Les Top

Leatherland
Fearwood
Heroes and Vilains



 

Bienvenue sur le forum ♥️

Merci de privilégier les membres du brotherhood.

Partagez | .
 

 You're a ghost. A wonderful and beautiful ghost - Laelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: You're a ghost. A wonderful and beautiful ghost - Laelia   Mar 4 Juil - 11:04

I'm still loving this body.



Il n’arrivait plus à savoir à quel moment il en était arrivé là. Quitter Niklaus pour la rejoindre, pour se rapprocher d’elle, pour sentir son odeur si différente, pour chercher, trouver et se perdre dans son regard. Cela faisait bien des siècles qu’il n’avait pas été nerveux, qu’il n’avait ressenti que le monde n’appartenait qu’à une seule et même personne, la personne qui détient notre vie. Elle n’en avait pas conscience, mais à l’instant même où son regard s’était posé sur elle, il savait que sa vie serait sienne et que leur destinée serait maintenant liée.
Il n’était pas du genre romantique, du moins, il ne l’était plus. Il aimait la luxure des femmes dans ses bras, il aimait plonger ses crocs dans leur chair et les aimait, le temps d’une nuit, ou lui, il ne penserait plus au fantôme de sa vie. Il savait séduire, il savait comment attirer une femme et ce, même sans parler. Un regard, un sourire, un geste, une attitude, une posture, il savait comment se faire remarquer, il savait être le Don Juan de ses dames, lui qui pourtant, ne les regardait pas. Il y en avait bien qui avait réussi à attirer son attention plus qu’une nuit, qui avait réussi à ce que son esprit se posent sur elles, les rendant un peu plus spéciales encore.
Pourtant, ici, il avait perdu de sa hargne et son calme naturel, parce que ses yeux avait croisé les siens. Ca n’aurait pas dû se passer comme ça, elle ne pouvait pas être là et pourtant, elle y été. Niklaus lui avait dit son prénom, elle n’était pas sa Lyssandra et pourtant…Elle en était sa copie conforme. Il avait cette impression de la voir vivante, à quelques centimètres d’elle, ses bras qui ne demandaient que de la garder dans cette étreinte de fer, protéger du monde, seuls contre tous. Seuls à deux.

Il était resté dans les escaliers, à la regarder, le souffle coupé d’un tel spectacle. Ce n’était pas sa beauté qui le transcendait, c’était le simple fait de revoir ce si doux visage, à nouveau. Il l’avait le regarder, elle devait le prendre pour un prédateur, mais cette fois, c’était pire que tout ce qu’il avait pu se connaitre. Il se sentait à nouveau humain. Cette humanité, ce cœur qui se débat, parce qu’il se débattait plus que de raison, cette appréhension de croiser son regard et de s’y perdre. Mais il ne pouvait pas se permettre de passer à côté.

Il avait fini par les descendre, les escaliers, réduisant la distance entre les deux corps, ses mains ne voulant que se poser sur sa silhouette, ses lèvres effleurer sa peau, son regard se laissait emporter dans les méandres de l’amour. Il se semblait si stupide, mais ces mots résonnaient à son esprit sans qu’il puisse les supprimer. Il voulait lui dire qu’il l’aimait et qu’elle lui avait terriblement manqué, pourtant, il se souvenait du prénom que lui avait donné l’originel. Elle n’était pas sa Lyssandra.

- Laelia…

Sa voix en avait presque tremblait quand il était arrivé derrière elle, que le prénom avait passé ses lèvres pour qu’elle puisse se retourner et quand sut le cas, son cœur implosa. La taille, l’ondulation de ses cheveux, son regard, sa bouche, tout lui rappelait celle qu’il avait perdu. Il n’avait plus aucune constance face à elle, mais il voulait essayer, il voulait la toucher. Alors il se redressa, prit une profonde inspiration avant de prendre sa main dans la sienne et de glisser ses doigts sur sa peau. Son cœur se débattait, seul témoin de ce qu’il pouvait ressentir. Et pourtant, s’il voulait continuer à rester le vampire qu’il était depuis tout ce temps, il ne savait pas quoi lui dire, comment entamer la conversation.

