Les Top

Leatherland
Blazing Star
Fearwood
Chicago Dreams



 

Bienvenue sur le forum ♥

Merci de privilégier les personnages masculins.
Nous manquons de membres du brotherhood et de vampires engendrés par Rebekah.

Partagez | .
 

 Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 2:02





Arès Kye Coleman

« Anges habillés d’or, de pourpre et d’hyacinthe. Le génie et l’amour sont des Devoirs faciles. J’ai pétri de la boue et j’en ai fait de l’or. Il portait dans ses yeux la force de son cœur. Dans Paris son désert sans feu ni lieu. Aussi fort qu’une bête, aussi libre qu’un Dieu. Orgueil.   » ▽ Charles de Baudelaire)
Un lieu
La merveille architecturale qu’est l’Alhambra de la plus belle cité de la péninsule ibérique depuis de longs siècles désormais attire une foultitude de mortels avides de se gorger de belles choses, désireux de prendre quelques images de leurs appareils électroniques sophistiqués comme si la beauté de cette perle constituant le cœur d’une autre perle pouvait ètre capturée de quelque manière que ce fut par un de leurs vulgaires jouets sans âme. Je ne leur en veux pas de souiller ce lieu sublime d’histoire de leur présence ignare car l’émerveillement qu’ils sont susceptibles de ressentir devant ce qui fut un palais d’un éclat sans pareil de mon temps prouve qu’ils sont capables d’apprécier cette œuvre à sa juste valeur. Grenade. L’Alhambra de Grenade ou la représentation la plus prestigieuse du raffinement mauresque en Europe. Pour tous ces cœurs battant de manière chronophage il s’agit d’une vision mémorable mais pour ma part il s’agit d’un vivier de souvenirs agréables. S’ils savaient que j’étais né dans une aile du vaste édifice ils n’en croiraient certainement rien et pourtant je peux vous décrire en détails les multiples changements ayant lieu au cours des siècles du moins ceux consécutifs à ma fin de vie humaine. L’Alhambra et ses innombrables pièces ouvertes dans lesquelles dignitaires et conseillers s’activaient pour administrer la taifa au nom du roi. Ses cours dallées foulée par les pas tranquilles des membres de la famille royale. Ses jardins verdoyants dans lesquels les enfants dont je faisais partie s’égayaient en distillant leur joie de vivre à travers cris et rires bruyants. Ses tours de garde dans lesquelles la modeste garnison du palais passait le plus clair de son temps. Ses écuries qui étaient-elles mêmes superbes en soit comme si les purs sangs qui les occupaient ne pouvaient que se contenter que du meilleur. J’avais grandi dans cet environnement luxueux et fastueux en vertu de mon lien avec son propriétaire. Jamais, je ne pourrais oublier ce lieu sans égal et ce peu importe le défilé des siècles.
Une personne
Mon immortalité m’a permis de croiser un nombre exubérant d’individus. Certains m’ayant laissé un souvenir impérissable d’autres n’ayant fait qu’effleurer la surface de ma mémoire pour n’y distiller qu’une touche d’éphémère. Il est tellement difficile de se remémorer l’océan de visages ayant constitué les flots de mon immortalité que je pense être incapable de me rappeler de la moitié d’entre eux. Pourtant, je suis persuadé d’ètre parfaitement capable de le faire pour les personnes qui comptent, qui ont compté et le feront toujours. Une foule de personnes ayant partagé mes multiples vies encastrées dans une existence sans fin. Mais, parmi cette multitude il n’y en a qu’une qui me vient immédiatement à l’esprit lorsque l’on m’interroge de ce simple mot. Un seul visage qui s’impose de lui-même à mon esprit. Celui d’une enfant aux traits délicats. Celui de celle que je considère comme ma seconde fille là première étant morte du temps où je n’étais qu’un pauvre mortel