Les Top

Leatherland
Blazing Star
Fearwood
Chicago Dreams



 

Bienvenue sur le forum ♥

Merci de privilégier les personnages masculins.
Nous manquons de membres du brotherhood et de vampires engendrés par Rebekah.

Partagez | .
 

 “La science - toute science - est sans conscience ni limites.” - Damon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: “La science - toute science - est sans conscience ni limites.” - Damon   Jeu 4 Mai - 13:42

Le sacrifice du corps pour la paix de l'âme. C'est ça, la science.



Peut-on réellement prendre un soir où une journée de congés dans un rôle que l’on a depuis sa naissance ? Dans une haine viscérale ? Dans une rancœur qui, une fois en place, s’infiltre dans tous les pores de la peau, ne permettant pas la paix de l’âme ? Peut-on, ne serait-ce qu’à un moment, avoir la paix de l’âme quand les mains sont pleines de sang ? Si tant est que l’on peut trouver l’excuse que les personnes l’ont cherchés, qu’elles n’étaient pas innocente, peut-on, tout de même, retirer la culpabilité naissantes d’en avoir trop fait ?
Je tournais entre mes mains le carton d’invitation, assise à mon bureau, songeant à cette soirée un peu spéciale. L’obligation d’y aller pour promouvoir cette agence d’édition. Oui, parce que de toute évidence, une femme qui arrive depuis peu dans une telle ville doit se présenter, doit donner une bonne image d’elle, de l’agence, trouver de nouveaux contrats, des contacts, aussi. Ces cérémonies inutiles où les plus riches se pavanent et regarde les travailleurs de haut. Des salles entières d’œuvres d’art, certaines ouvertes aux publiques, d’autres à l’accès interdit de peur de quoi, que quelqu’un n’éternue et ne détruise le travail des artistes ? Ces salles sombres remplit de trésor qui ne verront peut-être jamais la lumière.
Les deux facettes de ce que je suis, ne peuvent se dissocier. Personne ne prend de réels congés. Pourtant, ne peut-on pas éloigner l’une partie de l’autre, pour une pause, un repos de l’esprit bien mérité ? S’éloigner au mieux de la chasseuse que je suis pour redevenir, le temps d’une soirée, une working-girl, fière de ce qu’elle est, ce qu’elle a accompli ?
Pour ça, choisir la tenue la plus éloignée au possible, la plus féminine, la plus différente pour rentrer dans un autre personnage. Optons pour cette jolie robe noire ! La robe noire, un incontournable d’un dressing féminin, non ? Qu’elle soit originale, optant même vers le sexy, oui, pourquoi pas après tout. Ca ne sera qu’un rôle comme un autre. Une mission d’infiltration, comme une autre. Je ne me rappelle plus où j’ai acheté ce morceau de tissu tellement éloigné de la personne que je suis en général. D’un bas qui arrive juste au dessus du genou qui se ferme par une longue fermeture sur le devant, d’un haut qui ressemble plus à quelques morceaux de tissus associés entre eux où l’on voit ma peau, cachant bien évidemment la plaie dans mon dos, charmant cadeau de ce monstrueux chasseur humain vorace et idiot qu’est Xander. L’avantage d’un bas fluide et de cette longueur, c’est que ce couteau qui ne me quitte jamais, ne me quitte réellement jamais. Exit le pieu, je n’ai aucun endroit pour le ranger, mais le couteau, finement attaché à ma cuisse peut toujours servir, être d’une grande aide lorsqu’on s’amuse.
Soit, cette tenue était loin de convenir au standing des robes de soirées classiques de cette mascarade. Est- ma faute si ça n’était pas marqué clairement « Ne montrez pas votre chair, ça fait mauvais genre » ? Après tout, ça n’est pas parce que la peau de mon ventre se voit, que je fais mauvais genre. Il fallait me faire remarquer, c’est ce que je faisais, non ? Je serrais des mains, un verre de champagne dans l’une, les mains poisseuses et couvertes de bijoux des autres dans l’autre. La musique, somme toute classique qui résonnait avait été choisie pour assommer les présents, non ?