- Je m’appelle Ben. Je vous ai aperçu ce matin dans les rues et vous croisez ici est le hasard dont j’avais besoin dans ma vie.

Il avait parlé d’une traite, confiant dans ses paroles. Il n’avait pas donné son prénom en entier, à quoi bon. Il se doutait de ce qu’elle penserait et pourtant, il s’en moquait. Sa main toujours dans la sienne, alors que son corps réagit à ce maigre contact. Ses yeux sont fuyants et pourtant, ils ne sont que là pour elle, pour la regarder. Il sait que c’est trop, mais il sait aussi que c’est plus fort que lui et qu’il ne pourra pas faire outre. Alors il relâche sa main, à contre cœur dans l’attente d’une réaction de la jeune femme, dans l’attente d’un instant avec elle. Il avait besoin qu’elle parle, il avait besoin d’entendre sa voix. Il avait besoin de revivre sa vie d’avant. Intérieurement, il n’avait plus aucune confiance en lui, mais passer autant de siècle à mentir permet de donner le change alors que la simple envie d’enfoui son visage dans sa nuque est la seule chose qu’il désire.






lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


avatar
▬ Messages : 358
▬ Points : 248
▬ Date d'inscription : 12/06/2017
▬ Emploi/loisirs : Professeur d'arts martiaux

Feuille de personnage
Petit + :
Créateur de votre lignée : Klaus Mikaelson
MessageSujet: Re: You're a ghost. A wonderful and beautiful ghost - Laelia   Ven 14 Juil - 13:19

Feat. Beneditch Atcliff

J'étais réveillé depuis plusieurs minutes quand je regardais par la fenêtre. Le soleil était sur le point de ce levé tout comme moi. Chaque matin j'enfilais ma tenue de sport, coiffais mes cheveux en une queue-de-cheval et partais courir une bonne heure. J'avais besoin de ce moment-là, depuis que je savais courir. Cela me permettait de mieux faire face à mes émotions tout comme le yoga.
Après le footing, j'étais repassé chez moi afin de prendre une douche et me préparais pour les cours de la matinée. J'avais quelques habitués qui venaient pour maîtriser les arts martiaux et de temps en temps des nouveaux curieux qui voulaient en savoir plus sur les techniques de combat. Souvent ce sont des femmes qui aimeraient se défendre contre un inconnu qui pourrait les agresser dans la rue ou un petit ami un peu trop violent.
Je les comprenais car c'était pour l'une de ces raisons que j'avais moi-même commencer. Je ne voulais en aucun cas revivre ça.

J'avais passé le reste du temps à bouger à droite, à gauche comme à mon habitude. Certains diraient que je suis hyperactive mais je préfère juste active. Ça m'arrivait de me poser devant la télé devant un bon film avec des pop-corn ou un bol de glace mais pas toute une journée.

Je me dirigeais vers la demeure des Mikaelson afin de m’entraînait. Je ne connaissais très peu de personnes surnaturelles pour combattre sans retenue. Klaus m'avait proposé de l'affronter et j'étais là pour ça. Cependant, à mon arrivée il semblait occupé. Pour l'attendre je fermais les yeux et décidais de faire quelques exercices de yoga afin de ne pas rester sans rien faire.

Après quelques mouvements je sentais une présence qui n'était pas celle d'un originel. J'essayais de me concentrer sur mes mouvements tout en m’exerçant à déchiffrer tout ce que mes sens m'offraient. L'individu était resté un moment sans bouger. Qui était-ce ? Que voulait-il ? J'allais peu être avoir des réponses quand celui-ci se déplaçait. Je fus surprise en entendant mon prénom d'une voix que je ne connaissais pas. Tout en fronçant les sourcils, je me retournais afin de faire face à l'homme. Je le détaillais de la tête aux pieds. Il était plutôt bel homme et je m'en serrais souvenue si je l'avais déjà rencontré auparavant. Comment savait-il mon prénom ? Était-ce Klaus qui lui avait dit ? Cet homme était sûrement la raison de l'absence de l'originel pour combattre.

