Les Top

Leatherland
Blazing Star
Fearwood
Chicago Dreams



 

Bienvenue sur le forum ♥

Nous manquons de membres du brotherhood et d'hérétiques.

Partagez | .
 

 We need to talk, you and I [Will&Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
▬ Messages : 24
▬ Points : 65
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
MessageSujet: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Lun 5 Juin - 17:19


Une semaine. Cela faisait une semaine que je n'arrivais plus à dormir plus de quatre heures par nuit. J'ignore ce qui m'arrive en ce moment, le sommeil me faisait défaut. Il est vrai que, ses derniers temps, je songe à dire à mon frère William la vérité à propos de mon adoption. J'ai peur de sa réaction, même si je sais que s'il y a bien une personne pour ne pas me juger, c'est lui. D'aussi loin que je me souvienne, il a toujours été là pour moi. Je ne dirais pas qu'il était le frère idéal, car il n'est pas parfait, tout comme moi. Ce n'était pas toujours facile de s'entendre sur tout, surtout depuis qu'il était devenu un vampire et que j'étais une chasseuse. Heureusement, je n'avais pas à lui faire de mal, tant qu'il se tenait à carreaux. En tant que membre du Brotherhood, je me devais de protéger les humains. L'ironie était que beaucoup d'humains pouvaient être pire que certaines créatures surnaturelles que j'avais pu croiser. À mon avis, il y a des bons et mauvais dans chaque clan. Ce n'était pas mon travail d'éliminer ceux qui étaient, selon moi, une plaie sur terre.

Après m'être tourné et retournée plusieurs fois dans mon lit, je décidais de me lever en allant consulter mes messages. Je souriais lorsque je voyais la photo de moi et mon frère l'année dernière. J'étais très attachée à cette photo. En regardant cette photo, je me disais que c'était le temps que je lui dise la vérité. J'avais assez attendue comme ça et je savais que plus j'allais attendre, plus ça serait pire. Mes insomnies étaient peut-être un message de mon inconscient pour me faire comprendre qu'il fallait que je parle à William et que c'était le moment. À vrai dire, je me sentais prête à lui en parler. J'en avais assez d'avoir ce poing sur les épaules. Je me changeais, étant en pyjama, pour enfiler une tenue semi-sport en prenant avec moi mes pieux de bois, au cas où je fasse une mauvaise rencontre. Une fois prête, je partais pour aller rejoindre l'appartement de mon frère. J'espérais ne pas le déranger même si je savais qu'il était rarement couché, dû à sa nature de vampire, mais j'allais faire gaffe pour ne pas réveiller son coloc. Au bout de quelques minutes, je me trouvais devant l'immeuble et j'allais cogner doucement à la porte de l'appartement, croisant les doigts pour que ce soit Will et non Alek qui m'ouvre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 105
▬ Points : 555
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Etudiant en étude de cardiologie // Aime chasser, voyager
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Lun 5 Juin - 19:19



We need to talk.

William & Rose

Après avoir passé une autre nuit horrible à cet hôpital, j'étais revenu chez moi, dans mon petit appartement au centre ville. Il n'était pas luxueux, loin de là, mais il me suffisait pour moi, et mon colocataire, Aleksander. A vrai dire, je ne sais toujours pas comment j'ai pu m'entendre avec lui, étant donné qu'il était un chasseur qui traquait...mon espèce. C'était le comble de l'ironie de vivre sous le même toit qu'un chasseur (de plus expérimenté). En rentrant, vers 6h du matin, je remarquais que l'appartement était vide. Sans doute Alek était parti chasser, comme à son habitude. Pour être un vampire, je sais parfaitement que l'aube était un moment où beaucoup de vampire se faisaient tuer, étant donné qu'ils se précipitaient pour rentrer rapidement chez eux, avant l'arrivée de la foule.

