Les Top

Leatherland
Fearwood
Heroes and Vilains



 

Bienvenue sur le forum ♥️

Merci de privilégier les membres du brotherhood.

Partagez | .
 

 With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
▬ Messages : 270
▬ Points : 170
▬ Date d'inscription : 12/03/2017
▬ Localisation : Derrière mon appareil photo ♫
▬ Emploi/loisirs : Photographe

Feuille de personnage
Petit + : The person who invented the phrase "Happily ever after" should have his ass kicked, so hard !
Créateur de votre lignée : Were-Coyote de naissance
MessageSujet: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Jeu 8 Juin - 16:02



♪ With You I feel Alive Again ♪
Feat. Henrik Mikaelson

La journée a été assez calme, je ne travaillais pas ce matin et j'ai pu terminer de ranger les derniers cartons. Oui cela fait plusieurs mois que j'ai emménagé mais je n'avais jamais pris le temps de finir de m'installer correctement. Maintenant c'est chose faite ! Je n'aurais plus qu'a décoré mon appartement comme bon me semble. Enfin, ce point là ne presse pas vraiment.

En début d'après-midi je me suis rendue au studio photo. C'était une journée spéciale animaux de compagnie et de nombreuses personnes sont venues pour faire photographier leurs amis à poils ou à plumes, voir même à écailles ! Je dois bien admettre que je me suis bien amusée, du moins jusqu'à ce que quelqu'un arrive avec un animal assez particulier. Le sourire poli que j'offrais à chaque client c'est vite effacé en voyant ce qu'il y avait dans le terrarium, une énorme araignée. Une tarentule ou une mygale je n'y connais rien mais elle devait être plus grande que la paume de ma main ! Je n'ai pas spécialement peur des araignées, j'ai vécu pendant tout un mois en tant que coyote dans la forêt, sauf quand elles sont aussi énormes. Ironique puisque je suis sûrement une créature bien pire que cette araignée. Pourtant je n'avais jamais été aussi tendue pour prendre un animal en photo !

Lorsque mon après-midi de travail était terminée je ne suis pas rentrée chez moi. J'avais envie de rester dehors un peu, je n'étais pas vraiment sortie depuis la soirée avec Camille. Personne ne m'attendais alors je pouvais prendre mon temps, me balader un peu, prendre l'air. Je me promenais dans les rues de la Nouvelle-Orléans sans but, juste pour le plaisir. J'entrais parfois dans une boutique mais au final je n'achetais jamais rien. Maintenant il est assez tard, le soleil n'est pratiquement plus visible à l'horizon. Je pense qu'il est temps de rentrer. C'est à ce moment-là qu'un hurlement de loup s'est fait entendre. Pas celui d'un loup normal, non celui d'un loup-garou.

C'est peut-être quelqu'un que je connais ? Peut-être Scott ? On ne sait jamais, dans le doute je décide d'aller voir. Je ne peux pas rester les bras croisés. Alors, je m'aventure dans le bayou, à la recherche de ce loup-garou. Le hurlement semblait venir de cette direction. J'ai marché un bon moment, le ciel s'assombrissait un peu plus à chaques minutes qui passait. Il n'y avait pas grand monde et au bout d'un moment je ne croisais même plus personne. Je commence à me demander si je n'ai pas tout simplement rêvé.

Et puis finalement je l'ai trouvé et il s'agissait d'un homme que je ne connais pas, il semblait inconscient, appuyé contre un arbre et son t-shirt était recouvert de sang. Ce n'est pas très joli à voir ! J'ai jeté un coup d'oeil autour de moi, il n'y avait personne. Tout était silencieux. Je ne sais même pas pourquoi je suis sur mes gardes, je ne le connais pas ce loup-garou, pourquoi me tendre un piège ? Faire semblant d'être blessé pour s'en prendre à une parfaite inconnue c'est un peu tiré par les cheveux !

J'oublie vite et je m'approche de lui. Je prends son pouls, il est régulier c'est déjà ça. Je lui parle mais il n'a aucune réaction. Je le tire pour l'allonger sur le côté afin que son poids appuie sur la blessure, toujours aucune réaction de sa part, étrange ? La blessure n'a pas l'air de saigner il devrait reprendre connaissance non ? J'ai beau avoir appris deux ou trois petites choses grâce à ma mère, j'avoue que pour le coup je suis complètement dépassée. Et je me vois mal le traîné jusqu'à l'hôpital, sans compter que je ne pense pas qu'ils soignent les loup-garous là-bas.

Mes connaissances autant en médecine qu'en surnaturel sont bien trop faibles pour que je puisse gérer un cas comme ça toute seule. Je n'apprécie pas vraiment l'idée de devoir appeler de l'aide mais on dirait que je n'ai pas vraiment le choix. A moins de partir et de le laisser là et ce n'est pas envisageable. Abandonner les gens ce n'est pas mon genre, même de parfaits inconnus. Je décide d'appeler Henrik, je sais qu'il pourra soigner cet inconnu. Je sais bien qu'il n'apprécie pas particulièrement les créatures de ce genre mais je suis bien déterminée à le faire changer d'avis ! Et là je crois que c'est une bonne occasion.

Je m'éloigne un peu du blessé et prends mon téléphone en mains. Je compose rapidement ton numéro, j'entends une sonnerie, puis une deuxième. Et pile au moment où j'entends que tu décroches, je n'ai même pas eu le temps de parler, je reçois un coup violent à l'arrière de ma tête. Et soudainement est devenu noir...
© By Halloween sur Never-Utopia


_________________
Storms don't last forever
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 133
▬ Points : 230
▬ Date d'inscription : 02/12/2015
▬ Localisation : Au besoin je vous trouverais...
▬ Emploi/loisirs : La magie, fuir Dahlia, la routine quoi
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Mer 5 Juil - 12:59



With You I feel Alive Again
FT. Meredith Winchester

Un millénaire plus tard Henrik était toujours hanté par les mêmes cauchemars. Le plus récurant était la nuit où le sorcier avait payé sa curiosité le prix fort. Klaus l'avait ramené au village, espérant qu'Esther pourrait le sauver sans le moindre succès. De ce temps le jeune Mikaelson avait gardé une certaine animosité envers l'espèce lycane, des loups, des coyotes, jaguars et autres. Il ne les traquer pas comme un vulgaire chasseur mais Henrik avait pris ses distances. Cette forme d'animosité lui suffisait amplement jusqu'à ce qu'il rencontre un coyote dans les bois.

Elle faisait face à un chasseur et aurait probablement perdu la vie si Henrik avait détourné son regard. Cette situation était familière pour lui, il s'était un jour retrouvé à la place de la jeune femme, sauf que le chasseur était de son espèce. Et même Klaus le frère qu'il adorait et dont il était le plus proche n'avait pu le sauver. Sans y réfléchir à deux fois Henrik avait choisi d'intervenir. Le chasseur n'avait rien vu venir, un sorcier millénaire manipulant l'expression était bien trop pour lui. Cette rencontre aurait pu s'arrêter là, si Meredith ne s'était pas mise en tête de le renouer avec les personnes de son espèce.

