitures et l'ordinateur qui ne cessaient de scanner les plaques des destinataires et leur vitesse me laissant tomber dans mes pensées. Je lâchais un soupir alors qu'il tournait dans un quartier résidentiel totalement désert à cette heure si tardive. '' Cette nuit, risque d'être bien longue si on reste aussi silencieux... '' Je laissais, aussi rare soit-il, une légère porte entre ouverte face à la discutions. D'un ton calme, il pouvait alors voir qu'en réalité, j'avais sûrement bien changé malgré ces années. Évidement, mon impulsivité était toujours aussi présent, car il faisait ce lien entre moi et mon côté surnaturel, mais avec le temps j'avais appris à me contenir d'avantage... Enfin tant on ne m'accuse pas et ne me lance pas des pierres! " Depuis quand est-ce que tu est revenu?..." La question dans tout ça était; est-ce que je voulais réellement savoir depuis combien de temps était-il revenu?...

© 2981 12289 0

_________________

   
   
'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant...(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 12
▬ Points : 45
▬ Date d'inscription : 04/09/2017
MessageSujet: Re: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   Lun 11 Sep - 2:33


" Encore elle ... toujours elle ... "

...



Je suis un vieux loup, je sais prendre ma place et la converser. En ce moment, je suis à la place du chauffeur et je regarde la route. Je conduis et scrute les environs, pendant qu'elle s'occupe des ordinateurs et de… faire la secrétaire en quelque sorte… Moi lorsqu'il est temps de toucher aux choses trop électroniques ce n'est pas ma tasse de thé. Après tout durant près de 16 ans je suis restée déconnectée de réalité donc tout ce qui est technologie c'est trop futuriste pour moi.

Le silence devenait de plus en plus épais dans la voiture. On aurait pu croire que de la mélasse m'entourait tellement l'air était lourd et collant. Quand je bougeais mes mains sur le volant j'avais l'impression de devoir faire deux fois plus d'effort pour qu'elle se creuse un chemin dans toute cette mélasse. Et pendant ce temps, qu'est-ce que je faisais? Rien. Je n'osais pas parler par peur de trop parler. Je n'osais aborder ces sujets qui sont beaucoup trop sensibles pour moi et qui pourraient facilement faire remonter tout un tas de sentiment que je refuse de sortir d'un coffre que j'ai barré à double tour dans le fond de mon ventre et que je souhaite de tout coeur oublier et ne jamais rouvrir.

Je crois que j'arrive à plutôt bien m'en sortir. Un long moment passe et on fait ce que nous avons à faire sans chercher à parler ou à essayer de sortir du cadre professionnel. Je conduisais dans les rues tranquilles de la ville. Tout allait bien jusqu'à ce que je croise son regard en regardant de son côté pour m'assurer que je pourrais traverser la rue sans avoir de collision. Quand son regard tombe dans le mien, je fige. J'en oublie que je suis en train de conduire et je me mets dans son regard durant un très long et très intense moment qui m’assèche la bouche et la gorge. Est-ce que je dois parler? Si oui, ça va être la catastrophe! Tout tourne rapidement dans ma tête et mon moi logique se bat contre mon moi sentiment pour que je détache mon regard du sien et que je reprenne la route sans plus attendre!

J'allais ouvrir la bouche pour parler lorsqu'un son sec et fort se fait entendre. Je sursaute, détache mon regard du sien et je regarde d'où le bruit vient. Qu'est-ce qui se passe? Ensuite, nous pouvons voir deux hommes passer devant le véhicule en courant comme s'ils avaient la mort au cul. Pendant deux secondes je suis confuse. Ces hommes semblent coupables, mais je ne sais pas ce qui se passe. Est-ce que je dois aller les arrêter ou aller voir d'où ils viennent pour savoir ce qui s’est passé et s'il n'y a pas une personne à secourir. Le son n'était pas un coup de feu. C'était déjà ça.  