J'enlevais ma veste en jean noire en la jetant sur le dossier d'une chaise et soupire en voyant le désordre dans l'appartement. J'étais loin d'être un pro du ménage, tout comme Alek, alors, notre piaule comme dise certains, devenait presque inhabitable. Entre les canettes de bières à terre, les vêtements qui traînait sur le canapé et les armes d'Alek sur la table de la cuisine, on ne savait plus où marcher. En traînant des pieds, je m'assis sur le canapé et pose mes pieds sur la table basse, devant moi. Il était presque 6h30 et je décidais de m'allonger sur le canapé (enfin, ce qu'il en restait) et fermait mes yeux. Comme à mon habitude, pour m'endormir, je pensais à ma soeur Rose, et je pensais aux nombreux souvenirs que nous avions eu ensemble, durant notre enfance. Etant donné que j'étais le grand frère, j'avais toujours veillé sur elle depuis sa naissance. J'étais même trop protecteur envers elle, mais je ne voudrais la perdre pour rien au monde.

Je me souviens de ce souvenir, avec Rose, alors que j'habitais toujours à Salt Lake City, dans l'Ouest des Etats-Unis. Âgé de 15 ans, je veillais sur ma petite sœur, âgée de 5 ans, pendant que mes parents travaillaient. Au lieu de passer la journée avec mes amis pour profiter des vacances scolaires, je restais à la maison, avec Rose. Celle-ci semblait m'aimer encore plus que je l'aimais et je ne voyais pas le temps passer avec elle. Généralement, on s'amusait à se cacher à tour de rôle dans notre vaste jardin. Bien sûr, je choisissais des cachettes faciles pour lui permettre de s'amuser pleinement. Chaque jour, j'avais facilement des fous rires avec elle. Je l'aimais tellement, et j'étais prêt à tuer si quelqu'un lui faisait du mal.

Je m'étais endormi, fatigué par cette nuit de garde aux urgences. Cependant je fus réveillé par un coup à la porte d'entrée. Ayant l’ouïe sensible, j'entendais chaque bruit, et je détestais être réveillé. Je grognais donc, en ouvrant mes yeux. Je me levais et fit craquer mon cou avant d'arriver devant la porte. Je posais ma main sur la poignée de porte et attendit, écoutant ce qu'il se passait pour voir si ce n'étais pas des chasseurs. Finalement, je reconnus l'odeur de ma sœur et esquisse un léger sourire. J'ouvris la porte en grand avant d'adresser un sourire de bienvenue à Rose.


-T'ais-je déjà dit que je déteste être réveillé ? J'haussais les sourcils avant de prendre Rose dans mes bras. Comment vas-tu ?


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 24
▬ Points : 65
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Dim 11 Juin - 18:45


Plus les jours passaient, plus il était clair que je devais parler à mon frère de mon adoption. À force, cela devenait pesant à porter et j'avais déjà assez à porter sur mes épaules. Je m'en voulais de lui cacher la vérité, même si je savais que ce n'était pas pour mal faire. Je voulais seulement que tout reste comme avant entre nous et qu'il ne me voit pas différemment après avoir apprit que nous n'étions pas biologiquement frère et soeur. J'appréhendais énormément sa réaction, c'était une évidence. Je me disais que plus j'allais attendre, plus ça serait difficile pour moi de garder cela secret. Je n'ose imaginer ce que mes parents ont vécus tout ce temps à cacher à toute la famille qui j'étais. Et je n'ose imaginer leur réaction quand ils ont commencer à comprendre que j'étais différente. Bien sûr, ils ne savent juste que leur fille à un don spécial, mais je ne peux révéler les grands mystères de notre monde. Je me dois de les protéger de toute cette noirceur qui m'entoure et qui s'est imposé dans ma vie. Sans que je le veuille, mais que j'ai acceptée sans trop de mal.