parmi tant d’autres. Un temps ou la mortalité infantile atteignait des proportions effarantes et ou on faisait de nombreux enfants car la moitié d’entre eux avaient des risques de ne pas atteindre leur cinquième anniversaire. Ma seconde fille celle qui a voulu partagé ma nature que d’aucun qualifierait de monstrueuse afin de vivre éternellement à mes côtés. Une décision pouvant paraître impulsive et irréfléchie de la part d’une enfant de dix ans mais qui ne l’était absolument pas. Vivre le traumatisme consécutif à la découverte de ce que l’homme a de plus ténébreux et mauvais est déjà rude pour bien des personnes accomplies alors imaginez l’impact que cela peut avoir sur un être aussi fragile, pur et innocent qu’une petite fille. Esperanza déteste les hommes car jamais elle ne pourra oublier la vision de sa famille décimée sur l’autel de l’intolérance religieuse par des fanatiques catholiques. Ma seconde fille est née et a grandi dans la même ville que ma première, Azra. Une douce ironie que cela. Quoi qu’il en soit ma petite Esperanza est la chose la plus précieuse à mes yeux dans cette vie comme dans les suivantes. Je pourrais dévaster le monde pour qu’elle vive jusqu’à la fin des temps.
Un moment
Lorsque l’on a traversé les âges comme ce fut mon cas, il n’est que trop aisé de se perdre dans une vision globale et continuelle des événements pourtant l’éternité à l’instar de la vie de mortel n’est qu’une succession de moments et d’instants tantôt grandioses tantôt empreints de futilité, parfois tragiques et d’autres fois délicieux. Tous ne sont pas mémorables loin de là raison pour laquelle le cerveau a la tendance salvatrice à en occulter de nombreux pour ne laisser subsister que l’essentiel. La vie a la fâcheuse aisance à tendre vers la monotonie la plus amère. L’éternité ne diffère malheureusement que très peu sur ce point précis. Les moments d’exceptions pouvant se targuer d’ètre inoubliables sont relativement rares dans la vie des membres de mon espèce du moins est-ce le cas pour ma part car arrive un moment ou même les éclats les plus rayonnants viennent à se faner dans la spirale implacable de la temporalité. Pourtant, il existe bien un moment frisant la perfection dans le courant tumultueux de mes souvenirs. Ce moment a eu lieu au milieu d’une vaste salle de bal située dans le château d’un riche comte polonais dont le nom m’échappe en cet instant précis mais qui n’a de toute manière aucune importance ayant trait à cette évocation doucereuse. Une lady russe d’une beauté sans pareille presque irréelle se trouvait face à moi alors que les musiciens jouaient de leurs instruments avec un talent raffiné confinant au divin. Les mains de cette créature plus parfaite que toutes les représentations humaines de la beauté étaient posées sur mes épaules tandis que les miennes s’accrochaient délicatement mais fermement à sa taille faisant pâlir de jalousie toutes les mortelles de la pièce. Nous valsions au centre avec une telle maîtrise que les maîtres des lieux ne pouvaient qu’ètre relégués au second rang, éclipsés par le soleil glorieux que nous incarnions. Je me souviens de son sourire sincère et brûlant, de ses yeux d’un vert pale, de chaque trait de son visage gracieux. Nos regards rivés dans celui de l’autre nous ne faisions qu’un l’espace de quelques merveilleux instants. En la serrant contre moi, j’ai senti. En la faisant tournoyer, j’ai compris. En la désirant, j’ai faibli. En la possédant j’ai rêvé. A toi Sofya juste un merci.
Un instrument
