Les Top

Leatherland
Blazing Star
Fearwood
Chicago Dreams



 

Bienvenue sur le forum ♥

Merci de privilégier les personnages masculins.
Nous manquons de membres du brotherhood et de vampires engendrés par Rebekah.

Partagez | .
 

 Keep calm &...No way ! -Raph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Keep calm &...No way ! -Raph   Jeu 27 Avr - 22:27

Keep calm &...No way !



Une petite semaine à passer dans cet appartement loué par  ma boite à regarder ce petit chat, récemment adopté s’habituer à moi et moi, m’habituer à lui. Un p’tit mal très câlin, qui met un peu de chaleur dans la vie que je mène. Il aime particulièrement rester sur mon sac de « survie », peut-être que je réussirais à l’apprivoiser, à l’entrainer et à en faire un chat de combat ! Ca serait pratique, ça a l’allure mignonne et si c’est griffes sont trempés dans la verveine, ça peut faire mal ! Bon, à le voir dormir sur mon oreiller ou mon sac, je me dis que ça ne sera vraiment pas pour demain.
Après une longue semaine de travaille, l’envie de se reposer est aussi présente que l’envie de se vider la tête. « L’alcool n’est jamais la solution » disait sans cesse ma mère, non, mais qu’est-ce que ça peut faire du bien !
Le bruit assourdissant, la musique trop forte, l’odeur atroce d’alcool mêlée à la transpiration, j’admets ça n’est pas le meilleur des programmes, mais ça permet de mettre son cerveau en pause. Enfin, pour des humains lambda, pour les gens comme moi, les aguerris ou les débutants, c’est pile ce genre de soirée où le sang coule autant à flot que l’alcool.
Courte jupe noire, simili cuir, chemisier blanc, une queue de cheval et cette fois, c’est la voiture que je pris et je déambulais dans les rues à la recherche de ce petit quelque chose de différent entre les boites pour m’y intéresser. L’un attira ma curiosité, me rappelant à quel point le deuil et l’oublie sont des choses incompatibles. Archangel. L’ange Gabriel comme ma mère l’appelait. Etrangement, alors que j’aurais dû fuir, trouver un endroit moins douloureux, moins significatif, c’est sur celui-ci que je jetais mon dévolu.
Il est plus facile de rentrer et de se fondre dans la masse en sachant s’habiller un minimum. Directement le bar pour prendre une bière, même si, sans hésiter, les bières françaises et belges sont bien meilleures que les américaines. Je regarde autour de moi, appréciant sincèrement l’ambiance qu’il règle ici, la décoration, la musique, plus à mon gout que de le tapage que représente l’électro et la musique actuelle bien trop commerciale à mon gout.
Un homme, en haut, surplombe le tout de son œil avisé. Je le décrypte, il va de soit que ça doit être le propriétaire. Un sourire se dessine sur mon lèvre, l’arrogance même du regard me donne un indice sur ce qu’il représente. Un humain normal ne dégage pas ce petit quelque chose. Ok, dans une ville comme la nouvelle Orléans peut-être que je deviens un peu parano, mais étrangement, je suis sûre de moi.
Mon regard se pose à nouveau sur la salle, sur ces couples un peu trop amoureux, excités où simplement alcoolisé. Ca n’est pas une chose qui me manque, car ce qu’on ne connait pas, ne nous manque pas, mais parfois j’envie la tendresse des gens normaux qui n’ont pas du subir des entrainements comme les miens. Alors que je me commande un bourbon, plus appréciable que la bière, mon regard se pose sur ma chevalière frappé d’un « BH ». Un cadeau de mes parents pour mes quinze ans, me rappelant ainsi d’où je venais et ce que je ferais de ma vie. Subtil…
Jouant avec mon verre, la tête commençant à se vider, mon regard se pose sur un couple et je trouve l’insistance de l’homme sur le cou de la demoiselle, un peu trop suspecte. Personne ne semble le voir et pourtant, moi, je les vois. Ma main se porte à mon ventre, la blessure de la semaine passée encore douloureuse et qui me rappelle que les vampires ne sont définitivement pas des amis.
Après des gestes pour l’amener dans le noir, je vois partir la jeune femme, foulard autour de cou. Je me redresse, les poils hérissés et le regard noir. Je finis mon verre, d’une gorgée avant de payer et de suivre l’homme qui s’éloigne, la main sur mon arme fétiche, accroché à ma cuisse.
Je bouscule certaines personnes, je m’en moque. Mon esprit n’est basé que sur cette chevelure blonde qui s’éloigne. Je ne laisserais pas s’échapper, je ne le laisser pas partir. Ce soir, un vampire va mourir.
Il passe par ce que je devine être la porte de derrière, je le suis de quelques secondes et visiblement, il n’est pas étonné de me voir arrivé. Il m’attend, il me fait face, une goute de sang perlant sur ses lèvres.
- Vous êtes vraiment des vermines.
Il rit, il ose rire en face de moi, sans doute me prenant pour ces piètres chasseurs où sauveurs de la cause humaine. C’est bien plus fort, plus ancré chez moi.
Je sors mon couteau l’envoyant directement sur lui. Il esquive, arrive rapidement sur moi, mais ma rapidité équivaut à la sienne, peut-être moins forte, mais présente. Je reprends le couteau, trempé de verveine et lui plante dans le dos.
- Fais attention à tes arrières, vampire.
Il hurle. Je souris.  Je le vois gigoté pour se retirer mon couteau, mais c’est défile pour lui et s’en ai jubilatoire pour moi.
De ma veste, je sors un petit pieu, mais un pieu quand même, que je m’apprête à lui entrer dans le cœur. Pourtant, ça n’est jamais simple, n’est-ce pas ?




lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 97
▬ Points : 336
▬ Date d'inscription : 19/04/2017
▬ Localisation : Somewhere near, love...
▬ Emploi/loisirs : Patron et propriétaire d'une boîte de nuit, ancien capitaine pirate, ancien courtisan, ancien acteur et ancien fils de noble.

Feuille de personnage
Petit + :
Créateur de votre lignée : Rebekah Mikealson
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Dim 30 Avr - 13:09



L’ennui. Voilà le pire ennemi des immortels, l’ennui. L’inaction, c’était supportable. Rester dans un lit avec un livre ou un bon film, c’était même parfois nécessaire. Mais ne rien avoir envie de faire et s’ennuyer quand même, c’était terrible. Souvent les Vampires voulant profiter de leur immortalité faisaient l’erreur d’explorer toutes les facettes de l’amusement dans leurs deux premiers siècles d’existence et ne laissaient plus rien pour les suivants. C’était différent pour Raphaël : il n’avait pas brûlé la chandelle par les deux bouts, mais quand Gabriel avait été tué, le monde avait perdu ses couleurs et ses saveurs. Alors il s’ennuyait. Il passait de longues heures dans son club à regarder les gens danser dans l’insouciance et l’ivresse.