Arrivée devant la porte de l'appartement de mon frère, je sentais mon coeur battre la chamade et mes mains devenaient moites. Je réfléchissais à comment aborder le sujet. Non je n'allais pas lui cracher d'un coup [i]Alors Will, je ne suis pas ta soeur biologique. Papa et maman t'ont menti depuis le début et je viens de l'apprendre il y a  un mois''. Certainement, j'allais faire preuve d'un peu plus de délicatesse et de subtilité, en lui expliquant le pourquoi du comment. Même s'il aurait pu avoir des doutes auparavant. Pourquoi sa soeur avec un don et pas lui ? Bien sûr, il avait dû penser que j'étais un cas unique et cela ne l'a jamais dérangé. Enfin, presque. C'est vrai que je sais toujours quand il ment, sauf quand je fais l'effort de laisser mon don en veille, mais cela me demande généralement de l'énergie. J'attendais patiemment qu'on m'ouvre et mon coeur eut un raté avant que je vois mon grand-frère. Au départ pas content de me voir, mais en me reconnaissant, il avait une toute autre expression sur son visage. Je lui donnais un coup dans les côtes pour le taquiner, suite à sa première remarque, avant de le serrer en retour dans mes bras.

« Nettement mieux ! Tu me manquais, Willy. Je n'arrivais pas à dormir, j'avais envie de te voir. »

Je me détachais doucement de lui pour le regarder dans les yeux, prenant un air beaucoup plus sérieux. Will savait que quand j'avais cette expression, c'est que je n'avais pas la tête à rire.

« Je voulais te dire un truc, c'est important. Ça te gêne si je rentre quelques minutes ? »

Je penchais inconsciemment la tête sur le côté en espérant qu'elle ne dérangeait pas son frère et qu'il allait accepter de la faire entrer quelques minutes. Elle voulait absolument avoir cette conversation avec lui ce soir. Cela ne pouvait plus attendre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 105
▬ Points : 555
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Etudiant en étude de cardiologie // Aime chasser, voyager
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Lun 12 Juin - 11:38



We need to talk.

William & Rose


Elle resplendissait. Se tenant devant ma porte, le sourire aux lèvres, Rose me paraissait au plus haut de sa forme, malgré qu'elle venait de m'annoncer qu'elle n'avait pas beaucoup dormi. Cela ne m'étonnait pas plus que ça, étant donné que ma petite sœur ne passait pas plus de 5h dans son lit, chaque nuit. Depuis ses 4-5 ans, elle était toujours réveillée avant moi, et venait sauter dans mon lit, très tôt le matin, pour me mettre sur pied. Je l'avais souvent grondé, voir repoussé car comme je l'ai dit, je déteste être réveillé, surtout tôt le matin. Etant enfant, la seule chose que je détestais chez elle, était son énergie débordante qui ne diminuait jamais. Cependant, en tant que grand frère, je ne pouvais la mettre de côté, surtout lorsque nos propres parents considéraient Rose comme étant étrange et spéciale à cause de son don. Bien sûr, ma petite sœur restait leur petite merveille, mais il faudrait être aveugle pour ne pas voir à quel point mes parents prenaient plus soin de moi, qu'elle. Si je l'avais mise de côté, il était presque sûr qu'elle se serait renfermée sur elle même, se croyant seule.
D'ailleurs, je n'avais jamais compris pourquoi seule Rose pouvait détecter les mensonges mais je n'avais pas approfondie l'affaire. Etre vampire me rendait déjà la tâche difficile, je ne voudrais pas qu'une autre contrainte vienne s'ajouter sur mes épaules.

Son petit coup dans mes côtes me fit sourire, un sourire qui n'apparaît que très rarement sur mes lèvres. Seule ma petite sœur pouvait me faire décrocher un mince rictus, même quand j'étais habité d'une extrême mauvaise humeur. Je lui conseilla de rentrer à l'intérieur, et fermait la porte d'entrée, après avoir vérifié que personne n'était dans la cage d'escalier. Oui car, étant donné que Rose était une intrépide chasseuse, elle avait de nombreux ennemis qui n’hésitaient pas à la suivre lors de ces déplacements. J'avais déjà tué un bon nombre de vampire, ou de loups-garous qui voulaient sa tête sur un pique.
J'allais ouvrir le frigo pour me prendre un soda lorsque je vis la tête de Rose qui changeait en une profonde inquiétude. J'ouvris ma canette en l'observant du coin de l’œil. Elle voulait me dire quelque chose, et, à en juger son teint pâle qui couvrait ses joues rosies, elle ne voulait pas me dire qu'elle avait acheté une nouvelle paire de chaussure. J’espérais, au plus profond de moi, qu'elle ne s'était pas engouffrée dans un nouveau conflit entre de dangereux et féroces vampires, comme elle l'avait fait une fois.