Parmi la très longue liste de supports à l’expression crée par les hommes, les instruments sont les plus pénétrants. Les ouvrages, les tableaux, les statues et les œuvres en tout genre ne transmettent des émotions que lorsque l’on se focalise sur elles. Elles nous plongent dans la délectation froide née des affres de la contemplation profonde. Elles sont inanimées et sans vie, figées à jamais dans leur éclat de perfection. Une œuvre meurt dès que son achèvement est atteint car sa vie est un processus de création qui est semblable à la croissance d’un être vivant et c’est dans sa conclusion qu’elle trépasse puisque son auteur en a fini avec elle. Ainsi, nous admirons les cadavres glacés des idées des grands hommes, de ceux nés pour laisser une telle trace de leur passage en ce monde éphémère. Il n’y a rien de comparable parmi les créations humaines à celle qu’est la puissance de la musique. J’ai financé de nombreuses œuvres à travers mon existence dans un nombre écrasant de pays et nulle part je n’ai préféré l’inanimé à la douceur pleine d’ardeur d’une mélodie. Une véritable ironie n’est-ce pas que celle d’un mort préférant les ondes débordantes de vie d’une composition musicale à une image qui tout comme lui ne changera jamais, ne subira pas les ravages du temps ni la dégradation de l’âge. Pourtant c’est bel et bien le cas. J’ai toujours adoré la musique tant de mon vivant qu’après ma mort. Mais, il me semble que cet amour de la sonorité est bien l’une des rares choses à avoir été amplifié par ma nouvelle condition. J’ai appris à jouer à bien des instruments au fil des siècles, eu le plaisir d’entendre un nombre encore plus élevé d’instruments dont certains n’existent plus aujourd’hui. Si, le piano et le violon me plaisent énormément ils n’atteignent pas la place qu’occupe la lyre dans mon cœur. J’ai un nombre élevé de lyres dans mes repaires à travers le monde. Je suis amoureux des sons qu’elles produisent. Ils apaisent, bercent, rendent mélancolique et bien d’autres choses encore. Je joue assez régulièrement de la lyre pour moi même dans l’intimité une coupe de sang à la main. Une part de mon humanité se trouve dans cet instrument qui était plus que commun lorsque je suis venu au monde. 
Une oeuvre littéraire
La lecture est un passe-temps que j’affectionne tout particulièrement. Un philosophe platonicien français du XII siècle du nom de Bernard de Chartres a dit un jour : « Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants de telle sorte que nous puissions voir plus de choses que n’en voyaient ces derniers. Et cela, non point parce que notre vue serait ou notre taille avantageuse, mais parce que nous sommes portés et exhaussés par la haute stature des géants. » et il avait parfaitement raison. Je vous passe l’explication qui se cache derrière cette métaphore particulièrement habile pour me contenter de ce simple fait. La connaissance est la plus efficace des armes et celle-ci se trouve massivement dans les ouvrages d’hier, de demain et d’aujourd’hui. Les mots sont des outils passionnants reflétant l’humanité elle-même dans toute sa palette de nuances. Des outils pouvant se révéler aussi doux que des caresses ou aussi tranchants que des épées. Quiconque souhaite maîtriser l’art noble de l’oraison se doit d’accorder aux trésors couchés sur le papier la valeur qu’ils méritent. Un proverbe dit que celui qui ne lit jamais ne vit qu’une fois tandis que celui qui lit vit mille fois. Ce proverbe m’a toujours plu quand bien même je pense que vu ma nature surnaturelle le besoin de voyager à travers des récits étrangers au mien est relativement faible. J’aime lire et cela ne changera pas que je vive un siècle de plus ou plusieurs dizaines. Je m’inquiète néanmoins de ce qu’il adviendra de la lecture, la véritable j’entends et non pas ce simulacre reposant sur des appareils électroniques