Autant vous dire qu'au moment de se revoir la paranoïa du jeune homme était plus présente que jamais, sentant l'ombre de Dahlia planer sur lui et sa charmante tante lui avait envoyé Meredith. Pendant longtemps, il était resté sur ses gardes et Meredith avait eu la patience de comprendre ce jeune sorcier en apparence, à la personnalité brisé par le simple fait de porter le nom Mikaelson.

C'est à cause de sa famille qu'il était là. Lors de l'attaque de Peter Hale, Henrik était présent au Carnaval, à cette occasion le sorcier c'était présenté face à un Niklaus des plus fébriles. Puis les hommes de Peter étaient entré en action et il avait dû se battre usant de sa magie. C'est à ce moment là que le sorcier se surprit à penser à quelqu'un, pas un membre de sa famille, pas un vieil allié mais à Meredith. La coyote qui au fil du temps était devenu son amie. Il avait craint pour sa vie, se surprenant à espérer qu'elle ne se trouvait pas dans là au Carnaval.

Le jeune homme aida de nombreuses personnes ce soir là, venir en aide à quelqu'un ça ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Espérant que chaque personne à qui il viendrait en aide n'était pas Meredith, le sorcier l'aurait difficilement supporter. Tout c'était finalement bien terminé. Voilà comment Henrik se retrouvait là dans son appartement miteux, observant le plafond, essayant de faire le vide dans son esprit, jusqu'à ce que son téléphone ne sonne. Ce dernier était dans la poche arrière du jean qu'il avait porté la veille, reposant désormais au sol. Le sorcier tourna la tête en direction du bruit avant de tendre son bras, attrapant le téléphone qui affichait simplement le nom Meredith.

« Allo ?   »

Aucune réponse ne parvient aux oreilles mises à part le bruit du même téléphone tombant au sol, le sorcier se redressa d'un bond, désormais assis sur le lit. Il attendait quelques secondes espérant que Meredith avait simplement trébuché. Mais dans sa tête se déroulait d'étranges scénarios plus sombres les uns que les autres où Meredith était loin d'en ressortir entière et vivante.

« Meredith ?  »

Sa voix ne laissait passer aucune émotion, sachant très bien que céder à la panique ne le pousserait qu'à faire des erreurs. Le sorcier se raccrocher encore à l'espoir stupide que Meredith allait bien. Henrik cala le téléphone contre son oreille en approchant des quelques herbes se trouvant sur son bureau, Henrik sortit d'un des tiroirs différentes cartes comportant des données exactes sur les différentes localisations du bayou. D'un geste souple il attrapa un couteau et s'entailla le bout du doigt laissant quelques gouttes perler sur la carte avant de prendre une profonde inspiration et regarda son sang commencer à se déplacer.

Un rictus mauvais pris place sur les lèvres du jeune homme quand il entendit une respiration au bout du fil. Son regard s'assombrit alors qu'il comprenait parfaitement la situation qui se jouer loin de lui. S'en prendre à lui n'était pas chose aisé mais c'était plus conseillé que de s'en prendre à son entourage.

« Relâchez là c'est un conseil. Si vous lui faite le moindre mal, je vous trouverez et vous n'allez pas aimer ce que je vais vous faire.»  »

La voix d'Henrik siffla dans le combiner tel un serpent prêt à bondir sur sa proie, la conversation fut couper et son regard perdu sur la goutte de sang qui venait de s'immobiliser. Le jeune homme savait désormais où elle était avant que la goutte ne bouge encore lui signalant qu'Henrik connaissait désormais sa destination.
Code by Joy

_________________
You’ll never know what hit you
✻ I made myself at home. In the cobwebs and the lies. I’m learning all your tricks. I can hurt you from inside. I made myself a promise. You would never see me cry. Til I make you.


Dernière édition par Henrik Mikaelson le Dim 30 Juil - 13:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 270
▬ Points : 170
▬ Date d'inscription : 12/03/2017
▬ Localisation : Derrière mon appareil photo ♫
▬ Emploi/loisirs : Photographe

Feuille de personnage
Petit + : The person who invented the phrase "Happily ever after" should have his ass kicked, so hard !
Créateur de votre lignée : Were-Coyote de naissance
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Sam 8 Juil - 10:51



♪ With You I feel Alive Again ♪
Feat. Henrik Mikaelson

Difficile de dire combien de temps je suis restée inconsciente mais à en juger par mon mal de tête au réveil, je dirais pas très longtemps. Naturellement la première chose que j'ai voulu faire c'est d'appuyer à l'endroit où j'avais mal. Seulement mes bras n'ont pas réagi, il ne m'a pas fallut longtemps avant de comprendre que c'est parce que mes poignets sont attachés, dans mon dos. J'ai ouvert les yeux, la pièce est sombre, probablement un sous-sol. Il n'y a absolument aucune fenêtre, seule une lampe en très mauvais état éclaire une infime partie de l'endroit où je me trouve. Je me redresse et me retrouve assise par terre, au lieu d'être allongée dans une position plus qu'inconfortable. Mon corps est tout endolori.

Il n'y a personne d'autre avec moi mais j'arrive à entendre des bruits de pas à l'étage du dessus. J'essaie de tirer sur mes liens, sans succès. Je remarque tout de même que ce n'est qu'une simple corde. Je me transforme légèrement, juste assez pour que mes griffes sortent et que je puisse les utiliser pour abîmer la corde suffisamment pour m'en libérer. Hors de question d'attendre les bras croisés que mon kidnappeur revienne !

La situation était improbable, on m'avait tendu un piège. Je n'en revenais pas. Surtout venant d'un loup-garou, sans compter le fait que je ne le connais même pas ! Il aurait été un chasseur, j'aurais pu comprendre mais là je suis perdue. Ce qui m'embête sûrement le plus c'est de m'être fait avoir aussi facilement ! Je ne voyais pas l'intérêt de simuler, il faut croire que je me suis trompée. Et dire que bien avant d'emménager à la Nouvelle-Orléans j'avais pris des cours pour apprendre à me défendre. On dirait que cela n'a pas été très efficace, mais en même temps il faut dire que je n'avais pas vu le coup venir et cela me mettait vraiment en colère. Ce qui est une bonne chose, puisque c'est grâce à cette colère que je pourrais utiliser mes "capacités" de coyote.

Maintenant je n'ai plus qu'à attendre et heureusement la corde semblait rapidement s'user. Puis j'ai entendu la trappe s'ouvrir, quelqu'un descendait. Quelques secondes après la porte s'est ouverte et j'ai pu revoir le loup-garou que j'avais voulu aider. Il s'est vite remis sur pied pour quelqu'un qui semblait presque aux portes de la mort ! Je ne me suis pas gênée pour lui faire la réflexion. Il m'a brièvement dit que le sang sur son t-shirt n'était pas le sien. Ce qui m'a fait de demander qui il avait bien pu blesser. Il a ensuite dit que ce n'était pas personnel, ce n'était pas moi qu'il visait. Au début je n'ai pas compris puis j'ai réalisé l'évidence, je ne suis qu'un appât ! C'est à ce moment-là que j'ai commencé à paniquer. Ma propre vie m'a toujours laissée totalement indifférente. Je ne suis pas celle qui meurs mais celle qui survit et voit tous ses proches mourir. Et je n'en pouvais plus.