Je m'approchais d'elle, alors qu'elle semblait de plus en plus angoissée. Je pouvais entendre son cœur, donner des coups rapides et violents dans sa poitrine. Elle avait définitivement quelque chose à me dire. Je m'assis donc sur mon tabouret en bois, en face de Rose et lui adresse un léger sourire, pour qu'elle se détende quelque peu. Il était évident de la voir comme pétrifiée par ce qu'elle voulait me dire me laissait confus. De quoi avait-elle aussi peur ? De ma réaction ? De ce que je pourrais dire peut-être ? Des conséquences de ses paroles ? Je mordais faiblement ma lèvre inférieure, me disant pour moi-même que ce n'était pas normal que ma petite sœur avait peur de m’annoncer quelque chose, peur de moi...


-Rose, je dois t'avouer que de te voir si paralysée et angoissée me rend nerveux. Qu'est-ce que tu dois me dire de si important ?

Je tapotais rapidement mes doigts sur ma canette, la fixant avec des yeux presque perdus par les nombreuses suggestions que ma conscience m'envoyait. La voir à ce point inquiète ne présageait rien de bon. En effet, la dernière fois qu'elle était venu me voir avec cette expression là, sa vie était en terrible danger. J'avais déjà tué pour la protéger, et je le referais encore et encore s'il le faut. Je ne pourrais perdre ma sœur pour rien au monde...Cependant, si ce n'était pas de ça qu'il s'agissait, s'il s'agissait d'une sorte de "bêtise" de Rose, je ne pouvais pas lui en vouloir, d'ailleurs, je ne pourrais jamais la supprimer de ma vie, même si elle m'annonce une nouvelle à laquelle je ne m'y attendais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 24
▬ Points : 65
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Sam 24 Juin - 17:51


Il était devenu primordiale, urgent même, que je dise la vérité à William. Je n'en pouvais plus de porter ce poids, même si j'avais aucun regret d'avoir attendu. Ou peut-être légèrement. J'avais confiance en lui plus qu'à quiconque et il ne m'avait jamais jugé. Quand j'avais intégrée les Brotherhood, il n'avait pas vu cela comme une traitrise. Il savait que cela ne voulait pas dire que j'allais le chasser et que notre lien de famille serait brisé. J'en suis malade à l'idée de me retrouver séparée de lui pour toujours, à cause de cette différence. Heureusement, cela ne fut pas le cas. À croire que les liens de familles, même si pas forcément de sang, sont plus fort que tout. Je le pense réellement. Après être entré, j'essayais d'agir comme si tout allait bien, me concentrent sur le moment présent. Voir Will devant moi et le voir me sourire. C'était cela qui m'avait convaincu que malgré sa condition, il était toujours resté le même au fond de lui. Bien qu'il pourrait sans doute croire qu'il est un monstre à présent, je ne pourrais jamais penser cela. Il a simplement une alimentation différente. Je n'oubliais pas que ce n'était pas tous les vampires qui étaient comme lui.

Je le suivis dans la cuisine en gardant mon sourire, pensant par j'allais pouvoir commencer. Je me devais de peser mes mots soigneusement. Je savais que ma respiration et le son de mon coeur allait bientôt finir par me trahir. Je n'allais pas réussir à lui en parler, sans qu'il devine à mon état qu'il y avait un truc qui clochait. Il me connaissait par coeur, c'était mon frère depuis toujours, malgré que nous ne partageons pas le même sang, c'est tout comme. C'est en pensant à cela que j'arrivais à retrouver un peu mon calme et en écoutant Will qui me sortait légèrement de mes pensées. Le bruit de ses oncles sur sa canette était un peu angoissant, sans que cela soit voulu. Il ne voulait pas me rendre plus nerveuse que je l'étais, mais je me rendais bien compte que le fait de me voir comme ça stressait mon frère à son tour. Plus tôt je vidais mon sac, mieux ça serait pour nous deux. En prenant une grande respiration, je joignis mes mains ensemble et souffla un bon coup.