Un frisson me sortait de mon questionnement, sa main avait attrapé la mienne. Je ne pensais pas que la peau d'un vampire pouvait être aussi froide. À part les membres de la famille Mikaelson, je n'avais pas croisé de vampire et encore moins toucher leur peau. Mes yeux se baissaient sur nos mains avant de remonter vers l’inconnu, qui ne l'était plus puisqu'il venait de se présenter.


▬ Comment connaissez-vous mon prénom ?

Le ton était plus froid que ce que j'avais souhaité mais je gardais mes sourcils froncés. En plus de savoir comment je m’appelais, il m'avait aussi vu le matin même et une nouvelle fois ici, par hasard ? Ce Ben ne m'inspirait pas confiance même si sa présence ici, sans pieu planter dans son cœur, était plutôt bon signe. À moins qu'il s'en soit déjà pris à Klaus et que je sois la prochaine sur sa liste.

▬ Vous vous souvenez de tous les visages que vous voyez dans les rues ?

J'observais un peu plus le vampire avant qu'il ne réponde à ma question. Il avait une prestance et une élégance qui devait en faire tomber plus d'une. Je restais tout de même intrigué par cet homme qui lâchait finalement ma main. Je posais mon regard sur son visage afin d'identifier une quelconque émotion, un indice sur lui. J'avais déplissé mes sourcils de manière à adoucir mon visage pour ne pas passer pour une méchante même si cela m'était égal.  Je restais sur mes gardes tout en balayant la pièce, d'un coup d'oeil, qui était étrangement vide.

▬ Vous êtes un ami des Mikaelson ?

Je devenais de plus en plus paranoïaque en côtoyant ce monde. Les loups-garous, les vampires, les sorciers, les hybrides, les vampires ... Beaucoup d'espèces qui ne s'aimaient pas entre eux sans parler des originels qui n'étaient pas appréciés par toutes les races. Ce Ben, si c'était son vrai prénom, pouvait aussi bien être un allié comme un ennemi. J'étais prête pour les deux éventualités.

_________________

666:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: You're a ghost. A wonderful and beautiful ghost - Laelia   Mar 25 Juil - 13:13

I'm still loving this body.


C’était assez compliqué, inouï et inexplicable. En soit, il avait pu comprendre avec rapidité le comment de cette situation. Il n’y avait, pour lui, qu’une seule réponse, une seule façon qu’elle puisse être devant elle. Elle n’était pas Lyssandra, ça ne pouvait pas être vrai, ni logique, ni rien. Il n’avait suffi qu’une seule seconde pour que son monde implose.

Il aurait voulu réfléchir, savoir comment agir, il aurait peut-être même dû partir, mais comment partir quand on vous attire comme un aimant ? Il la regardait, et quand son regard passait sur son corps, glissait sur chacune de ses courbes qu’il semblait encore connaitre, il se rendit compte que le monde n’avait plus aucune importance. Il ne voyait qu’elle. Gracile, féline, parfaite en somme.

Quand elle se retourna, quand son regard se posa sur lui, il sembla vaciller, son cœur s’affolant comme jamais depuis ces derniers six cent ans. Beneditch comprit qu’il venait de la déranger pendant ses exercices, mais c’était bien le cadet de ses soucis. Il ressentait de la méfiance venant de cette femme, il comprenait cette méfiance et son sourire, à lui, s’adoucit, tentant de ne pas la brusquer pour profiter d’elle au maximum.

Quand enfin, la voix de la femme passa ses lèvres. Beneditch eu le regard dans le vide pendant de longues secondes. Cette voix…L’identique, si ce n’est le ton glacial qu’il n’avait jamais entendu de la part de sa femme. Six cents ans de mensonge, ça ne disparait pas si facilement, même si le miracle que l’on cherchait se trouve en face de nous. Alors il planta son regard dans le sien, bien décidé à ne pas se laisser démonter par cette femme.

- Niklaus me l’a appris.

Il ne voulait pas faire un étalage des raisons, non, de toutes les manières, il ne voulait pas lui apprendre pourquoi il se tenait en face d’elle. Il ne savait pas comment tournerait les choses, mais il savait qu’à l’instant où son regard s’était posé sur lui, le sien sur elle, il se damnerait pour elle. Il ne pouvait pas faire autrement. Elle était, forcément, logiquement, une descendante de sa défunte femme, il serait ce qu’elle voudrait qu’il soit, mais il était sûr qu’il ne sortirait jamais de sa vie.