Ce soir-là, il avait hypnotisé un jeune homme pour lui tenir compagnie et boire son sang quand l’envie lui en prenait. Il avait passé le début de la soirée à le peloter et l’embrasser sans vraiment y prêter attention. Le jeune homme ressemblait beaucoup à Gabriel, mais il n’avait pas la même saveur, il ne pourrait jamais le remplacer. Raphaël savait que l’illusion ne pouvait pas durer et qu’elle disparaîtrait à l’aube. Son invité survivrait-il à ce retour à la réalité ? Il verrait bien.

À présent, il était appuyé contre la balustrade de son estrade et regardait ses clients, comme un berger veillant sur son troupeau. Son regard se posa sur une jeune femme qui semblait ne pas soumise à l’hypnose auquel il soumettait ses clients pour être tranquille. Il faudrait qu’il l’observe pour être sûr que ses clients soient en sécurité.

Cela ne tarda pas à devenir intéressant. Un jeune Vampire habitué de son club emmena la fille à qui il buvait le sang dans la rue derrière le club. La jeune femme partit pour les suivre. Raphaël grogna, alla boire un peu de sang de son invité et suivit le Vampire et la chasseresse.

Il arriva juste à temps pour empêcher la jeune femme de tuer le Vampire. Il envoya la chasseresse valdinguer contre un mur et ordonna au jeune immortel de partir.


« - Quelle impolitesse, mademoiselle… je ne peux pas permettre que mes habitués soient tués… »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Mar 2 Mai - 11:23

Keep calm &...No way !



La satisfaction d’avoir une vie entre ses mains, une vie d’être presque immortel, d’un être si infecte que le tuer ne compte pas. Aucun regret, aucun remord, la vie humaine est plus importante, qu’elle soit éphémère la rend belle, alors tenir entre ses mains l’arme qui peut détruire une vie pour en sauver cent autres…Ca serait presque jouissif.
Le vampire hurle, il se débat, je souris. Debout devant lui, je le regarde se contorsionné pour retirer mon couteau de son dos. Mes poils s’hérissent, mais pas de colère, ni de rage, mais d’impatience d’y planter le pieu qui loge dans mes mains. Peut-être devrais-je faire une retraite auprès de la tombe de l’un de mes deux parents, bien trop éloignés l’une de l’autre, d’ailleurs, pour me recentrer. Je ne devrais pas aimer tuer, ils me l’ont toujours dit. A ma connaissance, ils n’avaient pas perdu de parents des crocs acérés d’un vampire. Je suppose qu’ils pourraient me comprendre dans ce cas, non ?
Je m’agenouillais, le pieu levé et avant qu’il ne s’abatte dans la chair moisies du vampire, quelque chose attrapa mon épaule et violemment je fis la rencontre du mur un peu plus loin. Mon dos claqua et je serrais les dents pour ne pas montrer ma douleur. Je fermais les yeux une seconde, me concentrant avant que je ne les relève et que je ne me retrouve plus que seule avec un vampire qui n’était pas ma proie. Mon couteau trainait à terre et je sifflais entre mes dents. Note à moi-même : Imbibé la garde de verveine, ça rendrait les choses plus faciles !
Je plantais mon regard animé de rage vers celui que j’avais déjà pu remarquer plus tôt à l’intérieur. Ses habitués ? Oui, le patron de cet endroit.
Je me relevais, cachant la douleur qui me prenait dans le dos, avant de m’approcher du vampire, lui adressant un coup dans l’épaule avec la mienne avant de m’abaisser pour reprendre mon couteau, l’avant la lame maculée de sang.
- Quelle impolitesse de ne pas me laisser finir mon travail.
Je reculais de quelques pas, mettant une certaine distance avant que je ne plante mon regard dans le sien, mon couteau toujours à la main. Je regardais autour de moi, avant de remarquer le pieu qui trainait à quelques mètres de là où j’avais fait amis-amis avec le mur.
- Je pensais qu’avec le nom de cet endroit, je ne tomberais pas sur des vermines. Ne pas se fier aux apparences.
Je resserrais ma main sur la garde du couteau, nerveuse. Devrais-je dire que cet homme, du moins, ce que je pensais être un vampire, me faisait froid dans le dos ? Il avait un petit quelque chose dans le regard qui me rajoutait une pression supplémentaire, mais rien ne pourrait me faire peur. Quand on n’a plus rien à perdre, on a peur de rien.
- Et je suppose que Monsieur trouve ça normal que ses…habitués, se servent aisément à la source pour se rafraichir ? Il n’y a qu’une chose à faire dans ce cas, faire sortir les humains, fermés les portes et vous faire mourir par le feu. Vous ne méritez rien d’autres, vous, les déchets de la nature.
L’un de mes pieds glissait en arrière, prête à attaquer. Mon serment ? Il venait de sauver la vie d’un vampire, autorisé la prise de sang à la source, il n’en fallait pas plus pour moi pour qu’il soit un danger pour la vie. Autant dire qu’à la fin de la soirée, je l’aurais tué.
- Je n’apprécie pas que l’on me dérange pendant que je travail, alors soyez un mignon petit vampire, retournez à l’intérieur et allez mourir avec les vôtres, avec vos congénères. Je tenterais de faire ça…Lentement, ne nous inquiétez pas, vous aurez le temps de voir la mort arrivé, une seconde fois et de vous rappelez chacun de vos...péchés.
J’oscillais un regard sur la lumière que faisait l’enseigne, un sourire satisfait sur les lèvres. Ne fallait-il pas avoir la foie où en manquer cruellement pour qu’un vampire appelle cet endroit par la sorte ? Une blague face à la vie. Imaginez un troupeau de vampire dans les flammes, il faut dire que ça a quelques choses de réellement intéressant. Fermer la boucle et revenir à une vie normale après avoir tué un bon nombre de monstre assoiffés de sang, ça n’est donc pas pour que j’existe ? Nerveuse, de ma main libre, mes doigts joués à nouveau avec ma chevalière, frappé de « BH ». Si, c’est pour ça que je vie.



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 97
▬ Points : 336
▬ Date d'inscription : 19/04/2017
▬ Localisation : Somewhere near, love...
▬ Emploi/loisirs : Patron et propriétaire d'une boîte de nuit, ancien capitaine pirate, ancien courtisan, ancien acteur et ancien fils de noble.