« Je pense qu'on devait aller s'asseoir, c'est mieux pour ce genre de nouvelle. La table de la cuisine fera l'affaire. »

Je levais les yeux vers ceux de William, alors que j'avais légèrement évité son regard depuis quelques secondes, cherchant comment lui annoncer la nouvelle. C'était une nouvelle qui risquait de tout changer, car il allait peut-être plus me voir de la même manière après ça. C'était ce qui me faisait peur. Alors que je ne l'avais aucunement jugé quand j'avais su qu'il avait été transformé. Je l'avais soutenue de A à Z. Jamais je ne l'aurais laissé tomber, alors pourquoi le ferait-il ? Pourtant, j'ai peur de sa réaction. Je me rendais à la table et je prenais place à une chaise en essayant de reprendre une respiration normale, je ne cessais pas de mordre ma lèvre inférieure en espérant que je n'allais pas m'emmêler les pinceaux. Une fois que mon frère fut assis, je me lançais dans le vif du sujet.

« C'est au sujet de papa et maman. Il y a quelque chose qu'ils nous ont cachés et je l'ai appris il y a quelques mois. Je ne savais pas comment te le dire, encore là je me demande si je vais bien t'annoncer la nouvelle, mais je peux plus attendre. Tu as le droit de savoir la vérité. Juste... promet-moi de ne pas t'énerver. »

Soupirant une énième fois, je jouais nerveusement avec mes doigts en regardant celui qui n'était pas que mon frère, mais un meilleur ami. Je ne pouvais pas imaginer que cela allait créer un fossé entre nous. Non, je ne devais pas imaginer les pires scénarios. Je me disais que lui aussi devait chercher à deviner ce que j'allais lui dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 105
▬ Points : 555
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Etudiant en étude de cardiologie // Aime chasser, voyager
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Mar 27 Juin - 19:28

[quote="William Henkom"]


We need to talk.

William & Rose


Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il fallait s'armer d'une extrème patience pour parler avec Rose, surtout lorsqu'elle était stressée. Elle avait cette capacité à faire trainer en longueur chaque moment, comme si elle répétait sans cesse ses phrases qu'elle allait dire dans sa tête. A vrai dire, heureusement pour elle qu'elle était ma soeur, car je pense que je l'aurais déjà secoué une bonne dizaine de fois pour qu'elle crache le morceau. Enfin, une chose est sûre, c'est que j'attendais avec appréhension ce qu'elle pouvait bien me dire.

Assis sur ma tabouret, je la regardais avec un regard presque suppliant, lui faisant comprendre qu'il était temps de dire ce qu'elle avait sur le coeur. Je commençais déjà à me faire une idée de l'importance et de la grandeur de cette nouvelle, qui pourrait peut-être tout changer dans ma vie, ou dans la sienne. Elle évitait mon regard, c'était sur et certain et je me demandais pourquoi. Certes, je ne possédais pas le regard le plus tendre au monde, j'étais bien connu pour posséder un regard froid, presque sans émotions, mais j'étais tout de même son frère, la personne qui semblait la plus proche d'elle.

Cependant, lorsque je vis qu'elle croisait ses mains et prit une grande inspiration, je me redressa donc sur mon tabouret, m'attendant à ce qu'elle me dévoile enfin cette si mystérieuse nouvelle. Je fus néamoins déçu lorsqu'elle me proposa qu'on déménage dans la cuisine, pour être plus à l'aise...Comme je l'ai dit, il faut s'armer de patience avec Rose. Je ravalai mes mots que j'aurais pu lui dire et lui fit un signe de main pour la laisser passer en première. Les femmes d'abord, comme on dit.