privant le lecteur de l’odeur délicieuse des pages abîmées, de la sensation que procure le toucher et de la communion avec l’âme du livre. L’humanité court après un rêve aussi irréalisable que futile. La poursuite du jardin d’Eden, époque mythologique bénie et embellie par les yeux des pauvres hères las de cette existence de souffrance harassante qu’est la leur. L’humanité se perd dans cette course qu’elle espère gagner sans se rendre compte qu’elle est vaine. Peu importe ce qu’elle atteindra cela n’effacera pas la sensation de vide intérieur qu’elle ressentira au moment tant attendu. La vie éternelle n’est pas de ce monde à moins d’appartenir à mon espèce. La technologie n’est qu’une illusion doucereuse mais lorsqu’ils s’en rendront compte il sera probablement déjà trop tard. Pourquoi désirer foncer en avant alors que le présent nécessite plus d’attention qu’ils ne lui accordent ? Mais, je m’égare comme souvent. L’art de la guerre de Sun Tzu voilà bien mon ouvrage favori pour bien des raisons. J’ai tenté de découvrir l’édition originale en vain. Certaines choses sont hors de portée même pour des êtres tels que moi. L’art de la guerre a été une source d’inspiration non négligeable au cours des siècles. Comme elle devrait l’ètre pour tous les êtres de pouvoir. Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants…
Une couleur
Le rouge sans hésitation possible. L’écarlate de l’hémoglobine, liqueur aux riches nuances caressant le palais. Le rouge de la passion amoureuse, le rouge du pouvoir et de la puissance. A dire vrai, j’aurais pu hésiter si je souhaitais me montrer un brin plus sincère. Car, il est d’autres colorations qui ravissent aisément mes goûts. Notamment, le noir du plus nuancé au plus profond. Le noir des ténèbres et de la nuit. La nuit empreinte de mystère et de danger autant que de paix silencieuse. Atmosphère épurée sous la voûte étoilée pourtant peuplée d’autant de vie que sous le soleil. La réputation faite à cette couleur qui n’est que l’opposé le plus pur de l’immaculé me pousse à l’aimer d’autant plus. Chaque chose a besoin de son opposé pour que l’équilibre soit respecté disent à qui veulent l’entendre les sorcières. Pour ma part, l’équilibre ne me convient que lorsqu’il est à mon avantage mais là n’est pas la question. La seconde couleur qui aurait pu faire l’affaire est le doré voire le vermeil. Ce qui brille d’un éclat proche du soleil ne peut qu’attirer un être de puissance. Les hommes ont placé leur foi dans des bouts de papiers, des ordinateurs censés représenter l’argent dont ils se rendent esclaves pour vivre dans leur propre monde alors que tout cela n’est que du vent, des mots. L’or est pur, précieux et éternel. Cette couleur en elle-même est d’une beauté sans pareille se suffisant en soit. Que dire de plus. Le doré est harmonieux et désirable. Ce n’est pas pour rien que l’humanité a une fois de plus prouvé son aptitude à commettre le pire par le biais des conquistadors. Enfin, le bleu océan ou céleste m’ont toujours paru aussi admirables que les tons évoqués précédemment. Cette dernière couleur était probablement ma préférée au siècle de ma vie humaine en Andalousie. Je ne saurais réellement dire pourquoi. Peut être la douceur paisible qu’elle projette ? Je ne me souviens pas réellement mais je sais que je l’ai grandement apprécié. Cependant, c’est le rouge écarlate qui tient ce rang désormais et ce pour des raisons évidentes. Sans le sang nous ne sommes rien de plus que des vieillards sans âge, des morts en sursis, des pièces rapportées d’un autre temps. Le sang est désir. Le sang est puissance. Le sang est la base de la vie tant pour les mortels que pour nous, leurs prédateurs.