Feuille de personnage
Petit + :
Créateur de votre lignée : Rebekah Mikealson
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Jeu 4 Mai - 0:08



Raphaël écouta la jeune femme avec un visage neutre, quoi que son ton l’agaçait profondément. C’était une des raisons pour lesquelles il détestait les chasseurs : ils se croyaient supérieurs et justifiaient leurs meurtres par le fait qu’ils protégeaient l’humanité des monstres que les créatures surnaturelles étaient. Ils étaient toujours tellement plein de ces certitudes propres aux fanatiques que Raphaël tenait en haine depuis son adolescence. Il avait très souvent souffert du fanatisme, religieux ou non, des humains et des chasseurs.

« - Veillez à surveiller votre langage, jeune fille. Nous ne sommes pas plus des vermines que les humains. »

Il gardait toujours un œil sur le couteau et le pieu, mais ne fit aucun geste pour essayer de les récupérer. Il n’avait pas peur de mourir et ne voulait pas que cela dégénère  en bain de sang. Peut-être pouvait-il convaincre la jeune femme de le laisser en paix ? De quitter le club sans verser plus de sang ? Il en doutait, mais il pouvait toujours essayer. Le Vampire que la chasseresse avait voulu tuer n’était vampire que depuis une année ou deux et était la seule et unique famille restante  d’une vieille grand-mère aveugle incapable de se débrouiller toute seule.

« - S’il avait eu l’intention de tuer cette jeune femme, je vous aurais très certainement laissé faire. Ce n’est pas le cas. Il voulait simplement se retrouver avec elle dans un endroit plus discret pour continuer à se donner l’un à l’autre. Ce n’est pas la première fois que ces deux venaient dans mon bar. Et puis, si vous aviez tué cet homme, une pauvre vieille dame se serait retrouvée toute seule… je n’ai aucun amour pour les humains, mais de savoir une ancienne, aveugle qui plus est, se retrouver sans une âme à qui parler me paraissait totalement insupportable… après, chacun sa sensibilité et son humanité… »

Il regarda la jeune femme et se mit à marcher dans la ruelle sans jamais tourner le dos. Il n’était pas encore complètement suicidaire. La musique du « Archangel » s’entendait à travers les murs et lui donnait presque envie de danser.

« - Enfermer tous les Vampires dans le club et y mettre le feu ? Peu probable, car mon club est tout à fait aux normes anti- incendie. Et puis, nous avons tous des portables pour appeler les pompiers et j’ai une panic room assez grande pour contenir ma clientèle habituelle… votre plan ne me semble pas très réfléchi… ce ne sera pas aussi facile que de rassembler les femmes, les enfants et les vieillards d’un village, de les enfermer dans une église et d’y mettre le feu. Quel genre de monstres ont fait cela d’après vous ? Des Vampires ? Des Lycans ? Des Sorciers ? Ah non, au temps pour moi, c’était des humains… des humains parfaitement respectables et parfaitement naturels, n’est-ce pas ?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Jeu 4 Mai - 21:52

Keep calm &...No way !



La suffisance vampirique est quelque chose qui est agaçant au plus profond. Ce sentiment de se sentir le plus fort de par son immortalité. Chaque capacité spéciale qui fond d’eux, des dieux. Des dieux… Une immortalité qui reste, somme toute, fragile. Une facilité déconcertante pour la leur ôté, eux, qui se nourrissent de sang humains, laissant trainés des cadavres, comme on jette des miettes de pain. Devons-nous leur pardonner ? Les accepter ? Eux qui ne respectent pas la race humaine, leur ancienne race ? Ont-ils oubliés d’où ils viennent ? Qu’ils étaient faibles, eux aussi ? Pourquoi alors, cette facilité à tuer ? Qu’ils soient jeunes ou non. Anciens ou pas. Pourquoi ne voir en nous que des bouts de viandes ?
- Jeune fille ? Supposerais-je que votre ancienneté vous oblige à vous asseoir sur une chaise percée ? Vous êtes pires que les humains. Et votre arrogance vous fait taire ce petit détail.
Le couteau à la main, je le regardais, presque amusée par ses propos. Que tentait-il de me faire comprendre ? Que, lui, ce vampire, ne laisserait pas de mort dans son bar alors que les humains servaient de cave à vin ? Il n’y a que les vampires pour croire de telles inepties, du moins, les vampires qui tentent de mentir. Après tout, il y reste les monstres qui tuent sans se cacher. Maintenant, il tentait, sincèrement, de toucher une corde sensible ? Pensait-il que de savoir qu’un vampire se joue d’une vieille femme serait le point déclencheur d’une paix ? Laissez-moi rire.
- Vous parlez de sensibilité et d’humanité, mais vous n’avez plus, ni l’un, ni l’autre. Surtout pas vous, à autorisez que les humains servent aisément de dégustation. Vous pensez sincèrement à cette femme ? Et ceux qui servent de repas, dans cet endroit miteux, vous n’y pensez pas ? Ne me faites pas de leçon de moral. Vous êtes très mal placés pour en faire !
Mon couteau me démangeait de plus en plus en l’entendant me parler, non, tenter de me sermonner. Et puis, qui venait à me dire que ses paroles étaient vraies ? Et si c’était réel, cette dame ne sera pas seule. Des administrations existent, alors pourquoi tenter de…A dire vrai, je ne comprenais pas ce qu’il tentait de me dire. Je restais droite, stoïque face à celui que je considérais comme un ennemi. Ses cents pas m’exaspéraient. Ne pouvions pas en finir rapidement ? A nouveau, sa voix brisa le demi-silence installé. Je préférais garder pour moi mes pensées, ne voulant pas être celle qui déclencherait les hostilités.
Je me retenais de lui rire au nez quand il me parla des normes de son club. Des portables, des panic-room ? Sérieusement ? On était loin de la légende vampirique. Se faire passer pour un humain en les exécrant ? N’est-ce pas là, le comble de l’hypocrisie ?
- Les humains font des erreurs. D’abominables erreurs. C’est là la beauté de l’humanité. Vous, vous êtes des monstres qui s’acharnaient encore et toujours depuis des siècles sur ce que vous considérez comme de la viande. Oh et ne me parlez pas de notre nourriture, un bœuf peut nourrir plusieurs familles, mais vous, vous prenez un humain juste par plaisir, juste pour passer le temps !
J’approchais de lui, les yeux plus énervés que jamais. Oh si seulement je pouvais planter un pieu dans son cœur et arrêter le déballage d’inepties que j’entendais.
- Vous n’êtes pas capable de ressentir des émotions, vous êtes des êtres avares de sang et c’est tout ce que vous êtes. Vous êtes plus vermines que les plus minables humains possibles. Je vous vois déjà venir avec la raclure humaine, mais c’est aux humains de s’en occuper ! Vous, vous choisissez en fonction de votre désir, vous détruisez des vies par plaisir ! Combien de famille avez-vous détruire par ennuis ? Et vous parlez d’humanité ? Vous ne savez rien ! Vous êtes un misérable insecte et la seule chose qu’il faudrait pour vous, c’est la mort. La vraie !
Je m’approchais, le cœur battant à tout rompre. Je n’avais pas peur, à quoi bon avoir peur ?
- Combien de personnes rêvent de tuer les originels juste pour être débarrassez de vous ? De tous, vous êtes les pires. Incapable d’aimer, de ressentir, d’apprécier n’importe quoi ! Vous agissez sur terre comme si elle était votre en vous moquant des autres.
Je relevais ma lame, un léger rictus sur les lèvres. Je n’avais pas habitude de parler à l’une des personnes que je haïssais le plus. Et plus je passais du temps en sa compagnie, plus mon envie de vengeance ne faisait que s’agrandir, accroitre. Et si je le tuais, ici, qui saurais que je n’ai pas respecté mon serment ?




lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 97
▬ Points : 336
▬ Date d'inscription : 19/04/2017
▬ Localisation : Somewhere near, love...
▬ Emploi/loisirs : Patron et propriétaire d'une boîte de nuit, ancien capitaine pirate, ancien courtisan, ancien acteur et ancien fils de noble.

Feuille de personnage
Petit + :
Créateur de votre lignée : Rebekah Mikealson
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Lun 8 Mai - 23:43



Têtue, la gamine. Voire butée, d’ailleurs. On sentait bien l’endoctrinement des chasseurs chez la jeune femme. Raphaël n’aurait su dire si c’était son insinuation sur les émotions des Vampires ou sa mauvaise foi sur les Humains. Et puis, les mortels qui venaient dans son établissement étaient des locaux pour la plupart et s’il y avait une règle que l’ancien pirate suivait à la lettre, c’était que dans son club, aucun habitant humain de la Nouvelle-Orléans. La jeune femme au cou de laquelle avait bu le jeune Vampire de tantôt était une touriste et était amoureuse du petit.

« - J’apprécie l’ironie d’être taxé d’arrogance par un humaine. Il n’y a pas de race plus arrogante que les humains. J’avoue volontiers que nous gardons cela quand nous devenons Vampires, mais cela ne vient pas avec les émotions multipliées par dix… »

Il tendait l’oreille pour être sûr que rien ne dérapait dans l’Archangel. Sans leur berger, les moutons pouvaient s’égarer et créer de gros problèmes. Il ne voulait pas devoir donner raison à cette agaçante petite chasseresse. La discussion commençait véritablement à le lasser et il écouta à peine le reste de la tirade. Qu’elle crache son venin si ça pouvait lui faire du bien, Raphaël était au-dessus de ça. Il se mit à caresser les pierres de son club avec une certaine tendresse. Depuis qu’il ne pouvait plus voguer sur son navire, il avait cherché un moyen de retrouver cet espace de liberté qu’il avait quitté en quittant l’océan. Bien sûr, il n’avait pas le même lien avec le bâtiment de brique et de ciment qu’avec celui de bois et de voiles. Le bois du navire avait tellement eu de son sang imprégné en lui que le capitaine aimait à dire que le bateau était presque un membre de sa famille.

Soudain, une phrase de la jeune femme le fit sortir de ses gonds pour de bon. Il lui fonça dessus en vitesse vampirique, lui bloquant les deux mains au-dessus de la tête contre un mur par les poignets.


« - Comment osez-vous parler d’amour ? Vous n’avez pas la moindre idée de ce que c’est ! Vous n’en aurez jamais aucune idée ! J’ai aimé un homme plus longtemps que vous ne pourrez jamais l’imaginer ! Il m’a rendu plus rendu que vous ne pourriez même jamais oser rêver, pauvre petite chose seule et inutile ! Vous m’entendez, pauvre petit papillon ? Jamais vous ne connaîtrez l’amour véritable ! Celui pour lequel on est prêt à renoncer à tout ! Celui qui se suffit à lui-même ! Celui qui est si fort que quand un misérable humain sans cœur et plus cruel que le pire des Immortels nous le prend, la mort semble douce ! Mon amour n’avait jamais touché un cheveu sur la tête du moindre humain, il était généreux, doux, vertueux comme aucun chasseur ne le sera jamais. Et pourtant un chasseur me l’a enlevé. Alors ne parlez pas d’amour, petite fille ! Personne ne vous en donnera autant que m’en a donné mon Gabriel ! »

Des larmes coulaient sur ses joues et il serra les poignets de la chasseresse au point d’entendre quelques craquements.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Mar 9 Mai - 21:32

Keep calm &...No way !