Je remarquais alors que, pour l'une des rares fois depuis qu'elle était rentré, elle avait osé me regarder dans les yeux, voilà qui est une chose positive. J'en profitais pour lui adresser un autre sourire rassurant, bien que j'avais l'impression que cela ne changeait pas grand chose. Je m'assis en face d'elle, posant ma canette à moitié vide sur la table de cuisine blanche comme la neige. Je déposais délicatement ma main sur sa main très tendue, très cripsée...

-Rose, je ne suis pas un étranger, mais ton frère, n'aies pas peur de ma réaction ou d'autres choses d'accord ?

Je laissais ensuite ma main glisser pour qu'elle s'en aille de la main de ma soeur. Je me raclais la gorge, devenant étrangement de plus en plus impatient. Rose me transmettait inconsciement son inquiétude et son angoisse. Au bout d'un énième silence, où elle n'avait cessé de mordre sa lèvre inférieure, elle m'avouait que mes parents, nos propres parents m'avaient caché quelque chose, qui semblait apparemment importante.

Je me posais déjà une multitude de questions sur ce "début" de piste. Comment mes propres parents avaient-pu me mentir ? Et surtout, qu'elle était cette fameuse vérité ? Je comprenais alors pourquoi Rose avait autant eu du mal à parler...J'avalais ma salive, lorsqu'elle me demandait de ne pas m'énerver...Je ne pouvais rien lui promettre, étant déjà pas mal sur les nerfs que les personnes que j'aime le plus au monde m'ont trahi...
Je pris une grande inspiration, me levant de la chaise, étant incapable de rester statique. Je commençais à faire les cents pas dans la cuisine, posant ma main droite sur ma hanche.


-Honnêtement Rose ? Je n'en ai aucune idée. Je ne peux pas te promettre quelque chose que je ne vais pas respecter. Je lui adressais un sourire ironique. Je ne suis pas un menteur, moi.

Mon but n'était pas de mettre mal à l'aise Rose, mais le mensonge était pour moi l'une des limites à ne pas franchir, pour ne pas perdre ma confiance. Je faisais toujours confiance à Rose, bien sûr, notre relation était bien trop forte pour être détruite par un stupide mensonge, mais j'étais quelque peu déçu de sa part. Je reprenais sur un ton plus calme, et neutre.

-Dis moi ce que tu as a dire....maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 24
▬ Points : 65
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Dim 23 Juil - 19:59

Alors que cela faisait depuis que j'avais franchie la porte de son appartement que je fuyais son regard, j'avais trouver le courage de le regarder dans les yeux à nouveau. J'espère trouver un peu de soutien dans son regard, même si ce dernier montrait aussi qu'il n'était plus ce William que j'avais connu et avec qui j'avais grandi. Il avait changé après sa transformation, un changement assez important pour que cela le change intérieurement. Au fond, il était et restera à jamais mon frère. Pour toujours. J'avais su m'y faire à cette nouvelle nature et je m'empêcherais de lui faire du mal, même si ma nature de chasseuse me le dicterait. Je lutterai pour m'en empêcher. Heureusement, mon frère n'était pas du genre sanguinaire et assoiffer de sang. Il restait un vampire, ça va de soi, mais il respectait l'équilibre de la nature. Étrangement, j'étais rassuré par les mots de Will, qui essayait malgré tout de me faire comprendre que je pouvais parler sans crainte, même si je le savais déjà.

Lentement, mais sûrement, j'arrivais à bout de dévoiler ce que j'avais à lui dire, je le faisais dans l'ordre des choses en lui disant d'abord que c'était au sujet de nos parents. Enfin, ses parents, bien qu'ils restaient mes parents d'adoptions et les seuls que je connaisse. Malheureusement. Cela restait quand même que je n'étais pas du même sang qu'eux et dont de mon frère. Je ne pouvais pas le voir autrement non plus, j'avais vécue toute ma vie en le considérant de la sorte. Je me doutais bien qu'il n'allait pas me promettre de rester calme. Je le connaissais si bien que je savais qu'il risquait de partir au quart de tour, lorsqu'il saurait le lourd secret que nos chers bien-aimés parents ont voulus cacher à leurs enfants. Croyant faire ce qu'il fallait, je suppose. Will me donnait mal à la tête en faisant des cents pas. Ça devait cesser et vite ou j'allais devenir complètement folle. Dans tous les sens du terme.