Il a essayé de me proposer un marché, il me laisserait partir si je lui faisais économiser du temps et lui dévoilait où te trouver. Bien sûr j'ai refusé, disant que je préférais mourir que de te livrer. Ce n'était pas très difficile de deviner qu'il était qu'un pion utilisé par quelqu'un d'autre et tu m'avais brièvement parlé de ta tante qui te pourchassait. Tu ne m'avais pas dit grand-chose à ce sujet et je n'avais jamais cherché à en savoir plus. Je comprenais parfaitement puisque moi-même il y a pas mal de sujets dont je n'aime pas parler.

Le loup n'a pas insisté, disant que de toute façon ce n'était qu'une question de temps, il s'est éloigné de moi pour aller travailler sur je-ne-sais-quoi et s'est installé devant la table où était posée la seule lampe de la pièce. Je continuais d'abîmer mes liens aussi discrètement et rapidement qu'il était possible. Il y avait sans doute très peu de chance que cet homme puisse réellement réussir à s'en prendre à toi. Seulement je ne pouvais pas courir ce risque et simplement attendre sagement que tu tombes dans son piège sordide. Tu es tellement important à mes yeux. Je peux sentir mes entrailles qui se tordaient sous le poids de la peur à la seule idée que tu puisses être blessé ou pire...

Je n'aurais jamais cru avoir ce genre de sentiments un jour. J'ai toujours répété que je serais bien toute seule, en particulier depuis les événements qui se sont déroulés avant que je ne vienne vivre à la Nouvelle-Orléans. Je me disais ça, non pas parce que je croyais pouvoir être heureuse toute seule mais parce que je pensais que si j'aimais quelqu'un et que cela tournait mal d'une quelconque façon je ne pourrais pas m'en remettre. A mes yeux c'est beaucoup plus facile d'être seule. Perdre la personne qu'on aime c'est comme mourir. La seule différence c'est que la mort est une fin, mais cette souffrance peut durer éternellement. Et pourtant mes sentiments envers toi étaient devenus beaucoup plus fort que ce que j'aurais imaginé. Tu étais comme une bouffée d'air frais. J'allais me noyer et tu m'as sauvé.

Dès que les liens de mes poignets étaient assez abîmés j'ai tiré un grand coup et ils ont cédé. Je me suis immédiatement levée pour partir en courant. Seulement il a vite réagi et m'a attrapée, j'ai senti qu'on m'entraînait en arrière. J'ai placé mes mains d'une part et d'autre du coude de mon agresseur et j'ai utilisé le poids de mon corps contre lui. Sans y croire moi-même, après quelques essais, j'ai réussi à le faire basculer devant moi ! J'en ai profité pour partir aussi vite que je pouvais, jusqu'à atteindre les marches qui menaient à la trappe. J'allais l'atteindre lorsqu'une main a attrapé ma cheville, j'ai perdu l'équilibre et j'ai glissé le long des marches, égratigner légèrement ma joue sur l'une d'elles. Une fois en bas des marches, alors qu'il essayait de me traîné jusqu'à l'autre pièce j'ai essayé, en vain, de me dégager. Je n'avais pas vraiment l'habitude de me battre, je ne voulais pas abandonner mais j'étais déjà épuisée.
© By Halloween sur Never-Utopia


_________________
Storms don't last forever
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 133
▬ Points : 230
▬ Date d'inscription : 02/12/2015
▬ Localisation : Au besoin je vous trouverais...
▬ Emploi/loisirs : La magie, fuir Dahlia, la routine quoi
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Dim 30 Juil - 13:18



With You I feel Alive Again
FT. Meredith Winchester

S'en prendre à lui était une erreur mais s'en prendre à quelqu'un qu'il appréciait était un véritable désastre, surtout pour la personne en question. Henrik n'était pas quelqu'un avec qui la négociation était facile voir même possible. Dahlia lui avait appris qu'on ne pouvait faire confiance à personne et que vos ennemis revenaient toujours à l'attaque si vous ne les détruisez pas. Ca pouvait leur prendre des mois, des années, des siècles mais ils revenaient toujours.

Qu'est ce qu'il était loin l'enfant curieux désirant voir les hommes se transformer en bête. Sa curiosité avait eu raison de lui cette nuit là. Henrik avait appris de ses erreurs plus jamais il n'avait commis par deux fois la même erreur. Beaucoup lui avaient répliqué que l'erreur était humaine mais lui ne l'était pas. La carte sur le siège passager, Henrik appuya sur l'accélérateur pour rejoindre l'endroit indiqué par la carte. Une rage le dévorant intérieurement.

Il songeait déjà à ce qu'il allait faire à la personne qui avait oser s'en prendre à une innocente pour l'atteindre lui. Henrik n'avait pas le pardon facile, il accordait sa confiance à très peu de personne et si vous la brisiez il n'y avait pas de retour en arrière possible. Henrik avait beau aimer il ne pouvait pardonner un traître, peu importe la raison. La principale question qui résonnait dans sa tête était combien de temps Meredith mettrait avant de le balancer. Une petite partie de lui déclarait que personne ne la ferait parler, l'autre lui hurler que chaque personne avait un prix. Pourquoi Henrik serait tombé sur quelqu'un de différent ?

Une fois sur place il s'avança jusqu'à tomber sur une trappe, sans même se baisser d'un simple geste du poignet la trappe se redressa, lui donna accès à une série de marche le menant dans un souterrain. En descendant les marches il nota la présence de quelques gouttes de sang. Il continua à avancer jusqu'à se retrouver dans une pièce où son regard se posa sur Meredith qui semblait exténuée. Henrik savait très bien qu'elle avait tenté de se battre. Le sorcier inclina la tête en direction de la jeune femme, la questionnant silencieusement sur son bien être. Elle n'avait plus rien à craindre désormais, mais Henrik était toujours hors de lui. Et quelqu'un devait payer pour ça, un rictus s'étira sur ses lèvres. Alors qu'il tourna la tête pour voir dans l'ombre une silhouette se dessiner.

« Alors comme ça, ma tante engage des sales cabots pour faire le sale boulot.  »

« Votre tante veut que vous la rejoigniez. »

Henrik émit un léger rire, avant de s'asseoir sur le coin du bureau qui se trouvait là. Le sorcier était véritablement amusé par les requêtes de sa tante. Parce qu'il savait pertinemment que Dahlia le sous-estimer et qu'un loup ne faisait plus le poids contre Henrik.

« Et je voulais être un pirate, visiblement on n'obtient pas toujours ce qu'on veut. »

L'homme sortit enfin de l'ombre, arborant des yeux bleus signe qu'il avait déjà pris une vie humaine. Cette vision le dégoûta au plus haut point et alors qu'il grogna sur Henrik, ce dernier sans pour autant se lever, tourna la main en direction du loup qui lâcha un cri de bête alors qu'Henrik le forcer à se transformer sans pleine lune.