_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 2:02

Ares Kye ColemanCaractère.Lorsque j’ai le temps d’apprécier la beauté des choses devant mes yeux je suis un prince de l’hédonisme.
Lorsque je suis face à un ennemi de ma personne, ma cause ou ma lignée je suis un monstre implacable qui ne recule devant rien pour éliminer la partie adverse.
Lorsque l’on me rencontre la première chose que l’on note est mon amour de l’élégance et du raffinement.
Lorsque l’on m’évoque une pointe de mystère plane sur ma personne car je me fais un point d’honneur de ne pas me dévoiler.
Lorsque mes méninges se lancent dans la mécanique précise de la réflexion acharnée et que je cherche à élucider un problème j’ai tendance à me montrer perfectionniste.
Lorsque mon éternité se pare des doux atours de la paix, il m’arrive d’exprimer mes instincts artistiques en écrivant des livres, des poèmes, en peignant des tableaux, en jouant de la musique ou en sculptant des statues.
Lorsque vient le temps de la guerre j’abandonne la courtoisie de gentleman me caractérisant pour basculer dans la violence extrême.
Lorsque le sang doit couler et que les batailles doivent ètre menées je mets à contribution tant mon éducation humaine que la masse d’expérience et de connaissances accumulées au cours des siècles pour élaborer des stratégies minutieuses.
Lorsque quelque chose doit ètre accompli, je me montre la plupart du temps méthodique et appliqué.
Lorsque je considère ne pas avoir besoin d’user de la parole, je ne le fais tout simplement pas et en cela je suis relativement taciturne.
Lorsque l’on me voit souriant dans le cœur sanglant du danger on comprend aisément que mon arrogance est une réalité.
Lorsque l’on m’observe me tenir d’un port altier au milieu des membres de mon organisation, des vampires issus de mon sang on ne peut que me prêter un certain charisme.
Lorsque l’on a l’honneur insigne de me connaitre intimement depuis plusieurs siècles on sait que je suis plus complexe qu’il n’y parait.
Lorsque je suis en présence de personnes chères à mon cœur je suis capable de me montrer aimant, doux et bienveillant.
Petites infos.Age : 32 ans (humain) 817 ans ( vampire )
Date de naissance : 12 mars 1200
Lieu de naissance : Aile est de l’Alhambra de Grenade, Andalousie
Métier/Occupation : Leader fondateur du Cercle / Entrepreneur à ses heures perdues
Orientation sexuelle : La gent féminine et ses charmes désirables
Statut : Cœur ayant connu l’amour et désormais aussi libre que l’air
Groupe : La glorieuse espèce des buveurs de sang  
Nombre de vampires transformés : Plus d’une quarantaine
Pays préféré : Espagne
Continent préféré : L’Amérique du Sud  
Allégeance : A lui-même dans un premier temps et à sa mère de lignée ensuite
Annecdotes.Fils d’un père conseiller et cousin du roi de Grenade et d’une courtisanne nubienne. – Il a été marié et père d’une petite fille durant sa vie humaine. - A été transformé par Aurora de Martel en Occitanie alors qu’il allait mourir suite à une rencontre sanglante avec une troupe de brigands. - A arpenté l’Europe de long en large et en travers à plusieurs reprises. – Il a obtenu sa bague de jour en séduisant une jeune sorcière suisse. – L’immortel a créé son organisation le Cercle lors de son second siècle de vie dans un bosquet en Autriche avec ses vingt premiers vampires. -  Il a pactisé avec un coven renégat allemand dont les descendantes respectent encore l’obligation de sang à l’heure actuelle. – A fait la guerre au Strix de Tristan de Martel au cours du quinzième siècle. – Il a amassé une fortune considérable au cours des âges. -  A transformé une petite fille juive espagnole devenue orpheline Esperanza Rosalina après l’avoir adopté. -  Il a vécu comme un pirate officier de la flotte de Ching Shih au début du dix-neuvième siècle. – N’a rencontré les Originels qu’au début du vingtième siècle à la Nouvelle Orléans ou il a acquis un manoir. – Est arrivé à NOLA en mai 2017 bien qu’il ait surveillé la situation de la ville de loin. Liste de Rps.Rp en coursTitre du RP - Avec ...
Titre du RP - Avec ...RP abandonnésTitre du RP - Avec ...
Titre du RP - Avec ...RP terminésTitre du RP - Avec ...
Titre du RP - Avec ...
Liens recherchés.Vampires : Membres du Cercle voire de l’Eclipse / Personnes transformées par Arès / Connaissances ayant marqués son éternité
Des alliés parce que l’on a tous besoin de soutiens lorsque la guerre n’est qu’une question de temps.
Des outils qu’Arès pourra utiliser ou manipuler afin d’atteindre diverses fins.
Des ennemis parce que la valeur d’un homme se mesure à celles de ses ennemis ainsi qu’à leur nombre et que toute puissance entraine opposition. (Tous les chasseurs et la majorité des loups se trouvent dans ce cadre.)
Une exception faisant partie d’un camp opposé qu’il apprécierait sincèrement.
Quelques liens amicaux car Arès n’est pas qu’un leader froid au cœur gonflé d’orgueil.
Des flirts avec des membres de la gent féminine (éventuellement une relation de couple envisageable).
Des distractions au sens large.
Une personne prête à creuser l’image première du vampire pour voir plus loin. (Non chasseurs et loups de préférence)
N’hésitez pas si vous avez d’autres idées de lien à me les soumettre.
© CRIMSON DAY

_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   


Dernière édition par Arès K. Coleman le Mer 31 Mai - 2:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 2:03


The Mikaelsons. They are the beginning of everything.
Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
© CRIMSON DAY