Pas de race plus arrogante que les humains ? Eux qui ne font que se battre que pour survivre, tenter de trouver un certain équilibre dans une vie, souvent, trop compliqué ? Comment peut-on être, nous les humains, plus arrogant qu’un vampire qui a les émotions multipliés par dix, comment il venait de le dire ? Venait-il de comprendre que ses propos étaient stupides ? Et puis, quelle hypocrisie venant d’un déchet comme lui. Les vampires, ses êtres abominables qui se servent cordialement des humains, à tout de champ, sans aucune raison valable et c’est nous qui sommes arrogant ? Le monde tourne à l’envers !
- Et la connerie, aussi, est multipliée par dix !
Soit, la vulgarité n’est pas mon genre, mais les nerfs à vif, le cœur battant si rapidement, l’envie de crier, de hurler, de le frapper, la perte de ma proie, au fond de moi, ça rage, ça bouillonne. Ce code d’honneur, propre aux BrotherHood m’empêche d’aller vers lui, de le tuer, de détruire sa vie, son empire, son paradis…ou son enfer. Depuis quand accordais-je un sursis ? Lui aussi, il était un danger, lui aussi il était une menace ! C’est lui qui permettait le danger des humains ! Lui qui était la cause de tout ceci.
Il ne pipait mots sur chaque de mes tirades et le manque de respect évident me dérangeait au plus au point. Et l’arrogance, était-elle encore pour moi ici ? Il ne prêtait aucune attention à mes dires, comme si je n’existais pas, comme si je ne servais à rien. Et puis…C’est le drame, comme on dit. A peine eu-je finis de parler que je me retrouvais, violemment plaqué contre le mur, les poignets au dessus de ma tête, sans pouvoir les bouger. Il est évident que s’il venait de se nourrir, ça compliqué les choses pour moi. Je tentais de me défaire de son étau, mais rien n’y pouvait. Mon cœur s’accéléra, je n’avais pas peur, mais j’étais intriguée par la suite des événements.
Je grimaçais en le regardant, frustrée de ne pouvoir bouger, d’être obligée de l’écouter. Ca me rappelait ma condition d’humaine et pourtant, si je ne suis pas frêle, ici, on dirait que je suis plus la princesse en détresse que mon père refusait que je sois.
J’avais visiblement touché la corde sensible, sans réellement comprendre la véracité de ses paroles, du moins, dans un premier temps. Je devais admettre que si l’amour m’était inconnu, je connaissais l’amour d’une famille et ça, on ne me l’enlèverait jamais. C’était donc ça, le souci de sa vie ? Une déception amoureuse ? J’arquais un rictus sur mes lèvres, me moquant allégrement de ses dires. Et pourtant, certains de ses mots, intérieurement était une claque bien méritée. « Petite chose seule et inutile »… Seule… Mieux vaut être seule que mal accompagné… Je me répétais cette phrase, en boucle, sans cesse, dans l’espoir qu’elle atténue la douleur, mais six ans après, le constat reste identique. Petit papillon ? Sérieusement ? C’était pour le côté éphémère et fragile ? Je pouffais de rire et pourtant, la pression sur mes poignets s’accentuait, mais je me refusais de lui montrer la douleur, de lui montrer qu’il avait gagné.
Pourtant, mon regard changea quand, enfin, ça devint intéressant. Ca n’était pas moi qu’il détestait, c’était les chasseurs. Lui aussi il avait connu la perte brutale d’un être aimé. Pourquoi étais-je si chamboulée ? Pourquoi est-ce que ça me touchait, alors que moi, j’avais déjà tué des vampires ? Ainsi, pour lui, cet homme qu’il avait perdu n’avait touché aucun humain ? Comment était-ce possible ? Une hérésie ! Un mensonge !
Et le couperet tombe. Mon visage se fige, mon cœur loupe quelques battements, mon regard se pose dans le vide à l’énonce d’une seule et unique chose. Un mot qui détruit les barrières que je me suis fixée, qui détruit l’aplomb que j’ai en face de lui.
Un prénom…
Mes yeux se baissent, ma bouche s’entrouvre et mes lèvres se mettent à murmurer une chose qui fait, ralentir mon cœur.
- Saint Gabriel archange, ange de l'Incarnation, ouvre nos oreilles aux doux avertissements et aux appels pressants du Seigneur. Tiens-toi toujours devant nous, nous t'en conjurons, afin que nous comprenions bien la Parole de Dieu, afin que nous Le suivions et Lui obéissions et que nous accomplissions ce qu'Il veut de nous. Aide-nous à rester éveillés afin que, lorsqu'Il viendra, le Seigneur ne nous trouve pas endormis.
Je me mets à fermer les yeux, tentant d’oublier la douleur dans mes poignets, tentant d’occulter le bruit de mes os, tentant de taire la douleur de mon âme. Je relève mes jambes, avant d’appliquer mes pieds contre le torse de Raphaël, le faisant reculer, avec la rage qui commençait à monter dans mon corps. Je fais quelques pas, revenant vers le pieu, le prenant dans ma main qui tremble, oubliant la douleur quand je le serre et un seul mot perle mes lèvres tremblantes.
- Gabriel…
Je fais quelques pas, pour me mettre face à lui, ne lui laissant aucune visibilité sur mon visage qui était devenu blême et les larmes qui peuplaient mes yeux, presque aussi nombreuses que celle qui avaient coulés sur les joues du vampire.
- Je t’interdis. Je… T’interdis…
Je relève le regard vers lui, je suis en feu, s’en ai trop pour ce que je cache au fond de moi, trop pour ce soir ! Un rictus étrange se perle sur mes lèvres et la seconde d’après je fonds sur lui, le faisant tomber sur le sol, sans ménagement. A califourchon sur lui, le pieu en l’air, je le tiens au sol, consciente que je risquais ma vie, autant que la sienne.
Mon regard larmoyant se pose dans le sien, sans aucune émotion si ce n’est l’envie acide de vengeance.
- Je t’interdis de prononcer ce prénom devant moi. Toi, vampire, destructeur de vie, je t’interdis de blasphémer le prénom d’un ange ! Tu ne mérites pas de vivre et peut-être que moi non plus, mais toi, tu es une erreur de la nature. Nous, nous tuons par ordre, parce que c’est notre raison ici, sur cette Terre maudite ! Mais vous, vous détruisez des vies, des familles, juste par plaisir malsain. Vous nous enlevez ceux que nous aimons et c’est nous les monstres ? Tu vas mourir pour lui, tu vas mourir pour les autres, tu seras ma vengeance.
Une larme coule sur ma joue sans que je ne puisse la retenir. Une larme de haine et de désespoir avant que mon bras ne se relève et n’enchaine sa course pour planter le pieu dans sa cible. Enfin, si tout cela se passait comme prévu, la vie serait plus calme.





lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 97
▬ Points : 336
▬ Date d'inscription : 19/04/2017
▬ Localisation : Somewhere near, love...
▬ Emploi/loisirs : Patron et propriétaire d'une boîte de nuit, ancien capitaine pirate, ancien courtisan, ancien acteur et ancien fils de noble.

Feuille de personnage
Petit + :
Créateur de votre lignée : Rebekah Mikealson
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Mer 10 Mai - 9:36



Blasphémer le nom d’un archange ? Était-elle une bigote comme son père l’avait été ? Gabriel avait été bien plus qu’un Archange pour Raphaël. Il avait été son âme, son humanité, sa raison. Personne ne pourrait jamais le remplacer et même si l’ancien pirate retrouvait un jour l’amour, cette nouvelle passion ne pourrait jamais égaler celle qu’il avait perdue. Son cœur était brisé et même si quelqu’un recollait les morceaux, les fissures se verraient toujours. Comme pour un miroir.

Il recula et regarda la jeune femme à travers ses larmes. Avait-il touché un sujet sensible ? En disant le prénom Gabriel ? Il ne tenta même pas d’esquiver la chasseresse qui le mit à terre. Il la laissa faire et la regarda. Si elle voulait le tuer, qu’elle le fasse rapidement. Qu’il puisse rejoindre son amour pour l’éternité et ne plus jamais souffrir.


« - Gabriel Saunier est le nom de celui dont j’ai partagé la vie pendant un siècle… dont je partagerais encore la vie si un chasseur ne l’avait tué. Et tu as raison de parler d’Archange… il était meilleur que je ne le serai jamais. Il se nourrissait d’animaux, jamais d’humains. Il était en train de me redonner la foi et de me convaincre de cesser de boire le sang humain. Il n’a jamais fait de mal à personne. Quand il a hérité de la plantation de son père, il a affranchi tous ses esclaves et leur a offert une forte compensation pour leur dur labeur. Certains l’aimaient tellement qu’ils sont restés pour travailler pour lui. Ceux-là, il leur a offert un généreux salaire. Et tu sais quel est le plus terrible ? Quand je mourrai, il n’y aura plus personne pour se souvenir de lui… alors vas-y ! Tue-moi, je ne résisterai pas. Je rejoindrai mon amour, mon archange. Je serai enfin complètement libre… juste… juste promets-moi que tu te souviendras de Gabriel Saunier… je t’en supplie… »

Il sortit un portrait de son amour de sa poche. Un petit portrait montrant un jeune homme de vingt-cinq ans, au visage d’une douceur angélique, aux longs cheveux blonds et aux yeux bleus.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Jeu 11 Mai - 0:32

Keep calm &...No way !