« Maintenant que j'ai toute votre attention, dites à ma tante que... »

Henrik se stoppa avant de se demander s'il allait déroger à sa propre règle et laisser ce sac à puces en vie ? Se laissait t'il attendrir parce que Meredith était dans la pièce ? Meredith... Il sembla soudainement se souvenir pourquoi il était là en premier lieu. Henrik orienta sa main gauche vers la jeune femme la libérant de tout ses liens, le laissant s'occuper du loup garou désormais à quatre pattes qui rampait vers lui.

« Non, vous n'allez rien lui dire parce que je crois que le fait de tuer le messager, envoie un message. »

Code by Joy

_________________
You’ll never know what hit you
✻ I made myself at home. In the cobwebs and the lies. I’m learning all your tricks. I can hurt you from inside. I made myself a promise. You would never see me cry. Til I make you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 270
▬ Points : 170
▬ Date d'inscription : 12/03/2017
▬ Localisation : Derrière mon appareil photo ♫
▬ Emploi/loisirs : Photographe

Feuille de personnage
Petit + : The person who invented the phrase "Happily ever after" should have his ass kicked, so hard !
Créateur de votre lignée : Were-Coyote de naissance
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Lun 7 Aoû - 20:03



♪ With You I feel Alive Again ♪
Feat. Henrik Mikaelson

Je ne suis pas restée les bras croisés à attendre de voir, j'ai abîmé mes liens et dès que possible je les ai fait céder. J'ai essayé de m'échapper, je ne me suis pas laissée faire lorsqu'il a essayé de me rattraper. Malheureusement pour moi, il a tout même réussi à le faire. J'étais pourtant si près du but ! Il m'a rapidement traînée à nouveau dans cette pièce où j'étais attachée quelques instants plus tôt. Je savais bien que j'étais pour l'instant trop fatiguée pour continuer, surtout qu'une fois dehors j'allais sûrement devoir quelques kilomètres, dans le meilleur des cas. Et là je n'étais pas en état de faire une course poursuite dans la forêt...

Alors je lui ai donné un dernier coup de pied avant de laisser tomber et de le laisser m'attacher à nouveau. Une fois de plus il m'a refait la même proposition, il me laisserait partir immédiatement si je lui disais où te trouver. Et une fois de plus je l'ai envoyé balader, lui disant d'aller au diable. Pendant un instant, l'idée de le tuer me traversait l'esprit. Je pourrais très bien utiliser mes griffes pour lui sectionné la carotide, même en étant un loup il ne guérirait pas assez vite pour stopper l'hémorragie avant qu'elle ne soit fatale, puisqu'il lui faudrait seulement quelques minutes pour se vider de son sang. Je secouais la tête pour chasser cette idée. Une vie enlevée c'était déjà trop, légitime ou pas je ne pouvais pas recommencer.

Je restais calme pour l'instant mais cela n'allait pas durer. Il était clair que j'avais tout le temps du monde et de l'univers pour retenter le coup. Il suffisait que je sois patiente. J'ignorais totalement qu'il avait pris mon téléphone après que je sois tombée dans les pommes et j'espérais alors que tu n'étais pas en route pour venir ici. Je pensais simplement que ce loup attendait que je lui dises quelque chose, voir même qu'il se mette à me torturé pour avoir des informations.

Un petit moment plus tard, difficile de dire combien de temps après, un bruit s'est fait entendre. Pas n'importe lequel, celui de la trappe qui s'ouvrait. L'homme a semblé aussi surpris que moi. Quelques bruits de pas plus tard tu arrivais dans la pièce. Ton regard se posait immédiatement sur moi, je comprenais rapidement ta question silencieuse. J'y répondais d'un léger hochement de tête, pour dire que je vais bien. Ton attention s'est ensuite naturellement reportée sur le loup. Tu as engagé la "conversation" avec une pique, à laquelle il répondait simplement que ta tante souhaitait que tu retournes avec elle.

L'homme restait dans l'ombre pour l'instant mais depuis l'endroit où je me trouvais je pouvais assez bien le voir. J'ai alors bien vu sa réaction lorsque tu as ri, il était confus, il avait sûrement cru être en position de force et réalisait soudainement que c'était tout le contraire. Le loup n'appréciait pas et il se décidait à sortir de l'ombre, ses yeux sont devenus bleus brillant et là j'ai eu peur qu'il tente quelque chose. Pieds et poings liés je ne pourrais même pas intervenir !

Il n'a pas eu le temps d'avancer de beaucoup, avant de s'écrouler à genoux et de pousser un cri. Pendant un instant, je me suis demandée ce qu'il lui arrivait avant de voir que c'était toi qui était en train de le forcer à se transformer. Tu en as profité pour défaire mes liens, ce qui m'a surprise sur le coup. Puis tu expliquais au loup que le tuer enverrais un message.

"Attends..."

Je me relevais lentement, le souvenir de cette nuit où j'avais moi-même pris une vie me revenait en mémoire. Un frisson désagréable m'a traversé. Ce loup l'avait bien cherché dans un sens, il est vrai. Seulement je n'appréciais pas l'idée de voir quelqu'un mourir. Même quelqu'un d'aussi peu recommandable dans son genre...

"Tu n'es pas obligé de le tuer." Je marquais une brève pause. "Je veux dire... Il y a d'autres moyens, non ? Lui faire perdre la mémoire, quelque chose comme ça ?"

J'avoue que la magie, je n'y connais absolument rien. C'est bien au delà de mon entendement, mais j'imagine qu'un sortilège pour lui effacer ses souvenirs doit bien exister ? Cela éviterais de lui ôté la vie. Puisque mort ou amnésique, dans les deux cas il sera incapable d'aller rapporter quoi que ce soit. Ou alors je me trompe totalement et un tel sort n'existe pas. Et je suis probablement mal placée pour m'interposer, puisque plus tôt j'avais moi-même voulu l'éliminer.
© By Halloween sur Never-Utopia


_________________
Storms don't last forever
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 133
▬ Points : 230
▬ Date d'inscription : 02/12/2015
▬ Localisation : Au besoin je vous trouverais...
▬ Emploi/loisirs : La magie, fuir Dahlia, la routine quoi
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Dim 27 Aoû - 12:28



With You I feel Alive Again
FT. Meredith Winchester

Meredith avait été sa prioritée elle était saine et sauve, il pouvait quitter cet endroit sans jamais se retourner. Jusqu'à ce que sa vision ne se trouble, un souvenir sembla l'envahir. Celui d'une autre jeune femme qu'il avait aimée, la première fois que le sorcier était réellement tombé amoureux et Dahlia la lui avait prise, la tuant sous ses yeux sans qu'il ne puisse rien faire. Ce jour là il c'était promis de ne plus jamais tomber amoureux, mais il était contrait d'avouer que cette promesse Meredith l'avait brisé. Il ne pouvait pas tout perdre pas une seconde fois, si Dahlia voulait l'attaquer elle ne le ferait jamais de front. Pas au début du moins.