Code by Sleepy

_________________
....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 293
▬ Points : 485
▬ Date d'inscription : 06/05/2017
▬ Emploi/loisirs : Policière, agent d'infiltration
MessageSujet: Re: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   Mar 12 Sep - 19:38

These painful woundsQuand une histoire non terminé revient pour faire revivre ces plaies douloureuses...Cette guerre entre la raison venant de ma logique et mon coeur qui était autant meurtrit par tant de questionnement sans réponse, mais également ce sentiment qui me faisait frissonner de nouveau, me laissait perplexe sur le regard que je devais poser sur lui. Malgré que j'avais tant essayé de l'effacer de mon esprit et croyant avoir réussi, je voyais bien que j'avais davantage de travail à faire face à ce niveau. Mais ce regard... comme il me perturbait. Il faisait renaître cette flamme longtemps étouffer et ça, j'avais de la difficulté à l'accepté, mais à en voir l'accrochement de son regard aux miens, je me disais que je n'étais peut-être pas la seule à devoir gérer entre tant de dilemmes. Peut importe ce qu'on laissait voir face à l'autre, notre regard nous trahissait sans réellement le vouloir, sans réellement ce l'avouer.

Croyant qu'il allait enfin ouvrir la bouche, me dire un mot, quel qu'il soit, un bruit sec se fit entendre attirant notre attention aussitôt. Voyant deux personnes courir contraire à ce bruit sec, ce qui m'interpelle aussitôt et je lui demande s'il peut avancer un peu afin d'apercevoir à droite de l'interception, un accident d'une camionnette et d'une voiture type familiale. Sortant de la voiture, j'attrape aussitôt la radio de la voiture et demande '' Un accident c'est fait sur l'angle de la 23e et De la violette. Ambulance demander Merci!'' Dis-je sans prendre de chance. Aucune présence ne semble se déclarer malgré la vitesse des deux automobilismes dans cette rue plutôt tranquille, sauf s'il a été beaucoup plus vite qu'ils devraient?

'' Je vais voir la voiture!'' Annonçais à Marshall pour qu'il puise s'enligner vers la camionnette. Entendant les pleures d'un enfant, je visualisais la passagère qui avait la tête sur le volant, mais qui respirait vis-à-vis sa cage thoracique. Allant à l'arrière du côté conducteur, le petit garçon fut surpris de me voir ouvrir la portière. D'un ton doux, je me baissais légèrement et me présentait pour qu'il puisse retirer cette crainte qu'il avait. '' Je m'appelle Agent Mortinez, dis-moi petit, tu as mal à quelques parts? '' un peu plus sur, il me fit non de la tête. '' Je vais te sortir de là et après je m'occupe de ta maman d'accord? '' sous son accord, je le dégageais de son siège de voiture sans trop de mal et le retirait de l'épave pour l'apporté sur le gazon tout près de moi. Arrivant du côté conducteur, la portière intacte sur ce côté, je me disais qu'elle avait eu beaucoup de chance de ne pas s'être fait foncer dedans de ce côté, sinon je ne donnerais pas grand-chose à elle et son enfant.
J'ouvris la portière et avec ma lampe de poche, j'observais la dame inconsciente. Son téléphone étant près d'elle je soupçonnais qu'elle devait envoyer un SMS au volant et n'ayant pas regardé, la camionnette la frapper malgré l'odeur des pneus brûler. Il avait donc eu freinages, mais souvent on ne peut éviter un éventuel accident. '' Madame? Vous m'entendez?'' Demandais-je afin de voir si un quelconque signe allait se montrer. Un faible bruit se laissait entendre provenant de sa gorge, mais je réussit à la déposer dos contre son siège afin de mieux intervenir. Son nez s'était cassé sous l'impact, elle saignait de ce dernier et je voyais un léger filet sur sa tête. Mettant un gant, je glissais mes doigts à son cou pour prendre le pouls de celle-ci et elle commençait à immerger des vapes. Demandant ce qui se passait, je lui racontais qu'elle venait d'avoir un accident et que son fil est sans danger. Procédant à certains examens en attendant les ambulanciers, elle me dit son prénom, mais quelques-unes de ces réponses étaient un peu vagues. Sa pupille ne répondant qu'en retard, je lui dis qu’elle avait sûrement une commotion, mais dont tout allait s'arranger. Je jetais un oeil vers Marshall à savoir si tout allait de son côté.