J’étais là pour me détendre, pas pour me retrouver à califourchon sur un vampire, près à lui abattre un pieu en plein cœur. Le plus étonnant, si ce n’est déjà la situation, c’est que les deux protagonistes étaient en pleurs, chacun pleurant la mort d’un être cher, tuer par la race de l’autre. Un peu cocasse, non ?
Il n’avait pas tenté de se défendre, de m’arrêter et s’il m’avait ouvert sa chemise avec une croix sur le cœur, ça ne m’aurait pas étonné. Voulait-il mourir à ce point ? L’amour était-il si destructeur, si addictif qu’il préférait perdre son immortalité dans l’espoir de retrouver un amour perdu ? C’était sans doute l’une des choses que je connaissais le moins : L’amour et son pouvoir. A voir le vampire en face de moi, je n’avais pas envie de connaitre, de mettre ma vie dans les mains de quelqu’un d’autres et de souffrir, voir mourir à petit feu, si un jour on venait à me l’enlever.
- Arrête de geindre papy. Tu me sors tes grandes leçons de morales, mais regarde toi ! Tu es pitoyable ! Tu vas mourir pour un mort ? Tu n’es pas fidèle à sa mémoire. Quand on perd quelqu’un que l’on aime on fait tout pour être fidèle à ce qu’il était et toi…Tu le déshonores.
Soit, les leçons de moral comme celle là, il s’en serait bien passé, tout comme moi qui ne vivait que, tête baissée, pour le souvenir de mes parents. Mon bras s’arrêta en plein mouvement, quand il brisa le silence. Au prénom Gabriel, une fois de plus, je buttais et m’arrêter presque de respirer. Ce prénom était atroce à entendre, encore plus dans la bouche d’un vampire.
Ma main se mit à trembler, le pieu suivant le mouvement de ma main, péniblement. Ce qui accentuait mon état d’angoisse, d’hésitation, c’était la description, presque angélique de Gabriel. Angélique…
J’écarquillais les yeux, quand il m’annonça de vive voix, ce que je ne m’attendais pas à entendre. Il donnait l’autorisation de le tuer. Mon étonnement, je ne le cachais, pas, c’était bien la première fois que je vivais une telle situation.
Venait-il de me supplier, réellement, que la seule chose à faire était de se souvenir du mort et non de lui ? Mon bras se reposa le long de mon corps, ne bougeant pas d’un poil et si de loin, cette situation pouvait être étrange, pour moi, c’était plus étrange encore. Mon autre main, celle qui ne tenait pas le pieu pris le portrait, le regardant avec une certaine peine.
- Comment peux-tu être aussi monstrueux. Tu me demandes, à moi, celle qui est prête à te tuer de se souvenir de celui que tu aimes, parce que tu lâche ? Regarde-toi ! Tu dis l’aimer, mais tu es prêt à te suicider ! Si sincèrement, tu l’aimais, s’il était aussi important que ça, aussi merveilleux que ça, tu ferais tout pour vivre, pour qu’il soit fier de toi !
Mon bras se releva et d’un cou sec, le pieu s’enfonça en plein torse, évitant et de loin, son cœur. Aucun sursaut, aucun remords, c’était plus qu’un travail cette fois.
- Tu ferais honte à ton Gabriel.
J’appuyais sur le pieu, le regard plus énervé que jamais, plus féroce que jamais. J’approchais mon visage du sien, appuyant de mon poids sur le pieu, qui bougeait par moment.
- Quand je te voix, comme ça, si faible, si lâche, je n’ai même pas envie de t’envoyer le rejoindre. Quand on aime quelqu’un, on fait de sa vie une ode à son amour ! On se souvient de lui, chaque jour, on se bat pour ne pas qu’il soit mort en vain. Un dégénéré comme toi m’a privé de la personne la plus importante pour moi et je n’ai jamais…JAMAIS baissé les bras !
Je repris le portrait dans mes mains avant de me relever et de lui lancer, avec dégout.
- Il avait de piètre choix en termes d’amour.
Un peu de sang s’était glissés sur mes mains et en lui tournant le dos, j’entrepris de ressuyer mes mains, oubliant un peu plus le vampire qui gisait au sol.





lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 97
▬ Points : 336
▬ Date d'inscription : 19/04/2017
▬ Localisation : Somewhere near, love...
▬ Emploi/loisirs : Patron et propriétaire d'une boîte de nuit, ancien capitaine pirate, ancien courtisan, ancien acteur et ancien fils de noble.

Feuille de personnage
Petit + :
Créateur de votre lignée : Rebekah Mikealson
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Lun 15 Mai - 22:55



La douleur. La douleur de la chair n’était pas la pire qu’on puisse connaître. Raphaël avait été torturé sur ordre de son propre père pour l’avoir simplement défié. Oui, le prêtre avait enrobé ça d’un charabia religieux qui n’avait rien à voir avec la situation, mais c’était bien de la torture. Et rien ne lui avait fait changer d’avis sur les inepties que son père voulait lui faire accepter comme vérité.

Il ne resta pas bien longtemps avec le pieu dans sa chair. La douleur l’avait fait retrouver ses esprits et sa combativité. Cette petite péronnelle osait parler de Gabriel et d’honorer sa mémoire, elle qui n’aurait jamais hésité une seule seconde à l’envoyer de l’Autre Côté.


« - Tu as perdu quelqu’un qui s’appelait Gabriel, c’est ça ? Ton père, peut-être ? C’est pour ça que tu hésites, n’est-ce pas ? Quelle hypocrisie. Tu crois que tu honores sa mémoire en courant à une mort certaine ? Pour honorer la mémoire d’un mort, il faut vivre sa vie, pas se comporter comme un satané robot ! »

Il se releva et brisa le pieu d’un geste rageur. Il vint lui reprendre le portrait en vitesse vampirique. Il s’éloigna à nouveau et se mit à bonne distance pour serrer le portrait contre son cœur. Il avait réellement envie de frapper la jeune femme pour ce qu’elle avait dit et il n’y avait que le fait qu’il tenait une image de son ange qui l’empêchait de céder à sa colère. La chasseresse l’avait blessé comme peu de choses avaient pu le blesser de toute sa longue vie.