C'est la voix de Meredith lui demandant d'attendre qui l'arrêta. Henrik ferma les yeux l'espace d'une seconde, certain de savoir ce qu'elle allait lui dire, l'épargner. Malgré les mensonges et illusions les berçants tout les deux la vérité se frayait un chemin prête à éclater à tout moment, ils avaient beau appartenir au même monde. Dahlia lui avait forgé un caractère d'acier, et Meredith aurait pu être la douceur et la clémence incarnée. Un terrible tableau se peignait sous les yeux du sorcier, c'était aujourd'hui qu'elle allait voir qui il était vraiment, et ce dont il était capable.

« Sors d'ici et attends moi dans la voiture, je n'en ai pas pour longtemps. »

Le sorcier fouilla l'intérieur de ses poches pour en ressortir ses clés de voiture qu'il lança vers Meredith, il pouvait encore éviter le pire. Lui éviter de voir ça, de voir ce qui cachait quand on grattait un peu la surface. Ou alors le sorcier voulait simplement l'éloigner. Lui éviter que Dahlia ne la prenne une nouvelle fois pour le seul moyen de l'atteindre...

Mais la jeune femme n'était pas de cet avis, elle insista auprès du sorcier, lui déclarant qu'il n'était pas obligé de le tuer, qu'il y avait peut être un sort pour lui provoquer une amnésie. C'est là qu'il se demanda comment la coyote garou pouvait tenir à lui de la sorte alors qu'ils étaient complètement différents.

Des moyens Henrik en avaient ce n'était pas le problème. Le problème était que Dahlia pourrait toujours obtenir quelque chose de lui et si elle voyait qu'ils les laissaient simplement là, elle en enverrait d'autres. D'autres qui comme le premier s'en prendraient à Meredith et qui sait sans doute réussiraient là où le premier avait échoué.

« Tu ne comprends pas ? Elle continuera d'en envoyer, et si tu penses qu'elle va leur demander de t'épargner tu te trompes. Tu n'est qu'un moyen de pression. rien de plus. »

Son attention était rivée sur l'homme au sol. Non il n'aimait pas faire ça, mais Henrik n'avait pas le choix, le sorcier connaissait le fonctionnement de sa tante, elle n'abandonnerait pas comme ça et Henrik ne pouvait pas lui offrir de petites victoire.

« Je ne suis pas comme toi, je n'ai pas le droit à l'erreur ! Si ma tante vient jusque ici, ce n'était juste ta vie qui sera en jeu, mais celle de ma famille.»

Il était un Mikaelson avec son propre lot d'ennemis. Henrik se tourna enfin vers elle, se penchant pour poser ses mains sur ses épaules. Oui il pouvait perdre Meredith à cause de sa magie. Mais il avait tellement perdu que le calcul était simple. Sa famille était désormais réunie et Dahlia voulait mettre la main sur Hope, sa nièce. Plongeant son regard dans celui de la jeune femme, il reprit la parole.

« Je ne vivrais pas un autre siècle sans eux. De plus il la lever la main sur toi et ça je ne le pardonnerais pas. Alors pour la dernière fois Meredith sors d'ici.»


Code by Joy

_________________
You’ll never know what hit you
✻ I made myself at home. In the cobwebs and the lies. I’m learning all your tricks. I can hurt you from inside. I made myself a promise. You would never see me cry. Til I make you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 270
▬ Points : 170
▬ Date d'inscription : 12/03/2017
▬ Localisation : Derrière mon appareil photo ♫
▬ Emploi/loisirs : Photographe

Feuille de personnage
Petit + : The person who invented the phrase "Happily ever after" should have his ass kicked, so hard !
Créateur de votre lignée : Were-Coyote de naissance
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Jeu 31 Aoû - 20:49



♪ With You I feel Alive Again ♪
Feat. Henrik Mikaelson

Il était clair que l'homme avait fait une grave erreur, même s'il était trop sous l'emprise de ta tante pour s'en rendre compte. Et j'avais bien l'impression que cette erreur, il allait le payer très cher. Tu semblais déterminer à lui ôté la vie, envoyant ainsi un message clair. Seulement je me suis interposée, sans réellement savoir pourquoi je le faisais. Je n'appréciais pas l'idée qu'il soit tué, même si une partie de moi en serait ravie. Je me raccrochais peut-être trop à des illusions, prouver qu'on est meilleur que ce genre de personnes. J'ignorais si tu avais déjà pris une vie ou non, je savais juste que moi oui. Et je n'avais pas envie que tu aie du sang sur les mains, surtout par ma faute.

Avant que j'aie le temps d'expliquer la solution que j'envisageais, tu m'as demandé de sortir et de t'attendre dans la voiture, me lançant les clés que je rattrapais sans difficulté. Je n'ai pas bougé et j'ai continué mes explications, demandant si on ne pouvait pas plutôt lui effacer la mémoire de façon définitive. J'ignore totalement si un sortilège dans ce but existe, il faut dire que la magie ne fait pas partie de mes points forts. Il y avait de fortes chances pour cette solution ne soit pas réalisable. De toute façon, que ce soit le cas où non il était hors de question que je partes.

Tu me répondais alors, qu'elle enverrait d'autres disciples comme lui, que je me trompais si je pensais qu'elle m'épargnerait. Sauf que sur le moment, ma sécurité, ma vie était loin dans ma liste des préoccupations ! C'était pour toi que je m'inquiétais. Je ne me suis jamais réellement souciée de mon sort, j'ai toujours été impulsive et le genre à prendre des risques sans penser aux conséquences qu'il pourrait y avoir derrière. Il faut dire que je n'ai jamais eu peur de mourir, encore moins maintenant, après avoir compris que certaines choses sont bien pires que la mort.

"S'il meurs ça ne garantieras pas le fait qu'elle abandonnerait ou non. Pour le peu que je sais à son sujet, j'ai l'impression qu'il soit mort ou non ça ne changeras pas grand-chose."

Tu m'expliquais que tu n'avais pas le droit à l'erreur, que si ta tante venait ici, toute ta famille serait en danger. Tu t'es approché, posant tes mains sur mes épaules, de façon imperceptible la tension que je ressentais se calma. Je pouvais parfaitement comprendre, j'ai perdu tout mes proches, toutes les personnes à qui je tenais avant d'emménager à la Nouvelle-Orléans et aujourd'hui je serais prête à tout pour protéger ceux que j'aime. J'abandonnais alors l'idée de l'amnésie mais ce n'est pas pour autant que j'acceptais que tu te salisses les mains parce que j'avais été trop naïve et que j'étais tombée dans un piège.

"Très bien mais..."

Je posais ma main sur ton bras. Je savais déjà ce que j'allais dire, j'avais trouvé une autre idée. Même s'il y avait peu de chances pour que tu apprécies, je ne l'appréciais pas non plus. C'était pourtant la meilleure chose à faire.

"Je vais m'en charger moi-même." Je marque une pause assez brève avant de continuer. "Si je m'en charge, cela aura l'air d'une attaque animale et avec de la chance ta tante pensera que tu n'es jamais intervenu. Elle n'aura alors aucune raison de venir ici." Je souri brièvement, pour tenté de te convaincre. "Je sais que j'ai dit que sa mort ne changerais probablement pas grand-chose puisqu'elle saurait que c'est toi, mais si c'est moi qui... ça change tout."