_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   


Dernière édition par Arès K. Coleman le Mer 31 Mai - 2:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 2:03

You’re with us. Esperanza
Coleman
Age : 393 ans  ans
Métier : Héritière
Sexe : Féminin
Groupe : Vampire
Ma princesse sanglanteTu n’étais qu’une petite fille parmi tant d’autres dans la sublime cité qui m’avait vu naître plusieurs siècles plus tôt. Nos chemins n’avaient à priori aucune raison de se croiser et pourtant ils le firent et je ne pourrais jamais le regretter. Notre rencontre fut placée sous le sceau de la barbarie humaine puisqu’en ce jour brûlant d’été typique de notre région natale des fanatiques catholiques décidèrent d’éliminer les infidèles qui selon eux polluaient cette terre sacrée bénie pour eux. De ce traumatisme tu perdis le gout de vivre et te découvris une haine profonde et éternelle pour les hommes et leur folie. Tu as perdu ton innocence, ta paix intérieure, tes rêves d’enfants, ta naïveté et tant de choses inestimables ce jour-là que j’ai longtemps cru que t’emmener avec moi pour t’épargner une fin atroce dans le carnage avait été une erreur et que j’aurais dû te laisser t’envoler vers un autre monde avec les tiens. Car te voir dépérir fut le pire crève-cœur possible à mes yeux. Puis, je suis parvenu à te redonner gout à la vie et me suis juré de veiller sur toi à jamais. Je t’ai vu t’éveiller de nouveau à la beauté de l’existence malgré la douleur qui te déchirais le cœur. Tu as surpris ma véritable nature au cours d’un accident mais là où tu aurais du être terrifié et révulsé comme la plupart des mortels avant toi. Tu as souri toi ma petite princesse. Tu as juste souri avant de me serrer dans tes petits bras comme si de rien n’était. Comme si tu ne voulais jamais me lâcher. A ce moment-là quelque chose s’est passé en moi. J’avais déjà été père plusieurs siècles plus tôt et en cet instant je me suis souvenu à quel point la paternité était puissante. Je t’ai avoué ma nature et une fois de plus tu m’as surprise en me suppliant de te transformer. Dérouté et réticent j’ai d’abord refusé avant d’accepter plus en raison égoïste de t’avoir auprès de moi pour l’éternité que pour te donner les moyens d’assouvir ta vengeance. Je t’ai éduqué comme un père, ai veillé sur toi comme tel, t’ai protégé comme tel, t’ai réprimandé comme un père. Notre relation n’a pas changé en près de siècles et ne changera probablement jamais. Si nous ne nous voyons pas autant qu’avant je suis persuadé que tu sais que tu as tout mon amour, mon affection et mon attention toi ma fille pour toujours et à jamais.
Sofya
Voronova
Age :
500/600 ans
Métier : Mercenaire
Sexe : Féminin
Groupe : Vampire
Amour d'autrefoisEst-il possible pour un être techniquement mort ayant dédié sa non vie à la soif de pouvoir et de puissance de ressentir une émotion aussi surfaite et pathétique que l’amour ? Avant de te rencontrer dans cette forêt de Roumanie je n’aurais pas hésité une seconde à affirmer que non. Hélas, tu m’as prouvé le contraire et à quel point j’avais tort avec une aisance déconcertante. Une rencontre explosive à ton image je dirais. Pour la première fois depuis ma renaissance en tant qu’immortel je ressentais quelque chose de délicieusement intense dans la poitrine. Quelque chose de terriblement humain et profondément déroutant que je n’aurais pas imaginé ressentir de nouveau depuis la mort d’Asra. Nous nous sommes croisé quelques jours plus tard en Pologne cette fois à la réception somptueuse d’un comte richissime. Ta présence fut véritablement envoûtante et tu as immédiatement focaliser mon attention et mon désir. J’ai succombé à cette attirance inattendue sans réfléchir, comme si me jeter à corps perdu dans ce désir m’était nécessaire et impérieux tel un homme ne sachant pas s’il connaîtrait une telle sensation de nouveau. Cette réception fut l’occasion de faire plus ample connaissance et de s’engager mutuellement dans le jeu de la séduction. Un jeu que nous maîtrisions tous deux pour l’avoir perfectionné au cours de notre éternité. Mais qui fut pourtant d’un rafraîchissement certain. La passion a brûlée de mille feux entre nous. Nous dansions, flirtions, nous taquinions, nous embrassions, nous querellions aussi naturellement qu’un couple de longue date. Ton visage, ton corps, ton rire, ton sourire, ta personnalité toutes ces choses se sont à jamais gravés dans ma mémoire. Avec toi à mes côtés l’éternité semblait paradisiaque mais la passion est faite pour être brève. C’est ce qui la rend si intense. Je t’ai aimé, tu m’as aimé, nous nous sommes aimés et pourtant nos étreintes ont pris fin lorsque tu m’as ouvert les yeux sur nos natures respectives. Nos chemins ne se sont pas encore recroisés mais une part de moi t’appartient encore Sofya. Il m’arrive de m’assurer que tu vas bien en usant de mon réseau étendu mais cela tu ne le sais probablement pas mon aimée.
© CRIMSON DAY