« - Peut-être que Gabriel avait de mauvais goûts en amour, peut-être que je ne suis qu’un déchet qui ne méritait pas l’amour d’un homme tel que lui. Mais si j’avais réellement été lâche, j’aurais retiré mon anneau en plein soleil au moment où j’ai trouvé le corps sans vie de Gabriel. Je n’ai pas cherché à mourir dans une futile tentative de le venger. J’ai vécu pendant plus d’un siècle avec cette douleur en moi, tout simplement pour qu’il y ait encore quelqu’un pour se souvenir de lui. Tu veux savoir ce qu’il se passera quand tu mourras ? Spoiler alert, plus personne ne sera là pour se souvenir de toi ou de tes parents ! Plus personne ! »







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Mar 23 Mai - 14:11

Keep calm &...No way !



Je lui tournais le dos, mon cœur s’emballant sans que je ne puisse faire quelque chose. Rien dans le vampire qu’il avait aimé me rappeler mon père, si ce n’est ce prénom qui avait changé la donne. Voilà pourquoi il ne faut jamais discuter avec une proie, il ne faut jamais laisser quelqu’un laisser une chance de détruire le pourquoi d’une rencontre. Et pourtant, lui, cet homme semblait lire en moi un peu trop facilement à mon gout.
Mon cœur loupa plusieurs battements, la douleur du deuil non effectué totalement reprenant de plus belle. Etais-je si prévisible ? Etait-il si facile de lire en moi ? Et pourtant, il avait raison, si j’avais hésité, s’il n’était pas mort, c’était pour un seul mot prononcé. De dos, mes lèvres se mirent à trembler, laissant couler des larmes silencieuses. Je ne voulais pas pleurer, pas lui faire ce plaisir que j’avais eu moi-même en voyant pleurer et pourtant, j’étais incapable de les retenir. Je serrais les poings, mon cœur se débattant dans ma poitrine, battant avec une rapidité qui ne m’était plus arrivé depuis le jour où ma mère avait lâché son dernier souvenir.
- Tu ne sais rien de moi, de lui. Je fais ce qu’il m’a apprit, je respecte sa mémoire en continuant son œuvre.
Il n’y avait plus hargne dans mes paroles, j’accusais le coup des siennes, sentant mon cœur se briser. Je ne voulais pas croire qu’il avait raison, c’était impossible qu’il ait raison. Ma voix tremblait et je n’avais aucune peur de lui tourner le dos, peut-être avait-il raison sur un point : Je courrais vers la mort. Un robot ? Chaque mot, chaque parole était un coup de poignard bien placé qui me couper la respiration.
- Je fais…ce qu’il m’a apprit…
Ma voix était faible, tentant de me convaincre lui, plus que moi. Les mots font plus mal qu’un coup, je le comprenais plus encore maintenant. Comment avais-je pu détruire ses barrières que j’avais mis six ans à construire simplement à l’énonce d’un mot ? Un simple mot qui m’avait rendu plus fragile, moins apte à supporter chacune des choses que ce vampire était en train de me dire. Pensait-il être le seul à s’être battu ? J’avais combattu après la mort de mon père, j’avais été forte de rester des années auprès d’une mère malade pour la voir aussi me quitter. J’avais du mal, à présent, à respirer. Six années de force, de larmes qui refusaient de couler juste à l’énonce d’un maudit mot. Il n’avait pas cherché à mourir en ce vengeant ? Lui était un vampire, pouvant se régénérer, ce que je ne pouvais pas faire et pourtant, chaque jours qui passait, je me jeter à corps perdu dans ce rôle qu’était le mien avec l’infime espoir, qu’un jour, on abrège mes souffrances. Comment avait-il pu le voir, moi qui me le cachais à moi-même ? Quand enfin, sa dernière phrase tomba, je me laissais tomber à genoux. J’aurais préféré qu’il me torture physiquement plutôt que d’appuyer là où je n’avais aucune protection, aucun moyen de défense. Personne ne se souviendrait de mes parents ? Personne ne se rappellerait ce qu’ils avaient été ?
Mes mains au sol, pour me retenir, une des deux vint se poser sur la lame de mon couteau, la serrant si fort qu’elle déchira ma peau. J’avais besoin de ressentir une douleur physique qui me permettrait d’oublier que mon cœur ne battait plus normalement, subissant chaque à-coup de ce vampire. Mes larmes s’écrasaient dans un silence de mort de ma part et mon cerveau s’embrouillait dans un mélange de souvenir de mes parents et de cette vie que j’avais vécut sans eux. Ou était passé leur fille ? Ce vampire avait touché là où personne n’avait osé pointer le doigt. Ni mes parents, ni moi ne laisserait une trace…Moi… Mes parents avaient voulu autre chose, mon père refusait que je ne flanche, mais n’était-ce pas ce que je faisais ?
Mon visage grimaça en sentant la douleur dans ma peau, ce liquide rougeâtre qui commençait à couler sur le sol, sans qu’en réalité, je ne ressente la douleur escompter. Je tentais de me souvenir le jour où j’avais été si seule, si abattu…Six années en arrière. Quand mon père était mort, quand j’avais tué mon premier vampire, attisant cette vengeance. Même quand ma mère avait fini par mourir, je n’avais pas pleuré, me laissant me désintégrer au fil des années. Et ce travail que j’avais réussi à instaurer dans ma vie, voulant autre chose que la mort autour de moi n’était qu’un fardeau. Comme cette vie.
Je restais à genoux, me moquant bien de ce qu’il pourrait faire, après tout, c’était le meilleur moment pour se venger et me tuer et cette idée me semblait si douce que j’en venais presque à envier ma mort.



lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


avatar
▬ Messages : 97
▬ Points : 336
▬ Date d'inscription : 19/04/2017
▬ Localisation : Somewhere near, love...
▬ Emploi/loisirs : Patron et propriétaire d'une boîte de nuit, ancien capitaine pirate, ancien courtisan, ancien acteur et ancien fils de noble.

Feuille de personnage
Petit + :
Créateur de votre lignée : Rebekah Mikealson
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Dim 28 Mai - 0:47



Il avait été cruel. Infiniment cruel et parfaitement injuste. Mais il n’était guère en état de ressentir du remords, sa colère était trop forte, sa douleur trop dévorante. Des larmes de rages menaçaient de couler sur ses joues et il regardait la chasseresse de dos, luttant avec lui-même pour ne pas lui sauter dessus et la déchiqueter. Son poing était serré autour du portrait et il ne se calma qu’au moment où il entendit un bruit de verre craquelé.

Son père lui avait appris à chasser. Un homonyme de son Archange avait appris à cette gamine à tuer tous les Vampires sans distinction ? Il était étonnant de voir comme deux personnes portant le même nom pouvaient être différentes.