Tu m'avais convaincue qu'il était trop dangereux de le laisser en vie, cela te rassurerait de le savoir mort et je ne pouvais pas te laisser t'occuper de lui. Cette idée était un bon compris, même si elle était probablement la meilleure/pire idée que j'avais eue ! Il faut croire que c'est bien vrai, certaines personnes ne jugent que par les extrême et il faut être naïf pour croire qu'autre chose que des mesures extrêmes les arrêterons.
© By Halloween sur Never-Utopia


_________________
Storms don't last forever
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 133
▬ Points : 230
▬ Date d'inscription : 02/12/2015
▬ Localisation : Au besoin je vous trouverais...
▬ Emploi/loisirs : La magie, fuir Dahlia, la routine quoi
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Dim 3 Sep - 14:51



With You I feel Alive Again
FT. Meredith Winchester

Henrik était résigné et savait ce qu'il lui restait à faire, cependant Meredith était bien décider à le raisonner à l'arrêter. Dahlia n'abandonnerait pas mais c'était bien plus fort que lui. Elle choisira cependant de le faire elle même. Forçant Henrik à poser de nouveau son regard sur elle, Meredith voulait faire passer ça pour une attaque animale. Le sorcier ne pouvait pas la laisser faire, son idée était très bonne. Et d'un claquement de doigts les cris et la transformation de l'homme se stoppèrent, laissant le temps à Meredith de s'approcher.

« Tu as raison, c'est la meilleure solution. »

Se plaçant derrière elle, le sorcier savait pertinemment ce qui lui restait à faire. Non il ne laisserait pas Meredith se salir les mains pour lui. D'un geste souple du poignet Henrik savait qu'il pouvait l'endormir. Et c'est ce que le plus jeune de la fratrie Mikaelson ne tarda pas à faire, prêt à réceptionner le corps de Meredith. Henrik assit délicatement la jeune femme contre le mur le plus proche, sa main passant sur son visage. Henrik dégagea une mèche de cheveux du visage de la jeune femme.

« Pardon, mais jamais tu n'auras du sang sur les mains par ma faute. »

Un sourire passa sur son visage mais ce dernier ne tarda pas à s'assombrir quand l'homme tenta le tout pour le tout en essayant de fuir, la porte claqua violemment devant lui. Henrik se releva et riva un regard empli de noirceur à l'homme qui se tourna et fit le tour de la pièce cherchant en vainc à lui échapper.

«Attendez on va trouver un arrangement... »

«C'est ce que vous avez dit à Meredith quand vous avez levé la main sur elle ? Pourquoi vous ne vous approchez pas ? C'était plus simple de vous jouer d'elle n'est ce pas. »

S'en prendre à lui était une chose des plus commune, le sorcier avait appris à se défendre mais ce qu'Henrik détestait par dessus tout était qu'on s'en prenne à quelqu'un qui compter pour lui. Il détesté se sentir si faible et pourtant Henrik aimer cette lueur d'espoir qu'une telle attention lui donner.

«Qu'est ce qui va se passer maintenant ? »

«Je pourrais mentir et vous dire que vous ne sentirez rien mais... Vous n'auriez jamais dû accepter l'offre de ma tante. »

Henrik savait très bien que Dahlia ne l'aurait pas laissé vivre, quoiqu'elle lui ait promis. Il s'avança vers le loup garou qui recula jusqu'à ce que sont dos ne rencontre le mur derrière lui, le sorcier commença à traverser la pièce pour s'approcher de l'homme. Ce face à face le replonger des années en arrière alors qu'il n'était qu'un enfant.

«Enfant, je vivais dans un village peuplé de loup-garou, je les trouvais fascinants. Tout comme mon frère, alors on braver l'interdiction pour voir les hommes se transformer en bête. »

La main sur sorcier se referma et loup lâcha un premier cri alors qu'une griffe invisible lacérée son torse. Reproduisant exactement son attaque, enfermant Mikael dans sa haine pour les loups-garous, le forçant un peu plus à détester Niklaus qui se jugea comme seul responsable de ce désastre, l'amie d'Esther n'avait pas voulue lui venir en aide. Dahlia s'était chargé du reste.

«C'est ce tragique incident qui me conduit ici aujourd'hui. »

Le sorcier répéta son attaque avant de prendre Meredith dans ses bras et de la conduire hors de bâtiment. Elle se réveillerait bientôt et Henrik ignoré ce qu'elle pourrait bien lui dire. Meredith allait elle le détester désormais, le sorcier sembler le vouloir secrètement pour l'éloigner de lui mais en même temps il ne pouvait s'empêcher de voler à son secours.
Code by Joy

_________________
You’ll never know what hit you
✻ I made myself at home. In the cobwebs and the lies. I’m learning all your tricks. I can hurt you from inside. I made myself a promise. You would never see me cry. Til I make you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 270
▬ Points : 170
▬ Date d'inscription : 12/03/2017
▬ Localisation : Derrière mon appareil photo ♫
▬ Emploi/loisirs : Photographe

Feuille de personnage
Petit + : The person who invented the phrase "Happily ever after" should have his ass kicked, so hard !
Créateur de votre lignée : Were-Coyote de naissance
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Mar 5 Sep - 21:53



♪ With You I feel Alive Again ♪
Feat. Henrik Mikaelson

Lorsque je t'expliquais brièvement mon idée, l'idée de tuer cet homme moi-même afin de faire croire à une attaque animale, je ne m'attendais pas vraiment à cette réaction. Je ne m'attendais pas à ce que tu acceptes aussi facilement. Cela semblait un peu trop facile, beaucoup trop même. Je ne te quittais pas des yeux, cherchant à savoir si tu allais vraiment me laisser faire sans rien dire, ni rien faire. Je pensais que tu essaierais de me faire changer d'avis, que tu insisterais pour t'en occuper toi-même. Je ne m'attendais définitivement pas à cette réaction !

"Vraiment ? Tu n'essaie pas de me convaincre d'abandonner cette idée ?"

Tu as stoppé ton emprise sur le loup, sa transformation forcée s'est stoppée immédiatement. Tu t'es éloigné, te plaçant derrière moi alors que je faisais désormais face à l'homme toujours à genoux sur le sol. Je trouvais toujours ta réaction étrange. J'allais alors me retourner vers toi, pour être sûre que tu me laisserais faire et si c'est le cas te demander de partir mais je me suis soudainement sentie incroyablement fatiguée.

"Qu'est-ce que..."

Et une nouvelle fois sans avoir le temps de m'en rendre compte je perdais connaissance, enfin plutôt je m'endormais instantanément. Je me suis doucement réveillée peu de temps après, ou du moins je n'ai pas eu l'impression de dormir très longtemps. Lorsque je me suis réveillée nous n'étions plus dans le bayou, mais dans ta voiture. Les rues de la Nouvelle-Orléans défilaient derrière la vitre. Je tournais alors la tête vers toi.

"Qu'est ce qu'il s'est passé ? Combien de temps j'ai dormi ?"