Ce fut rapide. Les ambulanciers sont arrivés, ont embarqué les blessés ainsi que le petit garçon pour les amenés à l'hôpital. La voiture et le camion retiré de la rue, la circulation se faisait de nouveau et je prenais la version de quelques témoins, d'ont les deux qui se sont mis à courir au début pour demander de l'aide. Cet accident, occupa une grande partie de notre soirée, mais au moins ça passait plus vite. Il restait encore quelques heures et l'aurore du matin allait pointer son nez. Installer sur le côté passager de la voiture de police, je rédigeais quelques notes sur ce qui venait de se passer pour mon rapport qui allait devoir suivre. '' Bon travail Marshall... Tu as réagit rapidement et avec professionnalisme. '' dis-je à mon coéquipier qui avait bien géré la situation, nous venions de faire un magnifique travail d'équipe sans réellement nous en rendre compte, mais bon... le souligner était plutôt important, surtout que la profession de policier était tout nouveau pour lui.
© 2981 12289 0

_________________

   
   
'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant...(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 12
▬ Points : 45
▬ Date d'inscription : 04/09/2017
MessageSujet: Re: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   Mar 3 Oct - 4:18


" Encore elle ... toujours elle ... "

...



Rapidement, Autumn se met en marche et je dois la suivre pour me rendre sur les lieux de l'accident de voiture. Tel un superhéros des temps moderne, elle se mit au service de la mère de famille et de l'enfant qui ont besoin d'aide en ce moment. Rapidement, je comprends ce qui s’est passé, mais comme une con, j'ai de la difficulté à détacher mon regard d'elle…

Elle est vraiment magnifique à voir aller. Je la suis de corps et du regard. Je me rends au véhicule et de mon côté je fais le tour des lieux. Tout laisse croire que la voiture à terminer sa chute elle même par négligence. Je ne suis pas loin de ma collègue et je surveille ses arrières. Et puis les types qui se sont enfuis, qui sont-ils et où sont-ils? Ils me remplissent de confusions.

Je regarde l'enfant dans la voiture et rapidement, Autumn s'occupe de lui. En attendant les secours, elle s'occupe de la scène sans vraiment me laisser de place. Est-ce que ça me dérange? Pas vraiment. En ce moment, je peux l'observer aux naturelles. Je peux la voir agir sans vivre ce malaise qui l'habite à chaque fois que je la croise au commissariat. Pendant qu'elle se fait douce et rassurante, je peux voir cette femme qui a fait de moi un homme amoureux il y a de cela bien des années. Bon, ce n'est pas tout. Après l'avoir regardé un moment, sécurise la scène et j'appelle les gens qui viendront nettoyer tout ce bordé. La raison de l'accident est assez simple et nous n'allons pas rester ici durant des heures. Sauf sur les ambulanciers se font encore une fois trop attendre. Ces personnes n'arrivent jamais assez rapidement à mon goût, mais ça, ça regarde que moi.

C'est la sirène des ambulanciers qui m'appelle à l'ordre. Je me retourne pour regarder les lumières danser, puis il y a le retour des jeunes hommes. Rapidement, avec Autumn, on met les ambulanciers au courant de la situation. Après de bons remerciements à Autumn, les ambulanciers prennent le relais. Bon, pendant ce temps je reprends mon travail et je fais les notes de ce qui s'est passé. Un simple accident.

Puis il est temps pour nous de partir. Je prends place dans le véhicule avec ma partenaire comme ceux qui doivent prendre le relais sont là et ils font leur boulot, nous nous avons autre chose à faire. Quand elle ouvre la bouche, c'est pour me féliciter. Je la regarde durant quelques secondes en étant incapable de croire qu'elle pouvait vraiment me faire un compliment. Qu'est-ce que ça cachait? Un drôle de silence passe entre elle et moi et je ne suis pas des plus à mon aise. Je la regarde, mains sur le volant, et durant un moment j'hésite à lui répondre une bêtise. Au lieu je lui dis « tu étais belle à voir avec cette famille. Tu devais être encore plus belle à avoir avec Charlie. » Puis j'ai un petit pincement au coeur en pendant que j'avais manqué tout ça.

Un nouveau silence prit place dans la voiture et rapidement je me remis à conduire. Je continuais la patrouille comme elle devait se faire en priant pour ne pas qu'elle réponde et pour ne pas que tout devienne encore plus étrange. Ça avait été plus fort que moi! Je n'avais pas pu résister à l'envie… non… au besoin de lui faire ce commentaire.