Lorsqu’elle lui demanda s’il se souvenait de chaque visage vu, le vampire laissa un sourire moqueur perler ses lèvres. Pour lui, c’était tellement évident, mais quand il vit cette femme sur la défensive, il décida d’être sincère, charmeur, oui, mais sincère.

- J’ai une mémoire photographique hors pair et un visage aussi parfait que le vôtre, on ne l’oublie pas facilement.

L’anglais fut heureux de voir qu’elle semblait moins froide, moins réticente à lui parler. Il savait qu’il passait au crible du regard avisé de l’hybride et il ne voyait aucune raison de paraitre froid, de paraitre offusqué. Elle faisait aussi bien son travail d’hybride que son instinct de femme quand un homme approche. Elle avait ce courage, cette flamme dans les yeux qui imposait le respect. Elle devait être une combattante phénoménale. Il voulait le découvrir. La découvrir.

Quand elle posa la dernière question, un regard amusé éclaira son visage. Il tourna la tête vers les escaliers, d’où il venait, avec l’hybride originel. Elle restait, malgré son visage adoucit, sur ses gardes et Beneditch appréciait ça. Il s’approcha d’elle, son regard perdu dans le sien. Les bras un peu écartés pour lui prouvait qu’il n’était pas un danger. Sa voix s’adoucit, avec la forte envie de les lier par un baiser, pourtant, alors qu’il allait céder, il se rappela la douleur : Elle n’était pas sa femme.

- Et bien…à mesure où je suis en vie et que Niklaus est en haut, je suppose que j’ai la chance d’être considéré comme un ami de cette famille.

Il pencha la tête sur le côté, approchant son visage du sien, de son oreille. Il n’avait aucune crainte, il voulait aussi sentir la fragrance de son parfum, l’odeur de sa peau. Il aurait voulu toucher sa peau, embrasser sa joue, son épaule, ses lèvres, passer ses bras autour de lui, mais il savait qu’il ne pouvait pas, qu’il ne pourrait pas. Il n’arrivait toujours pas à se faire à l’idée que cette Lyss…Laelia était devant lui. Il savait qu’il se devait d’être prudent.

- J’ai été transformé par Elijah il y a six cents ans de cela. Je suis un ami. Preuve en est, Niklaus est en vie et moi aussi.


Il se redressa, fit le tour d’elle avant de se mettre dans son dos. Ses mains le démangeaient, il voulait la toucher, poser ses mains sur son corps, mais il savait, son instinct lui indiquait de ne rien faire. Alors il rapprocha son corps du sien, ses mains levaient vers elle.

- Vous semblez contrariez. Vous attendiez Niklaus pour un entrainement ? Si tel est le cas…Je suis assez doué, alors, je vous propose de le remplacer. A une seule condition.

Il s’éloigna, alors que sa voix, son souffle avait frôlé sa peau halée et il se détourna pour aller se rendre vers le canapé. Il se retourna vers elle, son regard dans le sien en retirant, lentement sa veste. Il la plia et la déposa avec lenteur sur le bras de canapé. Il lui adressa un sourire en coin et lui tendit sa main, anxieux de l’instant où il toucherait sa peau.

- Rangez vos canines. Voyez-vous, je tiens particulièrement à ma vie et un soutient de plus pour cette famille n’est pas négligeable.

Il savait que le venin de loup lui était fatal, il ne voulait pas prendre le risque que Niklaus arrive tard pour le soigner, alors il jouait, une fois de plus, la carte de la sincérité.




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You're a ghost. A wonderful and beautiful ghost - Laelia   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're a ghost. A wonderful and beautiful ghost - Laelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It is like seeing a ghost | Henrik " The Beautiful" Mikaelson
» Mercedes Jones - Say I am Wonderful !
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» GHOST ISLAND
» Wonderful Pistachios: Le mag'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: A place to hide :: Les Demeures-