Pour la première question, j'avais déjà une petite idée de ce qui était arrivé mais je voulais être sûre. Une idée dont j'étais sûre à quatre-vingt-douze pourcent. Tu m'avais probablement endormie délibérément grâce à ta magie pour gérer la situation toi-même. Je me disais bien que tu avais accepté un peu trop facilement que je m'en charge moi-même. Et j'étais loin d'être ravie de voir que tu ne m'avais pas écoutée. Bien au contraire, j'étais énervée mais par dessus tout j'étais vraiment triste et désolée de t'avoir mis dans une situation pareille. Je dois bien avouer que j'étais surtout en colère contre moi-même. J'essayais de garder mon calme, puisque me mettre à crier, m'énerver, ne changerait absolument rien. Et puis je dois admettre que j'étais incapable de t'en vouloir bien longtemps.

Je m'inquiétais également du fait que tu puisses m'en vouloir. Il faut dire que je n'avais pas été assez méfiante, alors qu'en temps normal je peux l'être trop. Je pensais qu'il était blessé et tout naturellement j'avais voulu apporter mon aide. .J'avais été élevée ainsi, pour ne jamais tourner le dos à une personne qui avait besoin d'aide. C'est même probablement une des seules choses positives que ma mère ne m'aie jamais apprise. Et malgré le fait que contrairement à ma mère, je n'avais fait aucunes études de médecines, je ne savais que ce qu'elle m'avait appris, ou ce que j'avais pu lire dans les différents livres que j'avais trouvés à l'hôpital, je pensais que j'aurais été capable de gérer la situation. Apparemment, cette fois-ci j'aurais mieux fait d'ignorer l'appel et continuer mon chemin. Maintenant j'espérais simplement que tu ne me haïrais pas pour ce qu'il s'est passé.
© By Halloween sur Never-Utopia


_________________
Storms don't last forever
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 133
▬ Points : 230
▬ Date d'inscription : 02/12/2015
▬ Localisation : Au besoin je vous trouverais...
▬ Emploi/loisirs : La magie, fuir Dahlia, la routine quoi
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Dim 8 Oct - 14:46



With You I feel Alive Again
FT. Meredith Winchester

Henrik savait comment Meredith fonctionné, il pouvait voir les rouages de son cerveau, s'agitant pour que le jeune sorcier ne commette pas un geste qu'il regretterait par la suite. Alors à son habitude il avait improvisé quand la jeune femme lui avait dit que son agresseur était son problème. Henrik l'avait conforté dans son idée, jusqu'à ce que cette dernière ne s'avance vers lui, s'étonnant que le sorcier ne tente pas de l'en dissuader, hors il avait déjà tout prévu, se plaçant stratégiquement derrière elle pour la rattraper quand son sort entra en action.

Lui laissant le temps de s'occuper de ce loup garou, puis avec une grande douceur le sorcier avait conduit Meredith dans sa voiture. Sachant que son sort se briserait sous peu. Ce qui lui laissait le temps de réfléchir à ce qu'il pouvait faire pour protéger la jeune femme. Le sorcier se questionna, ne serait-elle pas plus en sécurité si oublié tout de lui. Se tournant vers elle, Henrik savait qu'il pouvait le faire, prolonger le sort le temps de tout lui faire oublier, la conduire chez elle avant de disparaître de sa vie.

Mais son choix à elle dans tout ça, il devait aussi le prendre en compte. Ce n'était pas la voix de la raison qu'Henrik écoutait et le jeune sorcier détester se sentir ainsi. Son regard glissa sur ses mains enserrant le volant, certes il n'avait pas le sang du loup garou sur les mains, pas vraiment pourtant Henrik ne pouvait s'empêcher de le voir. C'est la voix de la jeune femme qui le tira de ses sombres pensées. Elle avait quelques questions pour le sorcier, à savoir ce qui s'était passé et combien de temps il s'était écoulé.


«J'ai fait ce que j'avais à faire, je t'ai endormi et sorti de là. Pour ce qui est du temps, tu es restée inconsciente trois quarts d'heure. »

Les constitutions surnaturelles étaient différentes de celles des humains et Henrik devait improviser quand il s'agissait de l'intensité de ses sorts, le but n'était pas de plonger Meredith dans un profond sommeil. Le regard froid, la voix monotone Henrik était distants. Ce n'était pas ce qu'il voulait mais ses choix étaient restreints, il ne voulait pas qu'elle soit en danger par sa faute. C'était son unique certitude.

« Ce qui vient de se passer n'est pas ta faute. Il n'y a rien que tu aurais pu faire pour empêcher ça. C'est de ma famille dont il s'agit, tu n'y es pour rien. »

Pendant des siècles Henrik avait fait taire son coeur. S'obligeant à ne pas s'attacher, à quiconque, homme comme femme. Cette solitude pour seule compagnie, vu qu'il ne restait que très peu de temps au même endroit, c'était simple pour lui de ne pas s'attacher. Puis son arrivée à la Nouvelle Orléans avait tout changé, de nouveau réunis avec sa famille il s'était permit quelques sentiments.

« J'ai vu ma tante détruire la personne que j'aimais des siècles de ça. Pour me garder à ses côtés et détruire toutes distractions possible. Je ne pratiquais pas l'expression à l'époque. »

Henrik s'en souvenait comme si c'était hier, le corps frêle de la jeune femme dans ses bras. Ses vaines tentatives pour l'aider, accompagné de cette sensation, cette douleur. Celle de son coeur qui lui donnait l'impression de se scinder en deux. Plus jamais ça, Henrik s'était promis. Elle avait également tué le fiancé de Freya et ignorant le sort de protection de leur tante, Freya avait bu un poison tuant son enfant sur le coup.

« Plus jamais ça. C'est ce que je me suis promis. Et aujourd'hui des siècles plus tard elle recommence en s'en prenant à toi. Et si je n'avais pas été assez rapide ? Je ne peux pas le permettre. »

Une certaine rage bouillait en lui en se remémorant son passé et ses années passés aux côtés de Dahlia. Il pensait pouvoir gagner cette guerre, enfin affronter sa tante, ça n'était pas si simple. Sa main droite quitta le volant pour frapper ce dernier. Si son contrôle sur sa magie était des plus parfaits, le contrôle de ses émotions ne l'était qu'à temps partiel.

« Comment je suis censée te protéger et protéger ma famille une fois qu'elle sera en ville, tu me l'expliques ? »

Se renfermer et éloigner tout ce qui se trouvait là, était la plus sage des solutions. Du moins c'était ce qu'il pensait. Ce loup ne parlerait pas, mais Dahlia n'était pas à cours de sbires. Et si la puissance d'Henrik n'était pas une rumeur, le sorcier savait très bien qu'il n'était pas invulnérable non plus.