Aurora
De Martel
Age : 1017 ans
Métier : //
Sexe : Féminin
Groupe : Vampire
CréatriceAurora de Martel, toi ma créatrice si particulière. Tu es comme une fleur unique dont les épines peuvent se révéler mortelles pour les imprudents et les fous qui pensent pouvoir t’approcher ou te mettre en cage mais dont les pétales sont d’une beauté sans pareille pour ceux ayant suffisamment de courage et d’expérience pour les contempler. Tu es celle qui a mis fin à ma vie pour m’en offrir une nouvelle sans commune mesure avec la précédente qui avait pourtant déjà un certain éclat. En faisant cela tu m’as sauvé la vie car je serais mort quoi qu’il en soit de mes blessures béantes si tu ne t’étais pas penché au-dessus de mon corps à l’agonie. Je ne sais pas pourquoi tu m’as transformé et ne le saurais peut être jamais. Ce qui en soit n’est pas un problème puisque tes raisons m’importent peu. Seule compte ce choix m’ayant ouvert des horizons incomparables. Je t’en serais éternellement reconnaissant. D’ailleurs, je ne t’en ai jamais voulu de m’avoir abandonné en Occitanie. Je t’ai cherché durant de longues décennies non pas pour te demander des comptes, de l’aide, une acceptation mais simplement te remercier pour ce cadeau inestimable que seuls les faibles peuvent considérer comme une malédiction. Nos chemins se sont finalement recroisés dans un contexte tout aussi critique pour moi puisque je me trouvais prisonnier dans un cachot du Strix suite à ma défaite face à Tristan. Trente-trois ans à moisir dans la pénombre en me desséchant jusqu’à la limite avant que tu ne braves la colère de ton frère en me délivrant. Cette fois encore, tu ne m’as pas donné d’explications. Je t’étais encore redevable. Je suis conscient de mon statut de privilégié car tu as tendance à ne pas te préoccuper de tes descendants et saches que je mesure l’honneur de ton affection à sa juste valeur. Une affection réciproque ma très cher Aurora. Là où les autres ne voient qu’un vampire instable, psychologiquement dérangée, dangereuse tant pour elle-même que pour les autres. Là ou Tristan voit une honte à masquer et ou Lucien ne voit qu’un trophée. Je vois une femme indépendante, déterminé et prête à tout pour ce qu’elle veut, sensible, dévouée, intelligente et follement éprise de liberté. Nous sommes liés chère créatrice pour toujours et à jamais et je te rendrais la pareille bien avant que ce monde ne prenne fin. Danser sous une averse parait irrationnel au premier abord mais lorsque c’est toi qui t’y adonnes c’est juste poétique et naturel. Voilà, comment je te perçois.
Tristan
De Martel
Age : 1017 ans
Métier : Leader du Strix
Sexe : M
Groupe : Vampire
AlliéTristan de Martel. Le frère de ma créatrice. Dans nos vies humaines de par nos origines nobles respectives nous aurions certainement été ennemis si nous avions été contemporains. Mais, nous n’avions nullement besoin de ce passé pour le devenir. Car nous sommes extrêmement comparables dans le fond. Je n’oserais pas aller jusqu’à utiliser le terme de reflets néanmoins nous ressemblons bien plus que nous nous dissemblons et c’est d’ailleurs bien pour cela que nous avons si longtemps été rivaux. Une rivalité presque naturelle entre deux immortels ambitieux, tournés vers la puissance, animés du gout du pouvoir et aux desseins de grandeur. Rivalité qui a débouchée sur une guerre fratricide au quinzième siècle. Une guerre qui nous permit de mesurer notre puissance respective. Une guerre palpitante et mémorable que j’ai fort logiquement perdu en raison de ton âge supérieur au mien ainsi que des vampires composant ton armée comparativement aux membres du Cercle. J’aime à penser que j’ai néanmoins été le seul adversaire à ta hauteur de ta longue existence. Nous nous détestons cordialement en toute courtoisie et pourtant sous la surface de rejet sans appel se cache une sorte de respect mutuel pour un cerveau comparable au sien. Une espèce de connivence implicite pour un être partageant la même vision de l’éternité. Bien sûr nous trépasserons tous deux avant de le reconnaître et pourtant c’est une réalité. Pour preuve suite à mon évasion et à la rébellion de mon organisation tu n’as repris les hostilités et la guerre a pris fin pour ne jamais recommencer. Désormais, les choses ont changé de manière radicale en raison de la situation critique de la Nouvelle Orléans. Nous avons enterré la hache de guerre, pris le temps de débattre en gentlemen que nous sommes et décidé d’allier nos deux organisations dans un but commun. Un but infiniment plus noble que celui du pouvoir pour le pouvoir de certains de nos semblables. Le retour de la domination vampirique de la ville. Quand les rivaux d’hier cessent de se battre entre eux pour s’adonner à la coopération des alliés c’est bien que les choses sont graves.
© CRIMSON DAY
Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
© CRIMSON DAY