« Non, tu n'es pas un menteur. De ma vie, tu es probablement le seul qui m'est le moins menti. Peut-être à cause que tu savais que si tu le faisais, je le saurai. Tu es le premier à avoir su pour mon don. »

Je lui souris de manière complice et adorable, car cela montrait que je lui avais fait confiance sur ça, sans avoir peur qu'il me prenne pour un monstre. J'imagine que certains auraient pu me prendre comme tel, en sachant que j'étais spéciale. Les gens ont toujours peurs de ce qu'ils ne peuvent pas expliquer et la moindre différence dans ce monde, ils ne trouvent rien de mieux à faire que de s'en moquer, ou la rejeter. Comme si j'avais demandé d'être comme ça ? Être normale ne m'a cependant jamais tenté. J'aimais être différente, sans pour autant me sentir supérieur aux humains. Un énième soupir s'échappa de mes lèvres et je savais que j'avais suffisamment allongé cette conversation inutilement. Il était temps que je dise ce que j'avais réellement à lui dire. En dépit de la réaction de mon frère. Je pris une grande inspiration, comme si les mots flottait autour de moi et que je les avalais pour ensuite expirer.

« Will, j'ai été adoptée. Papa et maman ne sont pas mes parents biologiques et par conséquent, biologiquement parlant, je ne suis pas ta soeur. »

Tandis que je marquais une pause, je senti une larme me venir à l'oeil, me souvenant de la peine que j'avais ressentie en apprenant la nouvelle. J'étais loin d'avoir une vie normale et cela était un peu un poids sur mes épaules. Je devais porter cela toute ma vie. J'ignorais comment William allait prendre la nouvelle. Je le connaissais, mais ça lui ferait un choc de savoir cela et il pouvait être tellement imprévisible que je ne sais pas à quoi m'attendre. Après une courte pause, j'ajouta:

« Mes véritables parents avaient également un don et étaient des Brotherhoods. Ils ont été assassinés dans une mission par un vampire sanguinaire. »

Je le regardais dans les yeux, cherchant à connaitre ses pensées intérieures. Je détectais les mensonges, pas les pensées, donc je ne savais pas ce qu'il avait en tête. Une situation plutôt angoissante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 105
▬ Points : 555
▬ Date d'inscription : 13/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle-Orléans
▬ Emploi/loisirs : Etudiant en étude de cardiologie // Aime chasser, voyager
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   Mar 1 Aoû - 18:26

We need to talk you and I

William & Rose




La vérité était une valeur importante que l’on apprend aux enfants dès leur plus jeune âge, tout comme la politesse. En général les enfants ne mentaient que très rarement. Par contre, en ce qui concerne les adultes, tout comme les adolescents, c’était plus compliqué. Ils mentaient comme ils respiraient pour certains. Certes, quelques personnes mentaient pour « protéger » leur ami d’une vérité brute, d’une vérité qui pouvait les effrayer ou les blesser. Mêmes les personnes les plus honnêtes ont une fois menti dans leur vie, c’était inévitable. Même moi je l’avais fait, pourtant, je détestais les mensonges.

Cependant, lorsqu’on avait une sœur qui pouvait détecter les mensonges, un peu comme cette Emma Swan dans cette série américaine « Once Upon A Time », on évitait de mentir pour ne pas perdre sa confiance. Voilà pourquoi j’avais refusé de lui promettre que je n’allais pas m’énerver, car, sans savoir pourquoi, je sentais que j’allais exploser. Exploser à cause de l’attente que Rose faisait durer, exploser à cause de la gravité de cette révélation.