Code by Sleepy

_________________
....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 293
▬ Points : 485
▬ Date d'inscription : 06/05/2017
▬ Emploi/loisirs : Policière, agent d'infiltration
MessageSujet: Re: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   Dim 8 Oct - 22:54

These painful woundsQuand une histoire non terminé revient pour faire revivre ces plaies douloureuses...Je sais pertinemment que je suis du genre à prendre bien de la place, de prendre les reines rapidement et ça, que se soit dans mon travail ou alors dans ma vie personnelle c'était la même chose. Après le départ de Marshall, je me suis sentie démunie, perdue de toutes les façons possible comme si, il était parti avec une part de moi que j'ai du reformé afin de devenir cette femme indépendante que je suis aujourd'hui. La dure réalité m'a fait réagir, car je n'étais plus seule, parce que malgré mon envie de faire adopté Charlie... j'ai décidé que finalement, je ne pourrais me détacher d'elle comme j'avais du faire si durement face à Marshall. Parce que cette sorte de haine face à ce petit être qui se créait au fond de mon ventre, avait fait place à un amour inconditionnelle, cet amour que j'avais besoin, qui m'a fait grandir et qui, face à toute attente, m'a fait avancer d'un pas de géant. À ce moment, j'ai repris ma vie en main, grâce à elle, grâce à ma petite fille qui brillait mes journées depuis que j'avais entendu son petit coeur battre doucement dans un moniteur. Elle était la raison pour laquelle j'étais devenue si fonceuse...

C'est d'un naturel que je prenais mon métier à coeur et sincèrement... Pendant cet instant, je perdais contacte avec cette embrouille qui régnait moi et Marshall devenant une vraie... équipe! Une fois dans la voiture de patrouille, dans le bref moment d'un instant j'avais '' oublié'' tout ça, mais je lui fis malgré tout un compliment. Imprévisible... Tout comme lui, car son compliment, je ne le saisissais pas au tout début, ne voyant guère de quoi il parlait... Enfin, je ne voulais pas réellement le comprendre en fait, mais il toucha LA corde sensible... Charlie. Malgré ce compliment non attendu, il m'arracha ce genre de sourire que je n'avais pas fait depuis déjà bien longtemps... Un sourire limite timide et un léger penchent de tête tout naturel, mais je pinçais mes lèvres par orgueil afin de le faire disparaître. Sur le moment présent, je souhaitais dire un truc, mais je devais me retenir afin de ne pas dévoiler trop de détail, mais je nus que la force de lui jeté un regard, rien de plus qu'un simple '' Merci... ''

Puis, ce silence revint au gallot remplissant l'air d'une épaisse sensation d'un poids immense. Je voudrais lui dire qu'en fait il aurait pu le voir s'il avait voulu, me voir aller avec elle! Qu'en fait, j'ai eu la frousse de lui dire qu' elle était de lui, car je venais de l'apprendre quelques minutes avant son départ! Mais comment on dit une chose pareil mutine? Puis, une cloche sonna soudainement et je sentis ce sentiment de colère me revenir chauffant mes joues légèrement. Tournant ma langue dans ma bouche pour me retenir de dire un truc, je nus pas finis ma sixième fois que je lançais durement '' Tu n'avais qu'à ouvrir les lettres que je t'ai envoyées, tu aurais probablement put constaté... '' Je ne disais pas qu'elle était de lui directement, car elle pourrait ne pas l'être aussi... Tout est possible, mais je disais clairement qu'en fait, malgré les apparences de notre attachement autrefois l'un envers l'autre, il l'avait probablement sous-estimé... Nous avons toujours eu deux caractères explosifs et montré mon attachement c'était chose compliquer, mal malgré que je ne disais pas les bons mots, mes gestes en disaient beaucoup... peut être pas assez pour lui. Enfin, imaginons quoi. Je lançais cette bombe dans l'air, ne faisant pas attention, j'accompagnais le tout avec ce regard dur dans sa direction. J'ai toujours eu ça sur le coeur et ça devait sortir un jour ou l'autre...

©️ 2981 12289 0

_________________

   
   
'cause in a sky full of stars
"Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre" ~ Tu sais ce qui a de plus douloureux dans un chagrin d’amour ? C’est d’pas pouvoir se rappeler ce qu’on ressentait avant...(skins) ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: These painful wounds∆ Marshall O'Connel   

Revenir en haut Aller en bas
 

These painful wounds∆ Marshall O'Connel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeffrey Joshua Marshall est arrivé. Décollage immédiat !
» Un plan Marshall pour Haiti
» Aliénore S. Marshall, I'm an asocials girl [Finis !!]
» I'm grieving for your tears • Ft Alice O'Connel
» (f) loup-garou - Hayley Marshall

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: Welcome to the Big Easy :: Rues, Ruelles-