Après un blabla incessant avec certains, mes cartes de visites étaient échangés contre celles que je me ferais un plaisir de donner à mon patron, pour qu’elle les rappelle. D’ailleurs, pourquoi ça n’était pas à elle de faire ce travail ? J’aurais tellement pu me promener ailleurs, qu’ici, perchait sur mes escarpins.
Mon téléphone se mit à sonner, m’obligeant à prendre du recul face à cette soirée. Autant dire que certaines choses ne doivent pas être entendues par des oreilles avisées, même chuchotée.
- Verveine…Veine de vénus, c’est du pareil au même… Je t’envoie l’adresse, tu dis que tu viens de ma part, il est plutôt conciliant, je suis une bonne cliente. Il va de soit que mon stock, reste mon stock et que tu dois te faire le tien. Aconit. A haute dose ça les assomme et tu pourras t’amuser. N’oublies pas, pas pour le plaisir, juste par nécessité.
Donner des conseils à un nouveau, me transformant par la même guide Brotherhood. Non, pas de congés. Jamais. Je rangeais le téléphone dans ma pochette avant de reprendre mon petit tour de salle, mon œil admiratif pour chacune des œuvres présentes, retraçant l’histoire de l’Amérique, du Sud particulièrement. Des peintures en passant par les gravures, mon regard fut tout de suite attiré par les livres, entreposés sous verre, avec impossibilité de les toucher. Un sourire admiratif fut attiré par un livre en particulier. Une édition rare d  « Autant en emporte le vent » et pas des plus anodines, pour être le manuscrit de ce livre.
- Étonnant… Je ne pensais pas que cet ouvrage, sous cette forme, existait encore… C’est incroyable ! La rencontre d’un brun ténébreux à la réputation plus que troublante… Dans un temps où la guerre fait rage… Ce brun laissé de côté par une femme avide de pouvoir et désespérée, consumée par l’amour pour un autre. Qui finalement n’existe plus et se retrouve a aimer un homme qui ne veut plus d’elle. J’ai beaucoup aimé lire ce livre… Même si finalement, c’est le meilleur ouvrage pour montrer que les sentiments ne sont pas toujours à prendre en compte.
Je me redresse pour tomber face à face à un homme, brun et ténébreux, un  Rhett des temps modernes sans doute. Un léger sourire sur les lèvres, après tout, je suis là pour un rôle, autant continuer.
- L’avez-vous lu, vous aussi ? Qu’avez-vous pensé de la complexité des personnages ? A cette époque, c’était tout neuf, tout frais, pas comme maintenant où tout n’est qu’un copier-coller de légendes alambiqués. Prenez cette ville, les légendes continuent de faire parler de la Nouvelle-Orléans à travers le monde entier.
Je reposais mon verre vide sur le plateau d’un des serveurs avant de prendre deux coupes de champagnes, tendant l’une à cet acolyte d’une soirée, un sourire un peu plus poussés traversa mes lèvres rougies par le rouge à lèvre. D’un revers de main, d’ongles plutôt, j’effleurais la peau de son poignet, un sourire carnassier sur les lèvres quand sa peau entra en réaction direct avec la verveine de mon vernis. Ce qui aurait pu être perçu comme une caresse sensuelle, joueuse peut-être, n'était qu'une simple question à demi-mot.
- Je vois… C’est inouï les stratagèmes que l’on doit mettre en place à présent. J’ose espérer que ce soir, vous ne tenterez rien contre personne, je n’ai pas la tenue adaptée pour travailler.
Étrangement et ce, pour la première fois, je n’étais pas des plus agaçante, irritante, froide, sarcastique où même dangereuse. Non, ce soir, je devais prendre congés, alors, je ferais tout pour ne pas travailler. Quand on joue un rôle, on ne fait pas dans la demi-mesure.




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

“La science - toute science - est sans conscience ni limites.” - Damon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La connerie humaine est sans limite !!!...
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: Welcome to the Big Easy :: Algiers :: Galerie d'art-