Son fin et léger sourire me permettait de me détendre et d’oublier cette tension qui demeurait et grandissait dans la pièce à chaque nouvelle minute. Son sourire m’avait toujours aidé à aller mieux, à me rassurer quand, encore humain, j’avais peur de rentrer dans la cour des grands et d’aller à l’université de Boston, de quitter mon petit quartier américain tout droit sorti des séries américaines. Boston et Salt Lake City ne pouvait pas être comparées tant leur taille était différente. De plus, pour la première fois de ma vie, je devais laisser ma sœur seule, avec mes parents. Rose n’avait jamais été tellement proche de ma mère et de mon père. Elle venait toujours me voir quand elle avait un problème, quand elle avait passé une mauvaise journée au lycée, quand elle avait un coup de mou. Voilà pourquoi, une fois arrivé à Boston, je l’appelais presque quotidiennement pour prendre de ses nouvelles.

Elle me faisait sourire lorsqu’elle me racontait ses catastrophes culinaires telles que son gâteau au chocolat carbonisé, sa crêpe rester coller au plafond après un lancer quelque peu trop fort, sa ratatouille qui avait accrochée au fond de la casserole. Elle était mon rayon de soleil de la journée. Quand elle prit une profonde inspiration, je me redressais sur ma chaise, me préparant à encaisser ce qu’elle allait me dire. Je posais ma main sur la sienne pour l’aider à parler.

-« Will, j'ai été adoptée. Papa et maman ne sont pas mes parents biologiques et par conséquent, biologiquement parlant, je ne suis pas ta sœur. »

…Mon cœur venait tout juste d’exploser en mille morceaux, comme s’il était une bombe à retardement. Un « boom » provoqua des milliers de sentiments et de sensations en même temps.  Mes mains se mettaient à trembler sans que je puisse les contrôler. Comment cela pouvait être vrai ? Comment mes parents avaient pu me mentir à ce point ?! Comment avaient-ils pu à m’élever, à rire, sourire avec moi alors qu’ils me cachaient un profond mensonge…  « Je ne suis pas ta sœur ». Cette fois-ci c’était mes jambes qui tremblaient, principalement de rage. Une partie de moi était triste, bien sûr, mais l’autre partie était en colère, en colère contre mes parents, contre Rose, contre le monde entier. J’espérais que ma propre sœur ne m’avait pas menti, qu’elle ne connaissait pas son adoption depuis son plus jeune âge.

J’étais donc fils unique, et mes parents n’ont jamais eu l’idée de me le dire. Bien sûr pour moi Rose resterait toujours la même, elle resterait toujours ma sœur, mais si elle m’avait menti durant toutes ces années, il y aurait probablement une distance entre nous.

Mes véritables parents avaient également un don et étaient des Brotherhoods. Ils ont été assassinés dans une mission par un vampire sanguinaire. »

Ses parents ont été assassinés ? Je suppose qu’elle n’avait pas appris ça il y a trois heures, elle le savait depuis un certain moment, et me cachait la vérité. Je ressentis une immense peine lorsque je réalisais que ses parents biologiques étaient morts, et qu’elle ne les avait pas connus. Cependant, ma colère dominait ma peine et je lançais presque des éclairs à Rose. Pendant de longues secondes, je ne dis rien, laissant à mon cerveau le temps de digérer ces nouvelles brutales.

Après quelques secondes de silence, je serrais les dents en me levant et en renversant la table, brisant tout ce qui était dessus. Je passais ma main dans mes cheveux avant de poser mon front contre le mur. Je devais me calmer pour ne pas l’effrayer, déjà qu’elle était assez apeurée de révéler cette vérité. Je fermais mes yeux, restant dans cette position.

-Depuis combien de temps le sais-tu Rose ? Depuis combien de temps me caches-tu ceci ?

J’attendais avec impatience sa réponse, sentant quelque peu une appréhension de son verdict.





made by guerlain for bazzart[/size]
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: We need to talk, you and I [Will&Rose]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We need to talk, you and I [Will&Rose]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: A place to hide :: Les Appartements-