Son propre père, Loïc Alexandre de Kerjean, avait tenté de lui inculquer des valeurs qui ne pouvaient pas convenir à tout le monde: l’obéissance aveugle, le fanatisme religieux, l’ambition et le rang avant toute chose et surtout une chasteté guidée, non pas inspirée par le désir de pureté spirituelle, mais par crainte de galvauder un sang qu’il estimait si spécial. Ne prétendait-il pas descendre de Lancelot du Lac ? Ridicule, n’est-il pas ? Mais au nom de ce mythe, il avait imposé à ses fils une chasteté confinant à l’abstinence. Il avait marié le frère aîné de Raphaël à une pauvre potiche, fille cadette d’un duc, tandis qu’il comptait condamner son fils puîné à une vie de célibat. Et quand Raphaël avait tenté d’objecter et l’avait provoqué en parlant de Lucifer, il l’avait fait exorcisé par l’homme le plus cruel que l’ancien pirate avait jamais rencontré. Un Vampire sadique et capricieux qui avait pris plaisir à torturer le jeune Raphaël, le laissant plus en colère et plus meurtri que jamais. Quand il s’était remis de ce traitement, le jeune homme avait alors rassemblé quelques affaires et était parti à cheval pour Paris, pour ne jamais revenir. Il n’avait plus jamais revu son père.

Quand il y pensait, sans la conduite ignominieuse de son père, il ne serait jamais allé à Paris, il n’aurait jamais rencontré le Duc d’Orléans, il n’aurait jamais été installé à Versailles, il n’aurait jamais rencontré Rebekah et n’aurait jamais été transformé en Vampire. Et n’aurait jamais rencontré son Archange.


«- Quoi qu’il arrive et quoi qu’on fasse, on suit toujours la voie que nos pères ont tracée pour nous, très chère... même s’ils ne l’ont pas tracée exprès...»

Il s’approcha d’elle doucement et s’accroupit. Il déchira un bout du col de sa chemise,pris la main blessée de la chasseresse dans la sienne et commença à panser doucement la blessure.

«- Je haïssais mon père... je ne suis même pas allé à son enterrement... mais s’il m’avait traité autrement, je n’aurais jamais connu mon Gabriel... et conformément à son désir suprémationniste, je n’ai pas galvaudé le sang de ma famille... il semblerait que nos pères gagnent toujours, en fin de compte...»






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
▬ Messages : 131
▬ Points : 522
▬ Date d'inscription : 26/04/2017
▬ Emploi/loisirs : Editrice / Chasseuse à temps plein
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   Jeu 15 Juin - 17:11

Keep calm &...No way !



Six années à se forger une carapace, refusant le bien-être que pouvait provoquer les relations sociales, préférant les livres où un pieu, mais dans les deux cas possibles de ma vie, tout n’était que noirceur. Même le Brotherhood avait entaché ma vie d’éditrice en me forçant à réagir quand des mots étaient écrits avec trop de réalité, s’éloignant au plus de la fiction. Je n’avais trouvé aucune échappatoire, je ne voulais pas en trouver une, me flagellant chaque jour qui passait dans l’espoir de ressentir quelque chose.
On suit toujours la voie de nos pères ? Qu’en était-il de celle que ma mère voulait pour moi, ne voulant pas que je m’enferme dans la voie qu’elle-même avait suivi toute sa vie ? L’entrainement mon père était plus fort que les paroles rassurantes et moralisatrices de ma mère. Elle voulait mon bien, m on bonheur, moi, je voulais que ce père froid et dur qui était le mien soit fier de moi, qu’il comprenne que ces années d’entrainement acharné n’avait pas été vain. Je savais sa peine de frappée sa fille, je ne voulais pas qu’il comprenne que ses blessures avaient été inutiles. Non, je devais continuer pour ce qu’il avait fait. J’avais inconsciemment choisi mon père, surtout quand celui-ci m’abandonna. Elle m’avait dit être fière de la femme forte que j’étais devenu, mais étais-je réellement si forte ?
Je l’entendis marcher et je n’eu pas la moindre peur. Peut-être que la mort qu’il comptait m’offrir serait la réponse à mes tourments. A moi, ce robot sans âme et sans cœur. Je pouvais presque sentir son odeur alors qu’il s’approchait et à travers mes larmes, je me sentais prête à mourir, pas prête à ce qu’il fit. Je ne relevais pas ma tête, je n’étais pas prête à voir la mort en face finalement et quand je l’entendis arracher un bout de tissu, je fronçais les sourcils. Il voulait que je ne pousse aucun cri ? Ca n’était pas compliqué… Mes yeux s’écarquillèrent quand il prit ma main, ensanglantée, avec douceur, commençant à la panser…Il n’allait donc pas me tuer ?
Etait-il en train de me raconter sa vie ? A quel moment étions nous passés de ennemis à…Se supporter ?
- Mon père était quelqu’un de bien, peu importe ce que tu penses de nous. C’était un homme bon et doux. Il a été dur avec moi pour mon entrainement, il ne voulait pas faire de moi une faible, je devais être fidèle aux BrotherHood. Je suis fière de ce que je suis et ça…Je le dois au vampire qui est rentré chez nous il y a six ans pour tué mon père.
Je relevais ma tête, étant dans un mélange de tristesse et de colère naissante à nouveau. Pourtant, je ne reculais en rien ma main de la sienne, qu’il continue ou non à me soigner était un détail. J’avais la forte impression qu’il se passait quelque chose d’inouïe.
- Si vous, les vampires, n’étiez pas sur cette Terre, mon père serait en vie, ma mère se serait battue pour rester en vie et moi, j’aurais une vie merveilleuse…Mais on ne fait pas le monde avec des si. Alors peut-être que je suis un robot, mais j’essaie de rendre le monde meilleur loin des suceurs de sang qui se permettent de jouer avec nos vies par simple envie.
Etonnement, il n’y avait aucune agression dans ma voix. Je n’irais pas que j’étais douce, mais je n’étais pas hostile contre cet homme qui m’agaçait à avoir frappé exactement où je ne voulais pas que l’on s’attarde. Un mélange de haine envers lui et de respect. Un respect de ne pas avoir frappé un « ennemi » à taire, ennemi qu’il s’attardait à soigner, une blessure dont il n’était coupable que d’avoir fracturé la carapace. Il n’était peut-être pas un de ceux que je chassais, peut-être était-il simplement différent. Mais si on ne refait pas le monde avec des si, on ne le fait pas non plus avec des peut-être.




lumos maxima

_________________
On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Keep calm &...No way ! -Raph   

Revenir en haut Aller en bas
 

Keep calm &...No way ! -Raph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que cherche Raph Nader ?
» Chaud devant [PV Raph' ]
» Raphaël & Elodie . ( Raph ' . )
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin
» Keep calm and pass your way ♙ Saewald [TERMINEE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kill or be Killed :: Welcome to the Big Easy :: Rues, Ruelles :: Clubs-