« Plus le temps passe et plus elle gagne du terrain. J'ai besoin que tu te mettes à l'abri, je pourrais lancer un sort pour que personne ne puisse te localiser pas même moi. »
Code by Joy

_________________
You’ll never know what hit you
✻ I made myself at home. In the cobwebs and the lies. I’m learning all your tricks. I can hurt you from inside. I made myself a promise. You would never see me cry. Til I make you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 270
▬ Points : 170
▬ Date d'inscription : 12/03/2017
▬ Localisation : Derrière mon appareil photo ♫
▬ Emploi/loisirs : Photographe

Feuille de personnage
Petit + : The person who invented the phrase "Happily ever after" should have his ass kicked, so hard !
Créateur de votre lignée : Were-Coyote de naissance
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   Jeu 12 Oct - 23:01



♪ With You I feel Alive Again ♪
Feat. Henrik Mikaelson

J'avais exposé mon idée, t'éviter de devoir t'occuper de mon agresseur en m'en chargeant moi-même, faisant passé ça pour une attaque animale. Et bien sûr lorsque je l'ai expliquée je m'attendais à un refus catégorique et de devoir insister pour te faire céder. Seulement tu as réagis d'une toute autre manière, ça m'a surprise, je ne m'y attendais pas. Cela semblait un peu trop facile, mais après tout même si une partie de moi était terrifiée par cette idée, elle restait la meilleure option. C'est avec la soudaine extrême fatigue que je comprenais que ça avait bien été trop facile.

Je me suis réveillée un petit moment plus tard, dans ta voiture. Bien sûr les deux premières questions que je te posais à peine réveillée, c'était de savoir ce qu'il s'était passé. Même si j'avais déjà ma petite idée à ce sujet, il était assez évident que tu m'avais volontairement endormie pour m'empêcher de m'occuper moi-même du loup-garou, le simple fait que tu avais su me transporter jusque dans la voiture sans que je me réveille en était la preuve. Et la deuxième question, c'était simplement savoir combien de temps je suis restée endormie. Tu confirmais alors ce que je pensais en m'expliquant brièvement que tu avais fait ce que tu devais, tu m'avais endormie puis tu disais que j'avais dormi trois quart d'heure. J'en concluais alors que le loup était mort. Je tournais alors la tête, regardant au travers la vitre de mon côté, serrant les mâchoires. Observant les rues sombres, puisqu'il fait nuit, de la Nouvelle-Orléans qui défilaient. Tu avais du sang sur les mains, par ma faute et j'avais du mal à encaisser.

Tu as vite repris la parole pour me dire que ce qu'il s'était passé n'était pas de ma faute, que je n'aurais pas pu empêcher tout ça. Seulement je n'avais pas le même ressenti, après tout je m'étais rendue dans le bayou de mon plain gré. On ne m'avait pas forcé la main et si je n'y étais pas allée, tout cela ne serait sans doute pas arrivé. J'avais fait ce qu'on m'avait appris, venir en aide, au lieu de simplement continuer mon chemin. Et j'aurais dû payer les conséquences de ma bêtise, pas toi. J'ai pris une inspiration, un réflex pour me donner du courage, puis je reportais de nouveau mon attention sur toi.

"Je ne sais pas si tu dis cela pour me réconforter ou parce que tu le pense vraiment mais... Je suis bien responsable de ce qu'il s'est passé ce soir. J'aurais très bien pu l'ignoré et continuer mon chemin mais j'ai choisi d'aller voir."

J'essayais de garder une voix calme, même si l'on devait sans doute pouvoir y sentir ma colère, ma peine. Je faisais tout de même mon maximum pour garder mon sang-froid, hors de question de craquer et de me mettre à pleurer ou quoique se soit. Avant, plus jeune, j'avais la fâcheuse tendance à pleurer pour tout est n'importe quoi, trop de joie, trop de peine, trop en colère. Gérer mes émotions ça n'a jamais été mon point fort. Mais ces derniers mois j'avais fait pas mal de progrès là-dessus. Et j'avais horreur de montrer le moindre signe de faiblesse.

Tu as repris la parole, pour me raconter ce que ta tante avait fait, des siècles plus tôt. Tu m'as raconté qu'elle s'en était prise à la personne que tu aimais pour te forcer à rester à ses côtés. Et je dois admettre que j'étais choquée et horrifiée qu'elle ait pu faire une chose pareille. Je ne comprenais pas comment on pouvait en arriver là, à être aussi cruelle et le mot est faible. Tu disais ensuite qu'après ça tu t'étais promis que cela n'arriverait plus jamais. C'était la première fois que tu me parlais de cela. Tu ajoutais qu'elle recommençait aujourd'hui en s'en prenant à moi, ce n'était pas la même chose mais je voyais bien que tu avais eu peur pour ma vie aujourd'hui. Tu me demandais alors comment tu pourrais me protéger ainsi que ta famille lorsqu'elle viendra en ville. Tu voulais que je me mette à l'abri, tu voulais lancer un sort pour que personne ne puisse me trouver. J'ai voulu faire un geste pour te réconforter, levant ma main vers toi, mais je me suis ravisée, soudainement intimidée. Alors, j'ai décidé de raconter quelque chose, à mon tour.

"J'ai perdu ma mère, c'était une mort naturelle mais, peu après, mes amis..." J'ai été forcée de marquer une pause, sentant ma voix trembler. "M-Mes amis, ma famille, ont tous été tués par des chasseurs. Je suis arrivée après le drame, tout ce que j'ai pu voir c'était leurs corps, empilés et sans vie." J'ai pris une seconde pour reprendre la parole. "Je m'étais faite la même promesse, ne plus m'attacher à personne, jamais, mais je crois qu'on ne choisit pas ces choses-là. Cela serait sans doute trop facile, si l'on pouvait ne rien ressentir." Je me suis brièvement forcée à sourire.

Rien que le fait d'y repenser, mon coeur se serre et j'avais l'impression d'avoir du mal à respirer. Quelques semaines seulement s'étaient écoulées entre ces deux événements. C'était il y a un moment, avant que j'emménage ici et pourtant la douleur n'avait pas disparu, elle revenait parfois aussi forte que ce jour-là, cette sensation que le monde s'écroulait sous mes pieds alors que mon coeur semblait littéralement se briser en un millions de morceaux...

Ce n'était probablement pas tout à fait comparable à ce que tu avais vécu, ce n'était pas les mêmes liens. Seulement mes amis étaient une seconde famille et du jour au lendemain ils avaient tous disparu. Et je m'étais demandée un nombre incalculable de fois, s'ils ne seraient pas encore en vie aujourd'hui si je les avais accompagnés ce soir-là ou si je serais morte avec eux. Dans un sens, cela aurait été mieux, la mort est toujours plus difficile à affronter pour ceux qui restent, puisque chaque jour rappelle ce que l'on a perdu à jamais.

"Peut-être que l'on avait tords, en voulant ne plus aimer, apprécier, personne. Peut-être que c'est justement le fait d'avoir quelqu'un qui aide à tenir le coup."
©️ By Halloween sur Never-Utopia


_________________
Storms don't last forever
Moi je suis comme un cerf-volant , si quelqu'un ne tient pas la bobine, pfft , je m'envole .. et toi , c'est drôle , je me dis souvent que tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

With You I feel Alive Again [Feat. Henrik Mikaelson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» we are who we are when we’re with the people that make us feel the most alive |Kyra|
» everything that kills me makes me feel alive ✤ (madge)
» it's the last time to feel again ¶ feat.Damon
» Everything that kills me make me feel alive • Jody

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: Welcome to the Big Easy :: Le Bayou-