_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   


Dernière édition par Arès K. Coleman le Mer 31 Mai - 3:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 2:03

Sometimes, things are just so complicated. Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
© CRIMSON DAY

_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   


Dernière édition par Arès K. Coleman le Mer 31 Mai - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 2:04

Or against us. Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
© CRIMSON DAY

_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   


Dernière édition par Arès K. Coleman le Mer 31 Mai - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 2:04

Full color pin-up to film legend to murder. Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
Prénom
Nom
Age : ... ans
Métier : ...
Sexe : ...
Groupe : ...
Intitulé du lien.Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vivamus sit amet risus ac nulla auctor laoreet vel ut nibh. Ut nec leo fermentum, ullamcorper odio eget, consequat nibh. Mauris elementum tristique libero, sed luctus turpis facilisis ac. Sed facilisis nisl sit amet lacinia vehicula. Praesent condimentum volutpat lobortis. Morbi quis tincidunt lorem, in tincidunt lacus. Nullam lobortis auctor adipiscing. Curabitur vitae porttitor justo. Morbi eu dolor eros. Integer ut urna bibendum, condimentum justo vitae, dignissim neque. Pellentesque consequat urna sed quam pretium hendrerit. Pellentesque dui nibh, tincidunt et cursus sed, gravida quis lorem. Quisque semper nibh quis quam egestas, non.
© CRIMSON DAY

_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 22
▬ Points : 12
▬ Date d'inscription : 20/05/2017
▬ Localisation : Nouvelle Orléans, l’âme de la Louisiane
▬ Emploi/loisirs : Leader du Cercle / Hédoniste à temps plein / Entrepreneur / Père absent mais aimant
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   Mer 31 Mai - 3:10

C'est à vous ! (Et bonne nuit) Razz

_________________

           

   
« We are the circle »
© .bizzle
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arès Kye Coleman - From Grenada to New Orleans Eternity is ours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Un échec » [Featuring Arès Kye Coleman]
» {{PHILIPPE D'ORLEANS [RECONSTRUCTION]
» Serpo Coleman [avatar à changer]
» slack sur orleans [Ajouté]
» Arès, Dieu de la Guerre et de la Destruction [ok]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: Welcome among us :: Let's Talk :: Liens-